Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 4 mars 2012

Le smartphone dix fois moins cher que l'iPhone arrive !


Un smartphone à bas prix va faire son apparition avant de la fin de l'année. Son nom ? OWD, pour Open Web Device, un modèle qui ne sera ni Apple, ni BlackBerry, ni Windows, ni, et c'est plus original en ce moment, Android. Sa promesse, selon Daniel Coloma, un cadre de l'opérateur espagnol Telefonica : permettre à chacun de créer ses applications. "Ce sera moins coûteux pour les développeurs que sur tous les systèmes actuels", explique-t-il. Le modèle, dont le coût de production devrait être inférieur à 100 dollars, apparaît particulièrement rapide. Le Point, qui a pu prendre en main le prototype, a testé la mise en route d'un jeu de course de voitures : c'est effectivement plus rapide que sur l'iPhone 4S.

Demi-douzaine de constructeurs

Le projet, qui s'appuie sur la technologie Web HTML 5, n'est pas condamné à rester dans les laboratoires. D'abord parce le fabricant américain de processeurs Qualcomm, qui a mis au point un prototype, fait partie de l'aventure, tout comme le navigateur internet Mozilla. "Nous sommes en discussion avancée avec une demi-douzaine de constructeurs", détaille-t-on chez Telefonica, qui explique : "Nous voulons offrir les mêmes capacités qu'un iPhone ou un smartphone Samsung, mais avec un prix de vente dix fois inférieur." L'éditeur américain de logiciels Adobe (Photoshop, Flash...) pourrait également être aussi associé au projet.
Sans parler de... Facebook. Durant le Mobile World Congress, le grand rendez-vous du mobile qui s'est tenu fin février à Barcelone, un haut cadre du réseau social a multiplié les rencontres avec Telefonica pour décliner dans le monde entier ce prototype, pour lequel il a déjà proposé une application dédiée. Facebook ? L'ennemi juré de Google qui aurait ici une manière de contrer l'univers Android.

J'ai testé... les cours de chocolat


C'est parti pour deux heures de cours sur le chocolat, à l'Atelier des chefs du 15e arrondissement de Paris. J'enfile un superbe tablier en plastique, peu seyant, mais c'est préférable. Treize participants dans une grande cuisine, je suis le seul homme. Le chef endosse un véritable costume d'animateur et installe une ambiance conviviale. Quelques blagues et clins d'oeil plus tard, on commence. D'abord, l'appareil à macaron. On laisse croûter (comprendre laisser sécher le macaron avant de l'enfourner, jusqu'à ce qu'une petite croûte se forme) et on s'attaque, enfin, au chocolat. Ganache, crème, appareil à fondant (à la spatule, surtout pas au fouet !), blanc, noir ou au lait, vermicelles de chocolat et grué (écorce de fève de cacao torréfiée), il y en a dans tous les sens et pour tous les goûts. Les plus timides n'osent pas trop se lancer, restent en retrait, tandis que d'autres, plus en confiance, veulent tout faire, tout essayer. Voilà le principal problème finalement : trop nombreux, la taylorisation des tâches fait qu'on ne pourra pas tout essayer. "Allez, mademoiselle, mélangez-moi ça, je ne vous vois rien faire depuis tout à l'heure" : heureusement, le chef est là pour corriger le tir et impliquer tout le monde.

"Ne me parlez pas de chocolat"

L'ambiance est bonne, tout le monde se détend. Ça rigole et les deux groupes (ceux qui ont fait un appareil à macaron jaune et ceux qui en ont fait un rose) se rentrent gentiment dedans : "Ah bravo, les jaunes, vous avez vu la tête de vos macarons !", le chef n'hésite pas à en rajouter : "Euh... vous trouvez que vos tuiles ressemblent à l'exemple ?" Enfin, le fondant sort du four et on dresse les assiettes. Certaines cuisinières en herbe trépignent d'impatience : "Ne me parlez pas de chocolat, ou je fais un malheur." On verse de la sauce dans les financiers, pose la tuile sur le gâteau, nappe d'un peu de caramel au beurre salé. C'est l'heure de partager, enfin. Le moelleux, un peu trop cuit pour être fondant, est rattrapé par les petites pépites de chocolat blanc. Et les macarons ? Ils sont, paraît-il, meilleurs le lendemain. Moi, j'arrête cette avalanche de chocolat, j'ai trop soif.

Émile Allais - L'homme qui a inventé le ski


Il est le monstre sacré du ski. Émile Allais est celui par qui tout est arrivé. Aujourd'hui, l'homme a 100 ans, les cheveux blancs comme neige, les yeux bleus comme de la glace vive, mais le regard doux, rieur et attentif pour compenser une oreille capricieuse. Émile Allais évoque sa vie en toute simplicité. Et pourtant, quelle vie... 
Elle commence au début du XXe siècle à Megève, en Haute-Savoie. Des moniteurs autrichiens viennent y dévaler les pentes en compagnie de riches vacanciers. Curieux, le jeune Émile suit son oncle, guide-skieur pour touristes. Il sélectionne des planches chez le menuisier, bricole des fixations avec les charnières d'un placard et se lance. Il faut trouver la bonne technique pour tourner, et surtout aller le plus vite possible, car les premières compétitions s'organisent.
En 1936, c'est la consécration : il remporte la médaille de bronze aux Jeux olympiques de Garmisch-Partenkirchen. Puis en 1937, il rafle toutes les médailles d'or du Championnat du monde de Chamonix. Premier Français médaillé olympique et premier champion du monde. 

Skis métalliques

Émile Allais consigne sa méthode avec Paul Gignoux dans un livre,Ski français, et, en 1938, il participe à la création de l'École supérieure de ski. "J'étais le directeur technique, j'ai donc eu la médaille de moniteur n° 1. On ne pouvait pas faire autrement ! J'ai alors eu la possibilité de partir aux Amériques. Un rêve."
Entraîneur, il travaille à Portillo, au Chili, et à Sun Valley, aux États-Unis. Le propriétaire d'une vallée, en Californie, le sollicite pour la création d'une station, rien que ça ! Squaw Valley voit ainsi le jour dans les années 50. Émile Allais réfléchit à l'aménagement des pistes et, avec une chenillette, met au point le damage de la pente. Le métier de pisteur est ainsi créé.
De retour en Savoie, il est consulté pour dessiner le domaine de Courchevel. Puis La Plagne, en 1960, Flaine et, plus tard, Vars. Dans ses bagages, Émile Allais a aussi rapporté des États-Unis un prototype de skis métalliques. Il les présente à l'entreprise Rossignol, qui reprend l'idée et fabrique les Allais 60. Une autre révolution.
Aujourd'hui encore, Émile Allais s'interroge sur ce qu'il pourrait bien inventer : "J'aimerais avoir un ski pour le pied droit et un autre pour le pied gauche. Je pense que le ski tournerait plus vite. Dans les stations, il faudrait prévoir des aménagements au bord des pistes pour les non-skieurs."
Une énergie débordante, et cela fait un siècle que ça dure. Depuis le 25 février 1912 exactement. Bon anniversaire, monsieur Allais.

Les produits chics du Salon de l'agriculture


Le Salon de l'agriculture ne se résume pas seulement aux veaux, aux vaches et aux cochons, aux concours entre cheptels et au défilé des candidats à la présidentielle. L'événement de la porte de Versailles est aussi l'occasion de promouvoir de nombreux produits du terroir qui mettent en valeur de nouvelles saveurs insolites. Itinéraire décalé pour mettre en appétit vos papilles.

Sirop au nougat

Au pavillon de l'Alsace-Lorraine, l'Atelier de Clotilde propose de nombreux parfums de sirops : pistache, nougat, spéculoos... Clothilde Thomas, artisan en Lorraine, n'en finit plus d'énumérer les possibilités "en kir, avec du vin blanc, mais aussi avec une boule de glace, du fromage blanc", et confie mettre une touche de sirop aux spéculoos dans son café. En vente dans des épiceries fines, ses sirops "ne sont pas aussi sucrés que ceux que l'on achète dans les supermarchés". Seulement quelques goutes suffisent par exemple pour un cocktail.

Moutarde au miel

"Chez nous aussi, tout est purement artisanal", sourit Nathalie Imbert, au stand du Languedoc-Roussillon. Apicultrice avec son mari pendant des années, Nathalie Imbert a développé un produit étonnant : du miel à la moutarde. "Nous souhaitions nous diversifier", explique la patronne du Rucher de nos aïeuls, qui a réussi après trois ans à mettre au point l'alliance entre "la graine de moutarde et le miel". Dans sa gamme du rucher de trésors, la moutarde jaune ou douce "s'allie parfaitement avec de la viande blanche", quand sa moutarde à l'ancienne s'accorde mieux avec les viandes rouges. Dans le Gard, où les Imbert ont installé leurs ruches, des restaurants gastronomiques se sont déjà laissé séduire.

Bière à la bergamote

Comment donner une nouvelle tendance à la consommation de bière ? C'est ce qui a poussé Régis Bouillon, directeur des Brasseurs de Lorraine, à allier la bière à... la bergamote, le fameux bonbon de Nancy. Une touche fruitée, peu amère pour un breuvage léger. "Nous tenions à redonner à la bière une image haut de gamme", souligne son initiateur. Trois mois de travail pour mélanger les deux produits et déjà un certain succès chez les brasseurs de la région et les épiceries fines. "Nous souhaitions éveiller les palais", insiste Régis Bouillon, fier que sa trouvaille plaise "autant aux personnes âgées, qui retrouvent des goûts de leur enfance" qu'à "une clientèle féminine, un peu réticente à boire de la bière". Nombre de jeunes se laissent ainsi tenter par une dégustation au comptoir du bar installé au Salon de l'agriculture.

Ketchup au piment d'Espelette

Sur son petit stand au coeur du pavillon dédié au Pays basque, BiPia propose de nombreuses déclinaisons du piment d'Espelette, produit si typique de la région. "On a créé une gamme de sauces pour retranscrire le goût mais pas la puissance du piment", raconte Michel Larramendy, commercial de cette petite société de sept salariés installée à quelques kilomètres du village d'Espelette. Parmi ses produits, des sauces pour apéritif, à déguster avec des chips mais aussi un ketchup constitué "à part entière à partir de produits de la région". "Tout est naturel", poursuit Michel Larramendy qui, avec son "Ketxupa" (en basque) sans sucre ajouté, a peut-être trouvé la solution miracle pour que les enfants n'aient plus à se priver.

Biscuits à la sardine et à la betterave douce

Dans le pavillon animé de la Bretagne, l'étal coloré de la Biscuiterie des Vénêtes attire l'attention. Parmi les produits proposés, de petits sablés à la sardine et à la betterave douce. "Notre crédo, c'est la qualité dans l'ensemble des produits que nous utilisons", prônent Mathilde Gicquel et son mari Xavier. Un mariage de saveurs étonnantes agréables à déguster à l'heure de l'apéritif. "Nous travaillons avec Olivier Samson, qui vient de décrocher une étoile au Michelin dans son restaurant du Morbihan, La Gourmandière". Les Gicquel proposent depuis peu une déclinaison à la tome de Riuhs, un fromage de Savoie.

Une retraitée de 66 ans accouche de jumeaux en Suisse


Une femme pasteur de 66 ans à la retraite a donné récemment naissance à des jumeaux à l'hôpital cantonal des Grisons à Coire, en Suisse, selon le journal "Sonntags-Blick".
L'information a été confirmée à l'agence ATS par l'établissement qui n'a pas souhaité donner davantage de précisions.
Selon le journal suisse, il s'agit de la femme la plus âgée à avoir accouché en Suisse. En 2010, une mère de 64 ans avait donné naissance à une fille.
Concernant la femme de 66 ans, le journal indique qu'elle est allée en Ukraine, pour organiser sa grossesse.

Le Fouquet's se lance dans les cosmétiques et le parfum


La maison Ladurée propose plusieurs parfums d'ambiance avec ses bougies parfumées (lire l'article ici), et elle a annoncé en décembre dernier le lancement de sa ligne de cosmétiques. Il n'aura pas fallu attendre longtemps avant qu'une autre maison de la gastronomie française fasse de même. Le Fouquet's lancera très bientôt son parfum ainsi que des produits de beauté.
Il y a quelques jours, Le Fouquet's - la luxueuse marque du groupe hôtelierBarrière dont le plus célèbre restaurant se trouve sur les Champs-Elysées - a annoncé son entrée dans le monde de la parfumerie et de la cosmétique.
Le Fouquet's a en effet récemment signé un un accord de licence avec Parour - un groupe français spécialisé choisi pour son rayonnement international. La ligne duFouquet's devrait comprendre un parfum personnel, mais pas seulement. La marque prévoit également des produits dérivés de cosmétique, des parfums d'ambiance dont notamment des bougies. Le lancement de cette collection devrait être fait en fin d'année 2012 ou au plus tôt en septembre prochain. Mais Le Fouquet's prévoit déjà d'ajouter de nouveaux produits complémentaires au fur et à mesure.
Alors, que pensez-vous de cette nouvelle ? A votre avis, les senteurs seront-elles gourmandes ? 

Les Français préfèrent dire "je t’aime" au téléphone


Près de la moitié des Français (46%) préfèrent dire "je t’aime" par téléphone lorsqu'elle ne peut l'exprimer en face à face, selon l'indice mensuel de l'humeur amoureuse, réalisé par Métro etMeetic.
D’après le sondage, la majorité des Français optent donc pour le coup de téléphone quand il s’agit de déclarer leur amour lorsque le face à face est impossible. Plus étonnant encore, les hommes seraient légèrement plus friands de ce procédé (49%) que les femmes (43%). Toujours d'après ce sondage, les SMS figurent également en bonne place quand il s’agit de dire "je t’aime"… 35% des Français disent user de ce moyen au quotidien pour faire leurs petites déclarations amoureuses, devant l'utilisation de la lettre manuscrite ou du post-it (31%), du mail (12%) et du tchat en ligne (2%). Autant dire que les pigeons voyageurs ne sont plus d’actualité… 
 
Cette étude a été réalisée en ligne, les 6 et 7 février derniers, auprès d'un échantillon de 1.346 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Blagounette : La bonne parole !

Une  vieille religieuse  qui vivait dans un couvent à côté d'un chantier de  construction a remarqué le langage grossier des  travailleurs et a décidé de passer du  temps avec eux pour corriger leur façon de  parler.
Elle  a décidé qu'elle  prendrait son déjeuner assise avec les travailleurs pour  parler avec eux.
Elle  mit son sandwich  dans un sac brun et marcha à l'endroit où les  hommes  mangeaient.
Elle  s'approcha du groupe et  avec un grand sourire dit :
"Eh,  les hommes, savez-vous qui est Jésus-Christ ?”
Ils  secouèrent la tête et se  regardèrent l'un et l'autre d'une manière très  confuse.
Un  des travailleurs   cria : «Y  a ti quéqu'un qui connaît Jésus-Christ?»
Un  des travailleurs de  l'acier demanda : «Pourquoi?»
Le travailleur  répondit :
« Parce que sa femme est ici avec son casse-croûte!»

Williams studio project ! Wouahhh la vue !


Mélange contemporain entre le cube de verre et la maison de vacances au bord du lac, c’est au studio canadien GH3 que nous devons cette superbe réalisation située sur le lac Pierreux, dans l’Ontario au Canada.
Ce qui nous marque dès le premier regard c’est la simplicité : simplicité et justesse des formes, des volumes, des teintes, des matériaux, du mobilier et des oeuvres d’art. Une réflexion aboutie dont se dégage une unité certaine entre l’intérieur et l’extérieur… Epure arty.
Nous voyons tout et tout semble visible, mais de larges persiennes blanches viennent, dès la moindre envie, cacher l’intimité. Avec un bonus très opérationnel : le garage à bateaux, situé juste en dessous…
Un pied-à-terre quatre saisons, posé au bord de l’eau l’été et sur un manteau de neige l’hiver.
Plénitude 365 jours par an.








Mexico aussi a son salon de l'érotisme. Les jeunes mexicaines peuvent y admirer de très près des chippendales.Photo Tomas Bravo/Reuters


Ces publicités d'autrefois qui seraient censurées aujourd'hui




Anecdote vraie rapportée par une commerciale d'un magasin de téléphonie !

Un mec d’une vingtaine d’années vient me voir pour changer immédiatement de numéro de téléphone. Je lui explique la procédure. Il est pressé, nerveux comme un yorkshire. Et pour cause : le garçon s’est emmêlé les pinceaux en envoyant un texto. « G envie de te bouffer le cul », destiné à sa copine, est arrivé sur le portable de son chef. Qui est homo.

On ne sait plus quoi inviter : Le micro scooter bagage


 

 



Découvrez le top 8 des lits étonnants en images


Avoir un bon lit pour dormir c'est important. Mais se reposer dans un modèle à la fois confortable et au design singulier, voilà qui devrait pimenter vos soirées!
Si pour beaucoup un lit signifie avant tout un sommier et un matelas, pour certains designers en revanche il en va autrement. En forme de hamburger, de livre ou encore de montagnes russes, découvrez le top 8 des lits les plus loufoques pour dormir!
 
 
 
 
 
 
 
 








Une application iPhone pour décoder le langage des bébés


Guigoz comprend les bébés et vous offre aujourd'hui la possibilité d'entrer dans ce monde bien secret grâce à l'application Parlons Bébé de l'AppStore.
Le groupe Guigoz a présenté uneapplication des plus insolites qui prétend pouvoir comprendre les bébés. Nos chères têtes blondes n'auront plus de secret pour nous puisque l'application Parlons bébédisponible sur l'Apple Store propose de comprendre ce que dit votre enfant.
Guigoz a même choisi de publier une vidéo de présentation afin de mettre les utilisateurs en garde sur l'utilité d'une telle application. En effet, on imagine souvent les nouveaux nés d'une naïveté sans borne. Pourtant, le décryptage réalisé par Guigoz nous force à remettre ce préjugé en question. Dans ce spot publicitaire, ces nourrissons semblent même beaucoup plus intelligents que les adultes qui les entourent. De plus, lorsqu'on pense les faire rire avec nos horribles grimaces, ils ne font en réalité que se moquer de nous. 
Ces petits chérubins ont donc beaucoup plus de bon sens que ce qu'on pourrait penser. Le fait de traduire leur langage pourrait s'avérer beaucoup plus dévastateur que ce à quoi on pourrait s'attendre. C'est donc avec une bonne dose d'humour que la marque d'aliment pour bébés nous présente cette innovante application. 

Cet oreiller a été conçu pour vous consoler


L'oreiller Sleepy Weepy Pillow vous console quand vous êtes triste. Dès que le coussin détecte une larme, il diffuse immédiatement une chanson ou un message réconfortant.
Le Sleepy Weepy Pillow fait partie des inventions intelligentes puisque cet oreiller vous empêchera de vous apitoyer sur votre sort. En effet, il fera tout pour vous consoler quand vous aurez un petit chagrin. Il a été imaginé pour activer une chanson ou un message réconfortant dès qu'il détectera des gouttes d'eau sur le tissu.
Cet oreiller n'est pas encore en vente mais le site instructables.com vous apporte toutes les informations nécessaires à la réalisation de celui-ci. Ce coussin a donc vraiment l'ambition de vous apporter un peu de réconfort dans les moments sombres. Ce petit gadget devrait donc permettre à son propriétaire de trouver du réconfort, même si celui-ci risque d'être de courte durée.
Dans le test réalisé pour présenter les caractéristiques de cet oreiller, on remarque qu'il suffit vraiment de très peu d'eau pour que la chanson se mette en route. Il faut simplement espérer que la chanson choisie n'attristera pas encore plus la personne en larmes, mais qu'elle saura lui remonter le moral.