Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

mercredi 8 février 2012

C'est nouveau, ça vient de sortir !

Une burqa pour la pluie !

Dati, Hidalgo ou Lauvergeon : les femmes se travestissent pour dénoncer le sexisme


"Et si j'étais un homme, m'aurait-on traitée ainsi ?" C'est la question que se sont posées huit femmes du monde médiatique, politique et culturel dans les colonnes de Marie-Claire. Grimées en hommes, elles évoquent le sexisme ordinaire dont elles sont ou ont été victimes au quotidien.

       


Delphine de Vigan, écrivaine "On ne demanderait pas à un homme qui présente une opération financière : 'Et vous, vous faites quoi pour ce prix là ?" 
Photo : KETTIGER/MARIE CLAIRE

                
Anne Hidalgo, Première adjointe au maire de Paris "Etre un homme politique, c'est pus facile, mais du coup, c'est moins excitant. Une femme doit développer d'autres compétences" Photo : KETTIGER/MARIE CLAIRE


                       
Rachida Dati, Député Européen, Ancien inistre de la Justice. "Les hommes de pouvoir aiment les femmes dans l'effort, pas dans le succès" Photo : KETTIGER/MARIE CLAIRE

The Artist !


Photo prise sur le vif... !


Le soleil, la chaleur, un brin de nature, un barbecue... What else?
Ah oui, un boxer en polyester. 
 Photo : DR

Blagounette


Un juge condamne un délinquant... à lire un livre


En Belgique, un juge a imposé la lecture d'un roman à un homme qu'il venait de condamner.
Peter D'Hondt est un juge du tribunal de police de la ville flamande de Termonde en Belgique. Ce magistrat s'est distingué vendredi dernier en condamnant un chauffard... à lire un roman très précis. Le livre en question, Tonio, a été écrit par l'écrivain néerlandais A. F. Th van der Heijden et raconte le calvaire d'un père de famille dont le fils a été tué dans un accident de la route.
Le prévenu condamné à feuilleter le bouquin faisait des dérapages avec son voiture à proximité d'un rond-point. Selon le journal belge Le Soir, il a expliqué au tribunal qu'il avait suivi des cours pour cette pratique de pilotage et qu'il voulait les mettre en pratique. "Mais comment donc pouvez-vous vous livrer à de telles choses alors que ce pays est parmi ceux qui en Europe, affichent le nombre le plus élevé de morts par accident de la route ?", s'est insurgé le juge cité par la même source. Le magistrat a demandé alors au délinquant s'il a une femme et des enfants et s'il veut croupir quatre ans en prison. Ce dernier a répondu logiquement non à la seconde question et a précisé qu'il a une vie de famille.
Peter D'Hondt a donc décidé de condamner l'apprenti-pilote à une amende, à une interdiction de trois ans de conduite dont 32 mois de sursis probatoire. Le juge énumère ensuite les conditions de cette mise à l'épreuve : une bonne conduite sur le réseau routier, pas d'excès de vitesse, suivre des cours pour gérer l'agressivité au volant, un travail d'intérêt général de 20 heures comme volontaire auprès de victimes d'accidents de la route... et la lecture de ce roman de 632 pages.
Une chose impossible en France
Une peine originale qui a provoqué la stupéfaction des avocats.  "C'est une sanction magnifique", affirme l'écrivain et avocat Alain Berenboom. "Ce que fait ce juge n'est pas idiot du tout cependant. Pour un vrai criminel, ce serait sans effet, mais cela peut remettre les idées en place d'un simple citoyen", ajoute-t-il.
Mais ne vous attendez pas en France à vous faire condamner à lire Émile Zola ou Victor Hugo si jamais vous vous faites flasher sur la route. Le Code pénal de notre pays interdit au juge d'inventer une peine qui lui semble adéquate. Il doit se contenter seulement de celles prévues par la loi. Et celle-ci ne prévoit pas des séances de lecture pour vous amender de votre faute.

Un enfant obligé de courir dans la neige presque nu fait scandale sur le web


Depuis quelques jours, une vidéo montrant un enfant en slip forcé de courir dans la neige à New York crée la polémique sur le web. Alors que de nombreux internautes s'offusquent de cette scène, le père de l'enfant explique qu'il fait cela pour aider son enfant à se fortifier.
C'est une vidéo qui a choqué plus d'un internaute dans le monde. Sur celle-ci, on voit un petit enfant chinois de 4 ans courir en slip dans la neige en plein New York. Visiblement contraint par son père de faire cela, il essuie plusieurs fois quelques larmes tout en continuant son dur labeur. "Je suis opposé à cela. Il faut offrir aux petits une enfance heureuse", a notamment condamné un internaute, relayé par L’Est Républicain. Et il n'est pas le seul puisque des dizaines de messages ont rapidement afflué sur la toile.
Face à toutes ces réactions hostiles, le père de l'enfant, un chef d’entreprise de Nankin dans l’est de la Chine, parti en famille à New York le mois dernier pour les vacances du nouvel an lunaire, a tenu à s'expliquer. "Il était d’accord pour aller courir nu dans la rue, sinon je n’aurais pas pu lui enlever ses vêtements. Il n’était pas très content quand il a senti le froid", a-t-il déclaré. Il a également précisé que son enfant fait entre autres du kung-fu, de la danse, du vélo et de l’alpinisme, le but étant de développer un "tempérament masculin". "Je lui donne également de la glace lors de froides journées hivernales pour entraîner son estomac à s’habituer au froid. Il est rarement malade ou fiévreux", a également expliqué le père.
Un collaborateur du père, M. Xin, a quant à lui ajouté, toujours relayé par L'Est Républicain, que l'enfant n'en est pas à son premier "exploit": "Alors qu’il avait 1 an, il a commencé à nager dans une eau d’une température de 21°C (...) Avant de courir, il a fait une demi-heure d’échauffement". Selon lui, c'est parce que l'enfant est né prématurément et en mauvaise santé  qu'il a été soumis dès son plus jeune âge à ce régime.

Un agent de police s'aventure dans une course-poursuite... contre lui-même


En Grande-Bretagne, sous les directives d’un collègue utilisant le système de vidéosurveillance, un agent de police est parti en chasse contre lui-même…
La technologie a ses limites, comme le prouve un récit insolite mis en ligne mercredi par le Daily Mail. Tout commence à Sussex, dans la banlieue de Londres, lorsqu'un agent de police sur le terrain est contacté par sa centrale alors qu’un rôdeur semble avoir été détecté dans la même zone que lui. Il se met alors à sa poursuite en se laissant guider par les indications de son collègue. Celui-ci suit l’itinéraire du présumé cambrioleur, dont il a jugé l’attitude suspecte, grâce à un système de vidéosurveillance élaboré.
Mais la course poursuite prend des allures invraisemblables. Alors que son collègue n’arrête pas de lui dire qu’il est sur les talons du malfaiteurs, le policier sur les lieux ne parvient jamais à retrouver l’homme en question : "Chaque fois que le suspect s’aventurait dans une ruelle voisine, l’agent de la paix se précipitait immédiatement dans cette même ruelle. Mais à chaque fois que son collègue de la centrale lui demandait s’il ne le voyait pas, il ne percevait aucune trace du rôdeur", explique un officier.
Ce petit jeu inutile et ridicule a duré une bonne vingtaine de minutes avant qu’un officier entre dans la salle de contrôle. Hilare, il a tout de suite reconnu le suspect comme étant l’un de ses collègues. Le perturbateur présumé était donc en réalité le policier, habillé en civil. Il s’est chassé lui-même pendant de longues minutes, laissant de vrais malfaiteurs tranquilles pendant ce temps là…

Un ministre indien se connecte sur YouPorn en pleine séance parlementaire


En pleine séance du Parlement, ce ministre indien est pris en flagrant délit en train de surfer sur You Porn. L'affaire met dans l'embarras tout le gouvernement du pays.
C'est un fait très embarrassant pour le gouvernement indien rapporté parThe Telegraph. Laxman Savadi, ministre indien de la Coopération dans l’État du Karnataka, a été pris mardi en flagrant délit en train de parcourir le site pornographiqueYouPorn.com sur un smartphone en pleine séance parlementaire. La vidéo, qui confond l'homme politique, prouve qu'il s'intéresse davantage aux scènes lubriques diffusées sur le téléphone qu'à la teneur des débats à l'assemblée.
Cette polémique a fait un véritable buzz en Inde et les médias nationaux se sont démenés pour diffuser ces images dans tout le pays, si bien qu'une heure après, la majorité de la population était au courant.
Membre d'un parti religieux et nationaliste
Pour Renuka Chowdhary, ancienne ministre fédérale pour la cause des femmes et citée par la même source, "il est vraiment honteux de constater que les gens qui sont dans des postes de pouvoir et ont la responsabilité de changer les choses ont en réalité en fait le même état d'esprit que des personnes qui sont en train de regarder du porno. Même les politiciens de notre pays que la femme est un produit jetable."
Le ministre s'est défendu de manière plutôt grotesque puisqu'il a affirmé qu'il visionnait un viol collectif et qu'il témoignait sa consternation à ses collègues. Il a dû démissionner ce mercredi, de même que deux autres ministres, dont celui qui était propriétaire du téléphone, "pour ne pas causer de gêne au parti." La formation politique dont ils sont membres est ancrée à la droite extrême et prône des valeurs conservatrices, religieuses et nationalistes.

Découvrez la Small House de Tokyo en images


Élaborée en plein quartier tranquille de la ville cosmopolite de Tokyo, cette charmante maison présente une architecture à la fois simple et complexe, permettant à ses occupants de connaître le parfait confort dans un minimum d'espace.
Baptisée tout simplement Small House, cette jolie maison bâtie dans un quartier résidentiel de la ville de Tokyo est l’œuvre du studio d'architecture Architectes Unemori. Une demeure qui présente une construction quelque peu insolitepuisqu'elle s'érige sur 10 mètres de haut et à peine 3 mètres de large, mais qui répond à une nécessité pourtant bien réelle en raison du manque de place laissé par l’urbanisation croissante de la ville.
 

 

 

Canon à marshmallows

Le jeune Joey Hudy, 14 ans, se souviendra longtemps de ce mardi à la Maison-Blanche. Car Barack Obama, venu défendre l'enseignement des sciences et saluer l'ingéniosité américaine, a reçu de jeunes inventeurs, dont celui d'un canon à marshmallows que le président a actionner avec délectation. Face au canon à guimauves présenté par le jeune adolescent, Barack Obama a glissé, à propos des policiers d'élite qui le protègent: «le Secret Service va être très fâché contre moi», avant d'actionner la pompe de l'arme et de tirer un projectile à travers la vénérable salle à manger historique de la Maison-Blanche. (Kevin Lamarque / Reuters)