Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

mardi 10 janvier 2012

Biocoop - "Notre Bio n'a rien a cacher !"


Biocoop, abréviation de «  » et « Coopérative », est un réseau de magasins spécialisé dans la distribution de produits  et issus du .


Dans un contexte où la bio est banalisée par les grandes enseignes , Biocoop lance sa première campagne de communication nationale intitulée « Notre bio n’a rien à cacher », dont l’objectif est de montrer son engagement pour une relation de transparence totale avec ses consommateurs !

Expression à la con !

Les prothèses testiculaires, c'est pas pour toutes les bourses !
.

Jeux de mots !

Il paraît que certains journalistes prennent de la coke.
Mais pour le découvrir, faut un peu lire entre les lignes...



- Pfff... mes parents m'ont encore passé un savon !
- Arrête de râler : c'est pour ton bain !

.

Un motard oublie sa femme sur l'autoroute

Un motard de 53 ans a oublié son épouse sur une aire d'autoroute en Alsace lundi, ne constatant sa disparition que 120 kilomètres plus loin, apprend-on auprès de la gendarmerie du Haut-Rhin.
La passagère a été retrouvée quatre heures plus tard dans une station-service où le couple, parti d'Allemagne le matin pour rentrer en Corrèze, avait fait le plein d'essence, près de Strasbourg, a-t-on précisé de même source.
"L'homme s'est présenté à 12h30 en nous disant 'j'ai perdu mon épouse'. Il était un peu paniqué car il était persuadé qu'elle était tombée de la moto en route", a raconté à Reuters le gendarme Raphaël Claudel, de la brigade de Burnhaupt-le-Haut (Haut-Rhin).
Les militaires ont fait appel aux pelotons autoroutiers de gendarmerie pour les recherches avant que le motard ne se souvienne s'être arrêté dans une station-service.
Ne voyant pas revenir son mari, l'épouse délaissée craignait que celui-ci ait eu un accident. "Vous n'avez plus qu'à aller la chercher avec un bouquet de roses", ont conseillé les gendarmes au motard distrait.
Source : AFP

Des poneys sur le périphérique parisien

Des poneys affolés galopant sur l'A4 et le périphérique parisien au beau milieu du trafic. 
La scène s'est déroulée ce samedi entre midi et deux, sans pour autant provoquer d'accidents. Les quadrupèdes se sont échappés de la Cartoucherie de Vincennes (Paris XIIe), située à une encablure du château, où, chaque week-end, de nombreux enfants viennent se divertir en montant les poneys.
Il semblerait que des coups de klaxon donnés par des automobilistes soient à l'origine de cette chevauchée fantastique. Huit des poneys du centre équestre auraient pris peur, prenant la direction de l'autoroute A4, tout d'abord. Les policiers et pompiers alertés sont parvenus à maîtriser deux des animaux, tandis que les autres poursuivaient leur galop, sur le périphérique.
Un autre poney a été récupéré indemne à hauteur de la porte de Bercy, alors que les cinq derniers quittaient la chaussée pour s'enfoncer dans le bois de Vincennes. Les fuyards ont fini par être retrouvés en fin d'après-midi, et ramenés à bon port.

Ivres ils se perdent et passent deux jours dans les catacombes de Paris


Ils pensaient avoir trouvé l'endroit parfait pour une soirée tranquille et insolite. Encore faut-il savoir s'en sortir... Une femme et deux hommes d'une vingtaine d'années, entrés ivres dans les catacombes de Paris, y ont erré pendant près de deux jours avant d'être récupérés sains et saufs par la police.
Lundi soir, cinq amis, dont une jeune femme de 22 ans sûre de connaître parfaitement les lieux, pénètrent alcoolisés dans le réseau des catacombes de la capitale. Mais deux jours plus tard, mercredi en début d'après-midi, les policiers sont avertis de la disparition de nos aventuriers, âgés de 24 et 25 ans, qui n'ont pas réapparu depuis leur entrée dans les souterrains.

Six groupes de recherche, soit 35 policiers, sont alors envoyés dans le réseau des anciennes carrières pour tenter de les retrouver. "A cette profondeur, aucun réseau radiophonique, ni téléphonique ne passe", précise la PP.

Deux heures après avoir pénétré dans les catacombes, un premier groupe de policiers tombe sur un document laissé par les égarés indiquant la date du jour, l'heure, le fait que les trois amis sont bien perdus et qu'ils se dirigent "vers le sud", raconte la PP. C'est finalement un autre groupe de recherches qui va retrouver les rescapés, dont l'un est en état de choc, et les remonter à la surface.

Ils ont expliqué aux policiers être entrés ivres et s'être perdus. Deux de leurs amis qui les accompagnaient au départ avaient réussi à retrouver la sortie sans problème, ajoute la PP. Malgré leur frayeur, ils n'ont pas échappé à une contravention de 60 euros chacun : il est en effet interdit de pénétrer dans les catacombes de la capitale.

Source : AFP via RTL

Maison Brocoli !

Une cabane pleine de vitamines !


Oui, avec un titre pareil si on n'a pas l'image ça fait un peu recettes de pâtes pétries à la main par des ancêtres plus antiques que les ruines de l'Amiga, mais bon. Voici donc une bien jolie maisonnette perchée comme je vous en montre de temps en temps dans ces pages ; mais bon cette fois-ci c'est un peu pensé pour ceux qui voient petit ...
Une bien jolie idée gourmande sublimée par une très subtile réalisation signée du camarade designer étasunien Brock Davis ... En plus, c'est plein de protéines !

Il superpose 1 200 vélos pour créer une oeuvre fantastique


Un Chinois a eu l’idée brillante de superposer plus d’un millier de vélos entre eux pour obtenir un résultat éblouissant. L’œuvre, au graphisme percutant, a été exposé en Taïwan, au Musée "Taipei Fine Arts Museum".
Le "Taipei Fine Arts Museum", un musée de Taïwan, accueille actuellement une œuvre originale intitulée "Forever Bicycles", déclareFast Compagny. Son artiste, un dissident chinois du nom d’Ai Weiwei, a accroché 1 200 vélos ensemble, les uns suspendus au plafond, les autres fixés debout sur le sol. Son ambition était de créer l’illusion d’un espace labyrinthique dans une zone en trois dimensions. Pour y arriver, il a retiré les guidons et les sièges des vélos et a privilégié leurs armatures et leurs roues pour les relier entre eux. C'est au plus haut point du musée, à plus de 30 mètres, qu'ils ont pu être installés (voir photo).
Ce concept créatif transformant le vélo en un objet artistique n’est pas nouveau. Le deux-roues a déjà inspiré de grands artistes. Le précurseur dans ce domaine était Marcel Duchamp, avec son œuvre "Roue de bicyclette" parue en 1913. Elle mettait en scène une roue sur un tabouret. On peut également citer le célèbre peintre Picasso, qui, durant la période la plus sombre de la Seconde Guerre mondiale, a réuni une paire de guidon et une selle de vélo pour évoquer le crâne d’un taureau.
Non autorisé à voyager par le gouvernement chinois, Ai Weiwei ne peut pas être présent lors de l'exposition se déroulant jusqu'au 20 janvier. Comprenant 21 autres œuvres de lui, c'est tout naturellement qu'elle s'intitule "Absent".

Une Australienne démontre qu'il faudrait laver ses vêtements moins souvent


A Melbourne, en Australie, une étudiante un peu farfelue a décidé d’élaborer une étude déterminant qu’il est inutile de laver ses vêtements trop fréquemment. 
Et si laver nos vêtements n’était qu’une habitude culturelle totalement dépourvue de sens ? C’est ce qu’a essayé de prouver une Australienne dans le cadre de sa thèse en philosophie, déclare Oddity Central. Tullia Jack a recruté via les médias sociaux une trentaine de volontaires âgés de 18 à 56 ans pour porter le même jean cinq jours par semaine pendant trois mois. Au bout de trois à six semaines, la moitié du groupe a déclaré ne plus souhaiter porter le jean, mais après avoir surmonté cette étape, 15 interrogés ne voulaient plus quitter leur jean fétiche.
Les pantalons sales vont être exposés en mars à la National Gallery. L’expérience a mis en évidence la quantité d’eau sauvegardée et les coûts des détergents et de l’électricité économisés. Cela nous apprend aussi que les jeans des hommes sentiraient moins que ceux des femmes, même si Tullia affirme que "ça laisse seulement l'odeur corporelle". Enfin, l’apprentie philosophe a confirmé son hypothèse sur le diktat d’une société qui nous oblige à laver nos vêtements alors que cela n’est pas nécessaire. "Vous n’avez pas vraiment besoin de laver vos vêtements aussi souvent que vous le pensez. Les tâches vont et viennent, puis se dissipent", indique t-elle.

Trompé par sa femme, il se venge d'une façon originale


Un mari trompé s'est récemment vengé de l'amant de sa femme en distribuant des tracts l'incriminant. 
Être interpellé sans cesse par des messages publicitaires et se voir sollicité par toutes sortes d’associations a donné des idées à Jean-Luc, un quinquagénaire détruit par la liaison extra-conjugale qu’a entretenue sa femme à son insu, annonce Sud Ouest. L’histoire commence à Brouage, dans la maison de vacances du couple brisé, située en Charente-Maritime. Ils rencontrent un homme qui "est peu à peu devenu l’amant de ma femme", raconte Jean-Luc avec amertume.
Jean-Luc décide alors de se venger de son ennemi d’une façon plutôt originale : il distribue des tracts dans les supermarchés de sa ville pour le dénoncer : "Je me suis rendu ici car c'est la commune de résidence de son amant. Je veux que tout le monde sache ce qu'il m'a fait", déclare t-il. Pour éviter d’être poursuivi en justice, le mari trompé a été prudent. La photo de sa femme et de son amant imprimée sur le tract a été floutée. De plus, les informations divulguées destinées à incriminer l’amant se résumaient à son prénom, son âge, sa profession et sa situation familiale. 
Jean-Luc a dû lui-même se montrer en spectacle pour distribuer ses affichettes. Il a joué la carte de l’auto-dérision pour se présenter aux passants : "Bonjour, je suis le cocu" ou "Bonjour, eh oui, c'est moi le mari trompé", telles étaient ses phrases d’approche. Il souhaite également créer un comité de soutien. Reste à avoir si Jean-Luc ne doit pas plutôt en vouloir à sa femme...

Sacré DSK... toujours une idée derrière la tête !


Abribus en bus... !

Un bus scolaire jaune recyclé en abribus ...


Une chouette manière d'attendre le bus avec cet abribus taillé dans la carrosserie d'un vieux bus scolaire américain ...
Vous pouvez en savoir plus sur le Bus Stop Shelter créé par le sculpteur Christopher Fennell sur cfennell.org : photos du making of et même vidéo ! :)

Gironde : ivre, il s'endort en attendant sa commande au drive-in


Dimanche matin, un jeune homme de 23 ans s'est rendu au drive-in d'un fast-food de Talence (Gironde) pour commander à manger.
En attendant sa commande, il s'est endormi profondément, bloquant  les voitures qui se trouvaient derrière la sienne.

Appelés à la rescousse par l'établissement, les policiers ont constaté que le jeune homme avait pris le volant après avoir consommé beaucoup d'alcool explique le quotidien Sud-Ouest.

Réveillé, le jeune homme a accepté de souffler dans l'éthylotest mais a refusé l'éthylomètre.

Placé en garde à vue, puis relaché, le jeune conducteur sera convoqué prochainement devant le tribunal correctionnel de Bordeaux.