Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 6 mai 2012

Les cheveux blonds sont apparus différemment en Europe et dans le Pacifique


Publiée récemment dans Science, une étude génétique américaine a établi que la couleur blonde de la chevelure est apparue deux fois dans l’évolution humaine, via deux mutations différentes, l’une en Europe, l’autre, plus récemment, dans le Pacifique Sud.
S’ils ont une des peaux les plus sombres parmi les populations non africaines, les habitants des îles Salomon, à l’est de la Nouvelle-Guinée (Pacifique Sud) sont souvent blonds. Une particularité qui n’est pas due au métissage avec les colons ou voyageurs européens, comme on le pensait jusqu’alors, mais bien à une mutation génétique originale, distincte de celle entraînant la blondeur chez les populations d’origine européenne, et apparue il y a quelque 10.000 ans ‘seulement’.
C’est ce que viennent de montrer Carlos Bustamante et Sean Myles, de l'Université Stanford (Californie). L’analyse génétique d’échantillons de salive provenant de 43 personnes blondes des îles Salomon, de 42 personnes brunes de ces mêmes îles et de 900 autres sujets non originaires du Pacifique a montré, chez les premiers uniquement, une mutation d’un gène appelé TYRP1. Un gène également connu pour être impliqué dans la coloration du pelage de certains animaux et dans un certain type d’albinisme humain – mais pas dans la blondeur des Européens.
"Nous avions d'abord pensé : eh bien, ça doit être un allèle du capitaine Cook !", plaisante Carlos Bustamante, qui conclut : "Avant, tout le monde aurait pensé que les cheveux blonds avaient évolué une seule fois chez l'homme. Cela nous montre que nous ne pouvons pas vraiment considérer que même ces mutations courantes sont communes aux différentes populations humaines. Il est essentiel d’étudier les populations non européennes pour trouver des mutations qui peuvent expliquer la grande variation phénotypique de l'homme".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire