Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

vendredi 27 janvier 2012

Humour !


Blagounette

Un jour, ma femme m'appelle furieuse sur mon iphone : « Alors, vieux soûlard, où es-tu encore ? » 

Je lui répond calmement : 
- Te souviens-tu de cette bijouterie où, il y a très longtemps, tu avais repéré une superbe bague sertie de diamants. Tu en étais tombée amoureuse et je t'avais dit : « Un jour elle sera à toi ». A cette époque je n'avais pas assez d'argent pour te l'offrir. 

Ma femme émue, presque en sanglotant me dit : « oh oui, mon amour, je me souviens » 

- Eh bien, je suis dans le bistrot, juste à côté !!!!

.

Sa maison est faite... avec 1,4 milliard d'euros !


Un Irlandais a fabriqué une maison entièrement faite en confettis de billets d'euros pour protester contre les ravages de la crise des subprimes.
Frank Buckley, un artiste irlandais sans emploi a fabriqué une maisonentièrement composée de confettis de billets d'euro pour protester contre la folie spéculative immobilière liée à la crise des subprimes survenue en 2007, selon L'Express. "C'est le reflet de toute la folie qui s'est emparée de nous. Les gens ont investi des milliards dans la construction d'immeubles qui ne valent plus rien aujourd'hui", explique-t-il.
Frank sait de quoi il parle puisque l'éclatement de cette bulle l'a mis au chômage et ruiné son mariage. Mais il n'empêche que la totalité des briques de confettis de billets qu'il a récupéré auprès de l'organisme central de la Monnaie Irlandaise représente pas moins de 1,4 milliards d'euros en petites coupures.
Cet abri de "fortune" - c'est le moins que l'on puisse dire - est situé à Dublin dans l'entrée d'un immeuble de bureaux qui est resté inoccupé depuis l'achèvement de sa construction il y a quatre ans selon la même source. Tout un symbole ! L'appartement comporte un salon, une entrée et bientôt une cuisine. A noter que la matière qui compose les billets d'euro est, paraît-il, un excellent isolant. Frank prétend d'ailleurs qu'il dort sans couverture tellement les murs sont hermétiques.

Mercedes House, un immeuble plein de verdure en plein New York


Avec sa forme d’escalier géant qui semble conduire droit au ciel, ce building pas comme les autres doit être inauguré dans les prochains mois. Il permettra notamment à ses occupants de posséder une vue unique et spectaculaire sur les rues de ce quartier New-Yorkais.
Prévu pour être opérationnel dès cet été, l’immeuble Mercedes House, imaginé et conçu par le studio d’architecture Ten Arquitectos et financé par le constructeur automobile Mercedes-Benz, va  faire souffler un vent de renouveau dans les rues de Manhattan. Construit comme un escalier géant, ce building présente des étages en terrasses prévus pour que chaque habitation puisse profiter au maximum de la vue et de la lumière naturelle du jour.
Pour répondre aux questions environnementales et privilégier un esprit "eco-friendly", chaque habitation possèdera également son petit coin de verdure en permettant d’accueillir sur chaque terrasse un jardin privé. Outre une vue imprenable sur le parc De Witt Clinton et la rivière Hudson, ce bâtiment de 1,3 million mètres carrés à l’architecture étonnante en zig-zag, comportera également au sein de son ensemble des espaces commerciaux. Ainsi, un marché de quartier, un club de remise en forme, des écuries pour le NYPD, sans oublier un garage concessionnaire Mercedes-Benz seront de la partie.

La chanteuse Coeur de Pirate se dévoile en lingerie très sexy


En pleine promotion de son deuxième album intitulé "Blonde", la chanteuse Cœur de Pirate a posé pour le prochain numéro de L'Officiel Hommes de manière très sexy, arborant la lingerie très érotique de la marque Mise en Cage.
La chanteuse québécoise Cœur de Pirate est au cœur d'un véritable buzz depuis quelques jours. La raison ? Une série de photos, réalisée par André Savaira pour le prochain numéro de la revue L'Officiel Hommes, dévoilant la jeune femme de 22 ans vêtue de différentes lingeries très sexy de la marque Mise en Cage. Sublimée par les stylistes Olympia le Tan et Simon Pylyser, Cœur de Pirate, alias Béatrice Martin, apparaît en Betty Page "version mutine et ambrée", comme l'explique la créatrice de Mise en Cage, Florence Abelin, sur son blog.
Cette dernière est d'ailleurs l'une des premières à bénéficier de ce véritable buzz. Contactée par la rédaction de Gentside, elle explique avoir vu son blog accueillir "100 000 visiteurs en une journée, contre 100 habituellement", donnant ainsi une belle visibilité à sa marque, qui prône "Le luxe érotique" et qui a été lancée il y a 18 mois."La plupart des visiteurs sont des Québécois qui ne connaissent pas la marque. Je vends principalement en France, en Belgique et aux États-Unis", ajoute Florence Abelin.
La créatrice de Mise en Cage avoue d'ailleurs avoir été surprise par ce buzz, d'autant qu'elle n'a pas organisé le shooting: "C'est L'Officiel Hommes qui a pris contact avec moi pour mettre à disposition des modèles de ma collection, qui sont des produits rares et haut de gamme. J'ai en moyenne dix demandes de shooting par semaine". Aujourd'hui, si la marque n'a pas encore de boutique mais "un appartement où je reçois mes clients individuellement ou en couple", Florence Abelin envisage de développer une ligne masculine: " Il faut que cela soit chic et sexy. La ligne devrait être lancée en avril". L'occasion d'un nouveau buzz ?

Politico humour !


Cars scolaires visés par des tiers : en fait des enfants jetaient des billes !


Six enfants de 11 à 13 ans ont été interpellés vendredi par les gendarmes qui enquêtaient sur de mystérieux "tirs" visant depuis lundi des cars de transport scolaire dans le nord de la Vendée, tirs qui se sont révélés être des lancers de billes, selon la gendarmerie.
Ces "tirs" - ainsi désignés car dans un premier temps l'enquête penchait pour une arme de petit calibre - avaient eu lieu dans le secteur de Montaigu.
Ils avaient laissé des impacts sur les pare-brises de quatre cars scolaires et d'un camion laitier, souvent à hauteur du chauffeur, sans toutefois traverser la vitre. Deux chauffeurs avaient été très légèrement blessés par de petits éclats de verre.
Les gendarmes qui n'étaient pas parvenus jeudi à mettre la main sur le ou les mystérieux tireurs, ont finalement réussi à les démasquer à force d'investigation et "les langues s'étant déliées", a indiqué à l'AFP le commandant François Servent, adjoint au groupement de gendarmerie de La Roche-sur-Yon.
"Nous les avons interpellés à l'arrêt du car scolaire qu'ils devaient eux-mêmes emprunter vendredi matin, et de fait, aucun impact n'a été constaté sur les véhicules qui ont circulé par la suite dans la matinée", a souligné M. Servent.
Les jeunes en cause, assis à l'arrière de leur propre car scolaire, attendaient de croiser un véhicule venant en sens inverse pour lancer par la fenêtre des billes en verre récoltées dans la cour de récréation.
Vendredi matin, un dispositif de pas moins de 45 gendarmes avait été déployé pour faire face à toute éventualité et protéger les transports scolaires.
"Tout le monde est soulagé, cela commençait à tourner à la psychose pour les chauffeurs et les enfants des cars visés", a indiqué le commandant Servent.
Une enquête a été ouverte par le parquet de la Roche-sur-Yon. Des faits de "dégradations" pourraient notamment être retenus à l'encontre des joueurs de billes, mais en raison de leur âge, leur cas sera traité par le juge pour enfants.

Il confie du canabis à son frère en pleine audience : 6 mois avec sursis !


Un jeune homme a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Nevers à 6 mois de prison, dont un ferme, pour avoir confié une boulette de cannabis à son frère en pleine audience, alors que ce dernier était dans le box des prévenus.
"Je n'ai pas réfléchi. Ce n'était pas prémédité. Mon frère ne savait pas que j'allais lui donner ça", a-t-il expliqué à la barre, avant que le représentant du parquet ne fustige son "culot incroyable", réclamant une peine de 8 mois de prison, dont un ferme.
Mardi après-midi, le jeune homme, âgé d'une vingtaine d'années et qui comparaissait libre, avait glissé à son frère aîné une boulette de moins de 2 grammes de cannabis, en faisant mine de le réconforter, alors que ce dernier comparaissait dans une affaire de violences aggravées.
Un des quatre policiers accompagnant l'aîné s'en était aperçu. Interrogés, les deux frères avaient d'abord prétendu avoir trouvé le cannabis par terre, avant de reconnaître la transaction.

Photomaton teste un distributeur automatique de parapluie


La société Photomaton, spécialisée dans les cabines de photos d'identité, s'est lancée récemment dans le distributeur automatique de parapluies, choisissant des villes de la moitié nord, dont Paris et Brest, pour tester et valider son concept, a-t-on appris vendredi auprès de son responsable marketing.
"Nous avons volontairement été discrets pour ce test" de distributeur automatique de parapluies, a déclaré à l'AFP les responsable marketing de Photomaton, Emmanuel Giraud.
Il suffit d'introduire 4 euros dans le monnayeur de l'appareil pour que tombe dans le réceptacle un parapluie pliable fabriqué en Asie "pas à usage unique, mais dans la durée de vie moyenne des modèles pliables", a précisé M. Giraud.
Photomaton, qui a repris un concept du parapluie de dépannage d'Outre-Manche, a installé depuis mai 2011 ses appareils dans des gares à Paris-Montparnasse, Brest, Lille et Valenciennes, et depuis la fin de l'année à Lyon-Perrache, Mulhouse, gare du Nord et gare de Lyon à Paris.
Les distributeurs fabriqués en France, comme celui de Brest (210 jours de pluie par an) où une trentaine de parapluies sont vendus par mois, sont fixés sur les cabines de photo d'identité déjà exploitées par la marque.
Photomaton, qui va installer dix autres machines libre-service, notamment dans le métro à Paris, n'a pas souhaité communiquer le coût de l'opération.

Un policier patrouille 22 ans sans permis de conduire valable !


Un policier allemand a patrouillé pendant 22 ans sans permis de conduire valable, a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole de la police de Magdebourg (est).
La supercherie a été découverte lorsqu'il a dû porter des lunettes et faire par conséquent modifier son permis qui était uniquement valable pour les tracteurs et les motos, a précisé le porte-parole, Bernard Wessner.
Originaire de l'ex-RDA, cet homme était déjà policier à l'époque communiste, "où les gardiens de la paix ne circulaient pas forcément en voiture", a expliqué M. Wessner, ajoutant: "le parc automobile y était plus réduit qu'à l'ouest. Après la chute du mur de Berlin, personne n'a remarqué qu'il lui manquait le permis".
Il risque une amende et d'être rétrogradé dans la hiérarchie policière.

Seize kilos de cocaine livrés par erreur au siège de l'ONU !


Deux colis contenant 16 kilos de cocaïne ont été livrés par erreur la semaine dernière au siège des Nations Unies à New York en provenance du Mexique, ont indiqué jeudi la police new-yorkaise et l'ONU.
Quand les deux sacs portant un logo ressemblant à celui de l'ONU sont arrivés le 16 janvier, l'alerte a été donnée et les autorités américaines notifiées.
Selon Paul J. Browne, responsable des relations publiques pour la police de New York (NYPD), les sacs contenaient 14 livres dont les pages avaient été creusées pour contenir chacun un peu plus d'un kilo de cocaïne.
L'enquête de la NYPD et de la DEA - l'agence américaine de lutte contre le trafic de stupéfiants - a révélé que la drogue, expédiée du Mexique, était arrivée dans un centre de tri d'une messagerie privée à Cincinnati (Ohio, nord des Etats-Unis). Les employés ayant remarqué le sigle de l'ONU, pourtant "grossièrement imité", mais aucune adresse, avaient expédié le colis au siège onusien.
"Notre hypothèse de travail est que la drogue n'aurait jamais dû quitter le Mexique", a estimé le policier. Si c'est le cas, a-t-il ajouté, "quelqu'un au Mexique est sans doute dans de beaux draps pour avoir égaré une telle quantité de cocaïne".
La drogue saisie a une valeur marchande estimée à près de deux millions de dollars.
Au cours d'un point de presse, le responsable de la sécurité à l'ONU Gregory Starr a rejeté tout lien entre cet incident et les Nations unies. "Il n'y a absolument aucune indication que ceci ait quoi que ce soit à voir avec les Nations Unies ni avec son personnel", a-t-il affirmé. "A mon humble avis, a-t-il ajouté, c'est l'oeuvre de trafiquants de drogue qui tentaient de faire entrer quelque chose aux Etats-Unis et leur plan doit avoir échoué".
Il ne s'agissait pas de valise diplomatique ou de sacs utilisés officiellement par l'ONU, a-t-il précisé.

Un bébé de 13 mois mâchouille un serpent vivant !


Un bébé a longuement mâchouillé la tête d'un serpent en semi-hibernation, un dangereux passe-temps, dont le reptile n'est pas sorti indemne, a-t-on appris vendredi auprès de sa famille dans une agglomération arabe du nord d'Israël. Ghadir Aleeyan, mère du petit Imad, 13 mois et six dents, n'en revient toujours pas : "Je lui préparais son lait et, en jetant un coup d'oeil dans sa direction, j'ai découvert qu'il y avait un serpent dans sa bouche. Je n'en croyais pas mes yeux et j'ai hurlé, terrorisée", a-t-elle raconté.
Alertés par ses cris, d'autres membres de la famille et des voisins ont accouru, mais personne n'osait intervenir jusqu'à ce qu'un voisin décide d'extraire le serpent à moitié mort de la bouche de l'enfant et de l'achever. "Lorsqu'il l'a sorti de sa bouche, Imad a commencé à pleurer", a raconté Yasmin Shahin, tante du bébé, en précisant que la tête du serpent avait été "très sérieusement mastiquée". Le bébé a été conduit pour examen à l'hôpital Rambam de Haïfa (nord), où les médecins ont constaté qu'il n'avait pas subi la moindre morsure.
Selon le docteur Boaz Shacham, expert à l'Université hébraïque de Jérusalem, ce serpent, un hemorrhois nummifer, appartient à la famille des colubridae, une espèce non venimeuse ressemblant à la vipère. "S'il n'a pas mordu le bébé, c'est probablement à cause du froid. En hiver, ces reptiles ne sont pas vraiment actifs", a-t-il expliqué.

A 7 ans, il fait des pompes sur des bouteilles


Giuliano Stroe, ce gymnaste roumain âgé de 7 ans n'as rien à envier aux grands. Dans sa dernière vidéo, il montre qu'il est capable de réaliser une série de pompes en étant installé sur quatre bouteilles.
Ce jeune Roumain, Giuliano Stroe, n'a que 7 ans et se présente déjà comme un très grand gymnaste. Ses performances sont bien connues des internautes et pour cause, ce n'est pas tous les jours que l'on voit un enfant avec des abdos d'acier.
Dans sa dernière vidéo, ce garçon fait une série de pompes et pour ajouter une difficulté supplémentaire, il le fait en étant posé sur quatre bouteilles. Giuliano Stroe est vraiment fascinant. Il réalise ce numéro avec une facilité déconcertante. Au bout d'une minute, on peut voir qu'une des bouteilles qui maintient son pied vacille légèrement, mais Giuliano Stroe arrive facilement à retrouver l'équilibre et va jusqu'au bout de son exercice.
Cet enfant nous revient donc plus fort que jamais dans cette nouvelle vidéo. Très à l'aise, l'enfant est même fier de montrer ses tablettes à la caméra, comme pour rappeler qu'il est l'un des enfants les plus forts du monde. Le site du dailypicks and flicks souligne même que malgré son jeune âge, cet enfant compte déjà deux records du monde, reconnu par le Guinness des Records, à son actif.

Fine gueule !

C’est une tactique aussi vieille que les grizzlis eux-mêmes. Après le temps de l’hibernation et la disette de l’hiver, le moment du frai des saumons en Alaska leur donne l’occasion de se dégourdir les pattes et de se livrer au plaisir revigorant de la gloutonnerie. Le principe est simple : il suffit de se tenir au bon endroit dans le sens du courant, de patienter…et d’ouvrir grand ses mâchoires. Un petit coup de griffe au bon moment et le tour est joué! Le repas est servi. Et les mouettes ne manquent pas de profiter de l’occasion pour prélever leur dîme. Obsédés par leur instinct de reproduction, les saumons remontent la rivière sans se soucier ni des obstacles ni des prédateurs qui les attendent. Pourtant le danger est partout, dans le ciel comme dans l’eau. (Sylvain Cordier/BIOS)