Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

mercredi 15 février 2012

Un site annonce la fin de Facebook pour le 15 mars


Un journal en ligne américain a colporté une rumeur sur la toile, affirmant que le réseau Facebook allait fermer le 15 mars prochain.
Une rumeur peut prendre des proportions considérables, surtout si elle est diffusée par un journal américain online… Depuis le 11 janvier, Mark Zuckerberg en a fait l’amère expérience. En effet, leWeekly World News a écrit un papier annonçant la fermeture de Facebook prévue pour le 15 mars prochain. Dès lors, l’annonce a été lue et reprise par des milliers de personnes, essentiellement par des anglophones, comme l'explique01.net.
L’article rédigé par le site humoristique est pourtant absurde. L’auteur prétend avoir rencontré le célèbre fondateur du réseau social dans une conférence de presse et lui attribue des citations aberrantes, comme lorsqu’il explique pourquoi il veut clôturer sa communauté interactive : "Facebook est devenu hors de contrôle et le stress provoqué par le management de mon entreprise a ruiné ma vie. J’ai besoin de mettre à point final à toute cette folie". Un utilisateur aurait alors réagit avec aplomb à cette nouvelle : "Je passais dix heures par jour sur Facebook, que vais-je faire de tout ce temps libre ?".
Les journalistes ont poussé le vice jusqu’à mettre en ligne une pétition contre la décision de Mark Zuckerberg et de ses collaborateurs. Le comble est qu’elle a été signée par 63 000 personnes ! Autant d’internautes bernés révèle l’immense crédulité des gens et laisse même perplexe… D’autant plus que le Weekly World News est la réplique du journal français Infos du Monde, publiant volontairement des nouvelles imaginaires et décalées. Une histoire, donc, qui apprendra aux internautes de vérifier leurs sources avant d’alimenter les nouvelles formes virtuelles des "bruits de couloir". 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire