Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

jeudi 12 avril 2012

Ryue Nishizawa, la maison végétale

La maison étroite, projetée par le célèbre architecte japonais Ryue Nishizawa, est construite sur un petit terrain urbain et ressemble à un jardin vertical inhabituel. La résidence créée par Ryue Nishizawa et Sou Fujimoto Architects appartient aux opposants de l’architecture urbaine.
La maison étroite de trois étages est insérée entre deux hauts bâtiments et reste presque invisible de la route centrale. L’architecte a projeté cette maison sur un petit terrain urbain (8 x 4 mètres) en répondant au désir de son partenaire de se loger au centre de Tokyo, près de l’emplacement de son business d’écrivain et d’éditeur.
Un grand nombre de plantes et de fleurs cache la vie privée des habitants des regards curieux des passants. Le bâtiment ressemble à un jardin vertical mystérieux.

Le côté invisible aux regards des étrangers représente un salon et une cuisine au rez-de-chaussée qui mènent dans une chambre à coucher, située au premier étage. Après, on se retrouve dans la salle de bain, ensuite dans une autre chambre à coucher et enfin sur la terrasse, située sur le toit, où se trouve une petite chambre d’hôtes.
Il n’y a pas de murs entre les chambres. Il n’y a que de grandes fenêtres et des rideaux qui divisent l’espace en partie intérieure et extérieure : la salle de bain et la buanderie, après un banc et de grands vases à fleurs qui jouent le rôle de protection extérieure.
Encore une invention, créée spécialement pour les terrasses : « la salle de conférence » ovale avec la table fermée par le paravent. Le sol en terre de la chambre supérieure renforce le sentiment de séjour dans un jardin suspendu et la continuité de la partie intérieure et extérieure de la maison.
Le passage d’un logis à un autre s’effectue à l’aide des marches raides qui vont du rez-de-chaussée jusqu’en haut du bâtiment en passant à travers les ouvertures dans des dallages en béton. L’escalier blanc en acier devient un symbole des efforts indispensables pour tout changement et d’avancement permanent.





 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire