Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 8 janvier 2012

Top 18 des photos de stations du métro parisien mises en scène

Plus que de la photographie pure, ces mises en scènes dans le métro, où images et textes se rencontrent, sont de véritables merveilles d’imagination. A l’origine du projet Metropolisson (ce qui nous donne une idée sur l’angle de la chose), Janol Apin, un pro du métro, de la photo et du calembour qui nous offre ces 18 stations en jeux de mots et photos. Enjoy.
 

 

 

 

 

 






 

 

 

Blagounette !

Une blonde fait son shoping et décide de s'acheter un pantalon.
Elle rentre dans la cabine d'essayage, se regarde dans le miroir, et se dit :
"Je connais ce visage ... je suis sûr que je le connais !"

Après un long moment de réflexion, elle se souvient :
"Ah ben oui ! c'est la grosse conne qui me dévisageait chez le coiffeur"

Isobel Varley, la femme âgée la plus tatouée du monde



Présentée dans le livre Guiness des records comme la femme âgée la plus tatouée du monde, cette Anglaise a fait son premier tatoo à 49 ans et ne s'est plus arrêtée depuis. Aujourd'hui, à 71 ans, son corps est presque entièrement recouvert de dessins.








Découvrez le lavabo - aquarium de luxe... The Moody Aquarium Sink


Imaginé par la marque italienne de luxe Italbrass, ce lavabo est beau, classe, changeant selon vos goûts.
Avec des systèmes de filtration, d'oxygénation, d'irrigation, votre banal lavabo va devenir design. Des accès disposés des deux côtés de l'évier permettent de nourrir les poissons, et le sommet peut être retiré pour le nettoyer ou changer la décoration en un jardin zen, une rivière de galets, ou tout ce que vous voulez...

Un futur hôtel en forme de vague sera construit en Chine


Composé de dizaines d'appartements et chambres disposés en terrasses, cet imposant immeuble situé en Chine aura pour vocation d’accueillir prochainement un luxueux hôtel.
Imaginé et conçu prochainement par le studio d’architecture JDS architects, ce spectaculaire building est un complexe hôtelier cinq étoiles destiné à émerger dans la ville de Hangzhou en Chine. Situé plus exactement dans le district de Hangzhou Xintiand, cet immeuble baptisé Hangzhou Waves Building, est la proposition finale retenue pour bâtir dans cette ville chinoise, en plein expansion, un hôtel digne de rivaliser avec les complexes hôteliers les plus attractifs de la planète. Et ceci en imposant son design iconoclaste en forme de vague marine. Composé de deux buildings disposés dos à dos, ce complexe hôtelier, outre des visiteurs et touristes, accueillera également des bureaux destinés à être occupés par des sociétés. Composé d’appartements disposés en terrasses, ce superbe ensemble fera également la part belle aux concepts de green design et d’écologie responsable en proposant à tous les étages de véritables points de verdure. Le building destiné à accueillir les bureaux disposera quant à lui d’une large baie vitrée située sur son toit laissant ainsi filtrer les rayons lumineux pour permettre d'éclairer le bâtiment.
Les travaux qui devraient commencer incessamment sous peu verront ainsi émerger dans quelques temps un complexe immobilier pharaonique, véritable fierté architecturale pour la Chine d’aujourd’hui.

Découvrez le Paris-Blues des années 70


Voici un roman noir qui épluche la société parisienne dans les années 70, en frustrations et libération sexuelle.
Paco Martinez est un flic qui s'ennuie ferme sur le lieu de sa nouvelle affectation à Vincennes. L'opportunité de pimenter sa vie professionnelle arrive lorsqu'on lui propose d'infiltrer la faculté de Vincennes, bastion du gauchisme des seventies pour enquêter sur la mort d'un projectionniste tué par une mygale.
Maurice Attia  redonne vie avec acidité et nonchalance au Paris du début des années 1970. Une capitale où le milieu étudiant est bouillonnant de revendications et de militantisme, où la libération sexuelle fait partie des normes, la fin d'une époque avec la disparition des Halles…
L'auteur joue aisément avec sa quadruple casquette de psychanalyste, psychiatre, scénariste et cinéaste pour décortiquer une atmosphère qui n'est pas si loin de nous après tout...
"Paris Blues", Maurice Attia, Editions Actes Sud, Collection Babel noir, 12,50 euros

Rencontres hors du temps : Un hymne à la liberté


Et si la liberté était simplement de vivre déconnectés de tout ce qui nous entoure pour ne plus en être les esclaves?
Téléphones, Internet, télévision... Y a-il un moment où ne nous somme pas bombardés d'images et d'incitation à la consommation jusqu'à en perdre notre boussole interne? Cette culture de vie exacerbée aux États-Unis, pays de Facebook et de la publicité incessante, a trouvé au sein de sa terre d'origine des dissidents de l’hyper-consommation. Des hommes et des femmes qui se sont levés pour vivre hors des problèmes constants qui polluent nos vies. Fini les comptes en banque, plus d'impôts; plus de téléphone, de mails; plus de télé, de radio. Ils refusent de consommer, de polluer et d'exploiter plus que la terre ne peut supporter.
Autant de vies et de témoignages de ces new-hippies recueillis par Eric Valli qui les a rencontrés. Ces "off the grid" ont décider de mener une vie fidèle à leurs convictions. Comme ce John, ancien golden boy, Lynx, une ex-punk, ou encore Mason, un fermier digne héritier de Charles Ingalls. Ils vivent seuls, en famille, ou en communautés, travaillant à n'en plus compter les heures. Mais contrairement aux mégalos de Wall Street, ils sont en paix avec eux-mêmes. Sur la terre de la liberté, ces citoyens redonnent ce souffle de freedom qui manque cruellement aujourd'hui.
"Rencontres hors du temps", d'Eric Valli, Editions de La Martinière, 208 p., 25 euros

Le Bon Marché présente l'exposition Lieux d'amour


Le grand magasin de luxe parisienLe Bon Marché ne se laisse pas abattre par la morosité de l'hiver et nous propose une exposition romantique et passionnée baptiséeLieux d'amour. A découvrir très bientôt.
Du 14 janvier au 12 février prochains,Le Bon Marché nous prépare à la Saint Valentin avec une exposition pleine de romantisme.
Pour cet événement baptisé Lieux d'amour, une trentaine de créateurs de mode et d'artistes ont donné leur vision de l'amour à travers des photographies et une légende de quelques lignes. Bobbi Brown, Vanessa Bruno, Victoire de Castellane, Fifi Chachnil, Tsumori Chisato, Peter Copping, Jérôme Dreyfuss, Inès de la Fressange, Guillaume Henry, Mary Katrantzou, Isabel Marant, Florence Müller, Rick Owens, Gaia Repossi, Paul Smith et Nathalie Rykiel font partie des participants. Par exemple, pour Fifi Chachnil, ce sont les ailes du Moulin Rouge qui représentent le mieux la sensualité. Selon Isabel Marant, il s'agit d'un coucher de soleil sous les cocotiers. Et pour Benoît Missolin, rien ne vaut les rues New-Yorkaises et leur vie agitée.
Le reste est à découvrir au 24 rue de Sèvres,  dans le septième arrondissement de Paris, dès le 14 janvier 2012.

Ces photos étonnantes n'ont subi aucune retouche

À tous ceux qui pensent que de nos jours il est indispensable d'avoir recours à la retouche numérique pour faire de belles photos, voici le travail d'un artiste qui sans l'aide de Photoshop parvient pourtant à réaliser des clichés pleins de poésie et de magie.
On doit cette superbe série de photographies à l'artiste et photographe Lukasz Wierzbowski qui, sans aucune aide de logiciels de retouche numérique, parvient à réaliser d’impressionnantes photos surréalistes. Empruntes de mystère et de magie, ses photographies sont une invitation à observer plus attentivement le monde qui nous entoure et découvrir ainsi à quel point celui-ci peut nous amener à faire l'expérience de choses extraordinaires.




Cette banque a des salles de réunion suspendues dans le vide

Situées au troisième et cinquième étage de l'immeuble, ces salles de réunion sont absolument superbes. Suspendues dans le vide, l'impression d'espace et de luminosité est réussie.
C'est dans le nouveau QG d'une des plus grandes banques hypothécaires duDanemark, Nykredit, que le talent d'architecture scandinave des designers Schmidt Hammer Lasser peut être observé.
Cet immeuble est un des plus grands de Copenhague, mais il est surtout l'un des plus beaux...




Patrouille montée !

Un gendarme à cheval surveille le chantier de découpe du cargo TK Bremen échoué sur la plage d'Erdeven en Bretagne.

Oh... ça caille... !

Des adeptes du shitoïsme plongent dans une eau remplie de blocs de glace pour purifier leur coprs et leur esprit dans un sanctuaire de Tokyo.

Jeux de mots !

L'excès d'alcool nuit à la réussite scolaire :
Difficile d'être concentré avec tous ces liquides...



Quand un jeune chrétien a-t-il une érection ?
Quand l'aube se lève... 

.

Intimité animale : pas toujours facile... !

Très belle photo du Photographe : William Cen

L'info du jour par l'humour !


Château de Guédelon - un château du 13è siècle en devenir... !


Un château fort, construit avec les mêmes techniques qu'au Moyen Age, est en train de sortir de terre à Treigny, en Bourgogne. Le chantier, lancé en 1997, se visite. Et des stages permettent de participer à la construction.
« Et si nous bâtissions un château fort avec les techniques du Moyen Âge ? Nous comprendrions ainsi comment travaillaient les bâtisseurs du XIIIe siècle. » C’est le pari fou relevé par Michel Guyot, propriétaire du château de Saint-Fargeau, dans l’Yonne. Depuis 1997, une cinquantaine d’ouvriers bâtissent, avec les techniques et matériaux du XIIIe siècle, le château de Guédelon. 

Toutes les matières premières sont issues de l’espace naturel dans lequel maçons, bûcherons, charpentiers, forgerons, tuiliers, charretiers, vanniers, cordiers s’affairent.

Sous les yeux des visiteurs, l’enceinte fortifiée, la poterne, les salles de tir et leurs voûtes d’ogive… sont sortis de terre. Véritable chantier d’archéologie expérimentale, c’est également un « chantier de fouilles à l’envers », pour comprendre les procédés de construction et l’organisation d’un tel chantier au Moyen-âge. Il vous faudra attendre encore une quinzaine d’années pour voir le château complètement terminé. 

Ses plans ont d’ailleurs été dessinés par Jacques Moulin, architecte en chef des Monuments historiques, selon les canons architecturaux instaurés par Philippe-Auguste aux XIIe et XIIIe siècles. La visite du chantier est une immersion pédagogique et scientifique en plein cœur du XIIe siècle. 

Et si vous vous sentez l’âme d’un bâtisseur, des stages de 3 à 7 jours vous permettront de participer à la construction du château…


Durant la fermeture hivernale du chantier, on peut jouer pour gagner son entrée gratuite

La particularité des camions poubelle à Taiwan

Si il y a bien quelque chose d'atypique à Taiwan , ce sont les camions poubelle . Contrairement à ce qu'on a l'habitude de faire en France , ici on ne dépose pas ses ordures au bord de la route mais on attend plutôt patiemment le passage quotidien du camion-benne pour jeter soi-même ses déchets .

A moins d'être sourd , il est quasiment impossible de manquer le passage du camion-poubelle ; pour preuve , il joue à tue tête une mélodie qu'on entend à des kilomètres à la ronde ( j'exagère à peine ) .
Enfin , quand je dis " jouer une mélodie " , je devrais plutôt employer le mot massacrer car le morceau n'est autre que " La prière d'une Vierge " , remixé à la sauce ramassage des ordures ! 
Dans d'autre ville comme à Kaohsiung par exemple , la mélodie jouée est " La lettre à Élise " , même combat quoi qu'il en soit !

Le gros avantage c'est qu'aucun sac poubelle ne traîne dans les rues et de côté-là , je crois bien qu'on devrait prendre exemple sur nos amis taiwanais . Et puis c'est agréable de taper la causette avec le voisin de l'immeuble d'en face lorsque l'on attend le camion-benne , ça à un certain côté socialisant en fin de compte !

Vous aimez les Rolling Stones et le chocolat... ?



Un chocolatier barcelonais a créé, à l'occasion des fêtes de Pâques, des figures en chocolat à l'effigie de Mick et Keith ! Les personnages font 1,20 m de haut, 25 kilos chacun, et ont nécessité quatre mois de travail. Si vous passez par Berga, non loin de Barcelone, au moment de Pâques, arrêtez-vous chez Albert Dorna Pujol, sa vitrine vaut le coup d'œil !

La génération Pif Gadget à la recherche des sapins plantés autrefois

En 1975, le magazine français pour la jeunesse Pif Gadget invitait ses lecteurs à planter une petite brindille d'épicéa. Quelques décennies plus tard, un Français s'est mis en quête des sapins Pif, rencontrant l'engouement d'un public nostalgique et friand de belles histoires.

"Attention, dans deux ans, ce sapin sera plus grand que toi", avertissait alors le numéro 347 de cette revue hebdomadaire de 1969 à 93, aujourd'hui disparue.
Appartenant au Parti communiste français, elle était très populaire auprès des enfants pour ses bandes dessinées et les gadgets que chaque numéro contenait (périscope ou kaleidoscope à fabriquer, "aéropif"...)
Joël Fauré avait 13 ans et habitait à l'orée d'une forêt. "Pif et ses gadgets étaient révolutionnaires à l'époque. Mon père m'a aidé à planter mon arbre et très vite il s'est épanoui", se rappelle-t-il.
La maison familiale a été vendue après la mort de ses parents, mais l'arbre est toujours là. Il fait douze mètres et "raconte mon propre parcours", dit Joël Fauré, 49 ans, qui habite Toulouse (sud-ouest). Le nouveau maître des lieux lui a fait la promesse de le préserver.
Au total, il s'est vendu 360.000 pousses de sapin sous plastique, un succès à rapprocher de celui des "pifises", drôles d'oeufs de crustacés écoulés à un million d'exemplaires, ou des pois sauteurs du Mexique, rapporte Joël Fauré.
"Je me suis dit qu'il y avait potentiellement 359.999 autres sapins pifesques" témoins d'autant de tranches de vie.
Il en parle en 1997 au journal régional la Dépêche du Midi, mais c'est surtout depuis l'été 2011 et un "appel de la forêt" lancé dans Le Monde Magazine que le sujet explose. A l'automne, le quotidien Libération lui propose d'héberger son blog (http://pifgadget.blogs.liberation.fr).
"nostalgie de l'enfance"
Joël Fauré a retrouvé 120 résineux pifesques à ce jour. Ils sont dissiminés à travers la France. Mais il en prospère aussi en Turquie et au Canada. Un exemplaire a vécu deux ans en Tunisie.
"Les gens envoient des photos, racontent leur histoire, je suis ému aux larmes", dit-il. Il explique ce succès par "une histoire qui met en valeur des résonances très fortes": la nostalgie de l'enfance et du temps qui passe, le souci de l'environnement.
"Les gens écrivent, et souvent ils écrivent bien. Il y a de très belles histoires. Des scénaristes pourraient en faire leur miel", dit-il.
Il y a les histoires tristes de "massacres à la tronçonneuse" et de "destins tragiques", comme celui de l'épicéa sacrifié par le père de famille parce que ses racines devenaient envahissantes.
Mais d'autres ont vu, après les enfants, naître les petits-enfants. D'autres encore marquent la tombe du chien de la famille. Bon nombre ont résisté à la tempête du siècle en 1999.
Marie-Christine, en Bourgogne (centre-est), raconte comment son père, à la vue de la brindille rabougrie, s'était exclamé à l'époque "avec un pessimisme très légitime: +Ben, t'es pas prête à te mettre à l'ombre dessous+".
"Le bel arbre toise maintenant la maison familiale où réside ma mère désormais seule", dit-elle. "Et, de temps en temps, je vais bouquiner à l'ombre de mon Pif... histoire de faire mentir mon père."

Il veut récupérer son portefeuille: neuf heures la tête dans un égout

Un homme de 40 ans est resté coincé pendant neuf heures dans une bouche d'égout dans laquelle il était tombé la "tête la première" vendredi soir sur un parking à Montmélian, en Savoie, a-t-on appris samedi auprès de la gendarmerie.

L'homme, qui avait perdu connaissance à l'arrivée des pompiers samedi, a été transporté à l'hopital en état d'hypothermie, mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé la même source.
Vendredi vers 23H00, le quadragénaire, qui venait d'effectuer la vidange de sa voiture, a voulu se débarasser discrètement de l'huile usagée dans la bouche d'égout d'un parking souterrain du centre-ville de Montmélian lorsque son portefeuille est tombé dans le trou, a relaté la gendarmerie, confirmant une information du dauphiné.com.
Il s'est penché en avant dans l'orifice, qui mesurait 40 cm de large et 1,5 mètre de profondeur, mais est resté coincé.
Ce n'est que samedi vers 8H00 qu'un passant, ayant aperçu les pieds de l'automobiliste dépasser de la bouche d'égout, a pu alerter les secours.
Le rejet d'huile de vidange dans la nature est interdit par le Code de l'environnement qui prévoit des peines allant de 2 ans d'emprisonnement à 76.000 euros d'amende, selon la gravité des faits.