Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 3 juin 2012

Le stérilet plus efficace que la pilule pour ne pas tomber enceinte


Selon une récente étude américaine, les femmes qui utilisent la pilule, le timbre transdermique ou l'anneau vaginal comme moyen de contraception ont vingt fois plus de risque de tomber enceinte que celles ayant recours au stérilet.
Aux Etats-Unis, les grossesses non désirées représentent un problème majeur qui inquiètent les autorités. En effet, d'après les études menées, sur les quelque trois millions de femmes tombant enceintes chaque année, 50% ne le souhaitaient pas ou ne l'avaient pas prévu. Or, dans la moitié des cas, la grossesse serait due à une défaillance du moyen de contraception. C'est ainsi une conclusion importante qu'a révélée une étude américaine la semaine dernière. Publiée dans la revue The New England Journal of Medicine, celle-ci indique que certains moyens de contraception seraient plus efficaces que d'autres pour éviter de tomber enceinte. Plus précisément, ce sont le stérilet et les implants hormonaux qui montreraient la plus grande efficacité.
Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs menés par un gynécologue de la faculté de médecine de l'Université Washington dans le Missouri ont suivi pendant trois ans quelque 7.500 participantes âgées de 14 à 45 ans et ont interrogé chacune sur leur moyen de contraception. Beaucoup avaient ainsi recours à la pilule, quand d'autres utilisaient plutôt un timbre transdermique à changer une fois par semaine ou un anneau vaginal. D'autres portaient plutôt un stérilet ou un implant hormonal. D'après les chiffres dévoilés, 334 femmes sont tombées enceintes au cours des trois ans et 154 à cause d'une défaillance de leur méthode contraceptive.
Or, 133 de ces femmes recouraient à la pilule, au timbre transdermique ou à l'anneau vaginal. En revanche, 21 d'entre elles utilisaient un stérilet ou un implant hormonal. Les scientifiques ont ainsi conclu que les femmes qui utilisent la pilule, le timbre transdermique ou l'anneau vaginal ont vingt fois plus de risques de tomber enceintes que celles recourant à des méthodes contraceptives de longue durée. Mais d'après les observations, l'efficacité dépendrait aussi de l'âge.
Des moyens efficaces que l'on peut "oublier"
En effet, les scientifiques ont également constaté que chez les jeunes femmes de moins de 21 ans qui choisissent la pilule, le timbre transdermique ou l'anneau vaginal, le risque de tomber enceinte est près de deux fois plus élevé que celui des femmes plus âgées. "Cette étude est la meilleure démonstration que les méthodes de contraception de longue durée sont nettement supérieures à la pilule, au timbre transdermique ou à l'anneau vaginal", souligne le Dr Jeffrey Peipert, professeur de gynécologie et auteur de l'étude.
Une meilleur efficacité dont l'origine n'est pas mystérieuse. "Les stérilets et implants sont beaucoup plus efficaces car les femmes peuvent les oublier une fois que leur gynécologue les ont mis en place", à l'inverse de la pilule et des autres méthodes,explique le médecin cité par l'AFP rappelant également que le stérilet hormonal est efficace pendant cinq ans et celui en cuivre pour au moins dix ans tandis que l'implant hormonal est actif trois ans. Au vu des résultats obtenus, les auteurs estiment donc qu'une utilisation plus fréquente des stérilets ou des implants hormonaux au lieu des autres moyens de contraception à la durée d'efficacité plus courte pourrait éviter un nombre important de grossesses non souhaitées.
"Cette étude est aussi importante car elle montre que quand les stérilets et les implants sont offerts - ils peuvent coûter plus de 500 dollars aux Etats-Unis -, 75% des femmes les choisissent comme moyen préféré de contraception", relève pour sa part le Dr Brooke Winner, une gynécologue de Saint Louis dans le Missouri et co-auteur de cette étude. "Nous savons que les stérilets et implants ont un taux de défaillance très faible, de l'ordre de 1%", souligne t-elle encore confirmant la conclusion obtenue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire