Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

jeudi 15 mars 2012

Folie : il va sauter en chute libre depuis l’espace !

Imaginez ! Vous montez dans une capsule attachée à un ballon d’hélium, vous atteignez la stratosphère, et vous sautez en chute libre espérant dépasser le mur du son. De la folie ? Oui.  

Le défi s’appelle le Red Bull Stratos et selon les participants, il s’agit de faire avancer la science…  Le cobaye qui va sauter à pieds joints dans la stratosphère s’appelle Felix Baumgartner.
 Tout d’abord, Felix Baumgarter va porter une combinaison spatiale pressurisée. Il embarque sur sa poitrine un boitier qui va lui permettre de communiquer, d’être suivi et surveillé à distance. Les données sensibles sont envoyées en temps réel à la base terrestre.

Il va monter à 120.000 pieds (soit 36.576 mètres d’altitudes). On ne peut pas parler d’espace mais de stratosphère (je sais que mon titre est inexact, mais tout de même, c’est haut !) Pour aller à cette altitude, il va se mettre dans une capsule spatiale qui lui servira de canot de sauvetage s’il y a un problème pendant l’ascension. Cette capsule est elle-même fixée a un énorme ballon d’hélium qui lui permettra de grimper de 1.000 pieds par minute.
Il lui faudra 3 heures pour atteindre les 120.000 pieds. Une fois à cette hauteur, il attendra qu’on l’autorise à sauter. Une fois qu’il se sera détaché et qu’il aura dépressurisé la capsule, il n’aura pas d’autres choix que de sauter.
En sortant de la capsule, il devra faire bien attention à ne pas s’emmêler les pinceaux. A cette altitude, il n’y a pas d’atmosphère. Rien ne pourra le ralentir. S’il saute et que sa position n’est pas stable, il peut se mettre à tournoyer de manière incontrôlable et perdre connaissance.
Il devrait alors atteindre la vitesse du son en 40 secondes, avant de ralentir en atteignant la troposphère qui contient plus de particules d’air. S’il y parvient, il aura alors pulvérisé 4 records :
- La première personne à atteindre la vitesse du son en chute libre
- La plus haute chute libre pour un homme (36.576 mètres (120.000 pieds) contre 31.333 mètres (102.800 pieds) parColonel Joe Kittinger en 1960.
- La plus longue chute libre (plus de 5  minutes)
- Le vol en ballon le plus haut du monde

Puis, Félix devra déployer son parachute à 5.000 pieds et il attendra 10 à 15 minutes supplémentaires pour enfin toucher le sol. Sa chute, de la capsule à la terre ferme, aura duré 15 à 20 minutes. Seulement pour déployer son parachute, il faudra que Felix ait ralenti sa vitesse à 270 km/h. Si tout va mal, son parachute de secours s’ouvrira automatiquement.
Oui, c’est une aventure, une folie, un défi et un bon coup de pub pour une boisson énergisante. Mais il faut bien l’avouer, si cette mission réussi, l’homme aura une nouvelle fois repoussé ses limites.
Il y a 2 ans, je vous annonçais déjà que Félix allait sauter. Comme j’ai de la suite dans les idées, je vous tiendrai informé de la réussite ou non de cette mission.



La centrale électrique française Poweo au bord de la faillite ?


La centrale électrique Poweo de Pont-sur-Sambre (Nord), qui appartient au groupe autrichien Verbund, a été placée sous procédure de sauvegarde, dernière étape avant une éventuelle mise en redressement judiciaire, à cause de ses importantes pertes.
Cette centrale à cycle combiné d’une puissance de 412 MW a été mise en service en 2009. Elle fonctionne au gaz fourni par la compagnie pétrolière italienne ENI dans le cadre d’un contrat à long terme. L’augmentation des prix de la fourniture à long terme -indexés sur les cours du pétrole- et la baisse des prix à court terme, additionnés à la stagnation du prix de l’électricité empêche toute compétitivité pour cette centrale.
Poweo perd actuellement plusieurs dizaines de millions d’euros par an sur ce site qui emploie une trentaine de personnes. Cette centrale possède néanmoins plusieurs avantages, elle est d’une utilisation très souple et peut donc répondre aux pointes de consommation et suppléer les carences de la production des éoliennes par temps calme. Le cas de Poweo n’est pas isolé. Beaucoup d’opérateurs doivent renégocier leurs contrats d’approvisionnement à long terme.

Une tasse de café équivaut à 140 litres d’eau, selon WWF


L’ONG WWF (World Wild Fundation)-France a révélé que “l’empreinte d’eau” d’une tasse de café correspond à 140 litres d’eau. Cette donnée se base sur l’indicateur mis au point avec l'Université de Twente (Pays-Bas) qui tient compte de l'impact de toute la chaîne de production sur la ressource eau douce.
Si une tasse de café ne représente que quelques centilitres de breuvage, elle équivaut en réalité à 140 litres d’eau selon WWF-France. En effet pour arriver à ce résultat, l’ONG a tenu compte de tout le processus de fabrication : de l'eau utilisée pour faire pousser le plan de café, le récolter, le transporter, l'emballer, le vendre et le préparer. Ceci tient également compte du volume d'eau nécessaire à la fabrication de la tasse dans laquelle il sera bu.
Si, en plus, vous y ajoutez du lait, du sucre et que vous le versez dans une tasse à emporter, l'empreinte eau atteint les 200 litres (avec quelques variations en fonction du sucre issu de betteraves ou de cannes à sucre). Autres données, 70 grammes de sucre par jour, représentent l'équivalent de 100 litres d'eau en moyenne. Pour tous les ingrédients qui entrent dans la composition d’un hamburger, l'empreinte grimpe à 2.400 litres et pour ce qui est des vêtements, un T-shirt en coton de 250 grammes affichera une empreinte eau de 2.700 litres.
"Cet indicateur fait prendre conscience de façon simple des impacts des modes de vie et donc des pressions exercées par les activités humaines sur la ressource eau, qu'elles soient domestiques, industrielles ou agricoles", souligne le WWF-France en marge du Forum mondial de l'Eau à Marseille. L'indicateur, mis au point en partenariat avec l'université hollandaise de Twente, est décliné en trois couleurs. Le bleu correspond à la consommation des eaux de surface et des eaux souterraines ; le vert indique la consommation des eaux de pluie (notamment par évaporation dans les cultures agricoles) ; le gris évalue le volume d'eau douce requis pour diluer les polluants.
Une empreinte eau de 1.786 mètres cubes par an et par Français
Ainsi, selon les calculs de l'ONG, l'empreinte eau de production en France (c'est à dire l'eau utilisée sur le territoire pour la production de biens et services) s'élève à 90 milliards de mètres cubes par an. Les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine sont celles qui affichent la plus forte empreinte eau bleue en France, en raison des besoins en irrigation notamment pour le maïs. Les cultures agricoles représentent 86% et les céréales, à elles seules, la moitié de cette empreinte eau de production. Par ailleurs, l'empreinte eau d'un consommateur français, s'élève à 1.786 mètres cubes par an, soit, à titre de comparaison, l'équivalent du volume intérieur de deux Boeing 747, indique le WWF cité par l'AFP.
L'essentiel de cette empreinte est d'origine agricole, 36% correspondant à la consommation de viande (le bétail se nourrit de maïs et de soja qui demandent de grandes quantités d’eau pour être cultivés) et 10% au lait, via les fourrages. WWF indique également qu’à l'échelle mondiale, la production de bétail compte pour 23% de l'eau consommée dans l'agriculture, soit l'équivalent de plus de 1.150 litres d'eau par personne et par jour.

Les Nanoblocks débarquent !

 Les Nanoblocks sont des mini-Lego très populaires au Japon. Ils sont en fait plus répandus dans les boutiques de jouets nippones que les Lego. A titre de comparaison, la taille de la plus petite pièce Lego est de 7,8 X 7,8 X 9,6 mm, tandis qu’elle est de 4 x 4 x 5 mm pour les Nanoblocks.
Ils ont débarqué en France en ce début d’année 2012, et l’on commence à trouver les Nanoblock Mini Seriesreprésentant des animaux un peu partout (meilleur prix vu au Virgin, autour de 6 euros). Les Mini Series sont vendues dans des petits sachets trop kawaï, qui donnent envie d’en acheter par douzaine, juste pour se faire son propre rayon jouets à la maison.
La série architecture Sites to See ou Deluxe Serie est plus difficile à trouver. C’est pourtant la plus intéressante, avec notamment une version impressionnante du célèbre château de Neuschwanstein ou du Kaminarimon, la porte qui mène au Temple Senso-Ji dans le quartier d’Asakusa à Tokyo.
C’est ce Nanoblock que je me suis procuré pour 20 euros à la boutique Mr.Fish dans le 9ème à Paris.
Verdict : une heure trente minutes de montage ! Il faut être très méticuleux pour assembler les 450 mini-briques en suivant un mode d’emploi pas toujours très clair, mais trop joli. On pardonne et on en veut encore !

Les dernières séries de Lego proposent beaucoup de pièces spécifiques non réutilisables pour un autre modèle (Star Wars, Harry Potter et autres Ninjago). Nanoblock propose des constructions basées sur des briques génériques uniquement. Cela participe à la pureté du produit, à son esprit zen japonisant. Bref, c’est cool !
Les Nanoblocks existent aussi en petits pots de briques mono-teinte… A vous de jouer.
Donnez libre court à votre imagination en mode Nano !



Il retrouve sa maison qu'il avait perdue grâce à Google Earth


KHANDWA - Un jeune Indien qui s'était perdu a réussi, 25 ans plus tard, à rentrer chez lui et retrouver sa famille et ce, en partie grâce au logiciel Google Earth.
En 1987, Saroo Brierley, un jeune indien âgé de cinq ans, était en train de mendier avec son frère dans une gare. Après s'être perdu, il tenta de rentrer chez lui mais prit le mauvais train. Dans son récit livré au magazineThe Mercury, il explique s'être endormi avant de se réveiller 10 heures plus tard... à l'autre bout du pays. Après avoir tenté de retrouver son chemin, il fut finalement placé dans un orphelinat puis adopté par une famille.
Cependant il explique : « j'ai gardé en tête les images de la ville dans laquelle je suis né, comme les rues dans lesquelles j'avais l'habitude de trainer ». Et d'ajouter : « sur Google Earth j'ai passé énormément d'heures à zoomer et à dézoomer à la recherche de quelque chose de familier ».
Il finit tout de même par reconnaître la gare de Khandwa et ses alentours d'où il perdit son frère de vue voici 25 années. L'homme est finalement rentré chez lui il y a trois semaines.
Source : Clubic

Chasse aux oeufs dans les rues de Londres

A Londres, les cloches sont en avance, elles se sont amusées à cacher 200 oeufs dans des rues de la capitale. Spécialement créés par des artistes de renommée internationale, ils sont l'objet d'une chasse inédite lancée par Fabergé avec prix à la clef et levée de fonds pour des associations.
 

 



 

 


Les photographies surréalistes de Rodney Smith


S’inspirant des maîtres du surréalisme comme les peintres René Magritte ou Giorgio De Chirico, le photographe Rodney Smith imagine tout un univers de formes et de contrastes où le temps semble s’être arrêté.
Jouant habilement avec les contrastes noir et blanc, les drapés ou encore les poses insolites adoptées par ses modèles, le photographe new-yorkais Rodney Smith imagine toute une série de photographies surréalistes inspirées par quelques grands maîtres de la peinture.
Fasciné le plus souvent par les rapports de taille et d’échelle, celui-ci a à cœur de toujours choisir des angles de prise de vue inédits qui ajoutent au mystère et accentuent le côté onirique de ses photographies. Se définissant lui-même comme "un photographe de paysages, qui place des gens au milieu des paysages", l’artiste semble se définir également comme un réaliste qui distille du rêve sur papier glacé. Jouant habillement avec l’esthétisme suranné des vieilles cartes postales, le plasticien américain imagine toujours plus de situations incongrues pour donner vie à ses créations.
 

 

 

 

 

 

 


Une ingénieuse batterie supplémentaire pour iPhone 4


Jusque là, les batteries de secours pour téléphones portables avaient toutes un point commun : vous deviez leur trouver une place dans votre poche ou les jeter au fond de votre sac… Mais Sandberg a trouvé la parade avec sa BatteryCase : une batterie qui est aussi… une coque. Ingénieux et ultra pratique.
Le concept : une puissante batterie qui double l'autonomie de l'iPhone 4 et prend l'apparence d'une coque arrière rigide pour iPhone. Avec sa nouvelle BatteryCase, Sandberg a tout compris. Loin d’être un accessoire supplémentaire et encombrant à transporter avec soi, cette batterie constitue une extension naturelle du téléphone portable, tout en le protégeant des rayures et de la poussière. Après l’avoir chargé à partir d'un ordinateur ou avec l'adaptateur de l'iPhone à l'aide du câble USB fourni, vous pouvez connecter votre BatteryCase à votre iPhone 4 ou 4S et doubler ainsi la durée de vie de la batterie. 

"Il ne suffit pas de créer des choses qui fonctionnent", déclare Martin Hollerup, Directeur général de Sandberg, avant de poursuivre : "Les gens ont évidemment choisi d'utiliser un portable parce qu'ils veulent être mobiles. Plus on limite le nombre d'appareils supplémentaires, plus on laisse de câbles à la maison, et plus on profite de sa mobilité. Le BatteryCase vous offre une grande quantité d'énergie pour écouter de la musique, regarder des vidéos, vous connecter en wi-fi, etc. Vous n'avez ainsi plus à vous soucier du moment où vous pourrez recharger la batterie".

Garanti cinq ans, cet accessoire pratique et malin ravira tous les grands bavards. Et cette fois, messieurs, finie l’excuse facile : "J’avais plus de batterie"… Cette fois, elle ne vous croira plus…

Salon de Genève : le concept Nissan Juke Nismo s'active


Le Nissan Juke devient plus sportif grâce à une préparation de Nismo. Beaucoup de nouveaux éléments font leur apparition...
Le Concept Nissan Juke Nismo, dévoilé au Salon de Tokyo en décembre 2011 puis au Salon de Genève, possède un kit carrosserie dessiné par les aérodynamiciens de Nismo. La nouvelle ligne ne déplaira sans doute pas aux amateurs de citadines sportives...
La finition blanc nacré de ce concept est autant convaincante qu'aérodynamique ! Le nouveau kit carrosserie présente des nouveaux boucliers avant et arrière ainsi que des élargisseurs d'ailes et des bas de caisse restylés. La forme des rétroviseurs a également été revue afin d'offrir un meilleur écoulement d'air. Enfin, il ne faut pas oublier les nouvelles jantes 19 pouces.
Nismo a également retouché le châssis, en le rigidifiant, et le moteur essence 1,6 litre turbo à injection directe développera plus de puissance. De plus, le volant, les pédales, l'instrumentation, le pommeau de levier de vitesses et les garnitures de portes ont été repensés pour une conduite plus sportive. Enfin, les sièges baquet font leur apparition.
 


 

Célibat : ce mal du siècle qui fait des heureux


Entre les personnes qui vivent seules, les veufs, les divorcés et les familles monoparentales, la France compterait pas moins de 16 millions de célibataires. Du moins si l’on en croit une étude menée par le cabinet d'analyse Xerfi, qui y voit une aubaine incroyable pour les sites de rencontres. 

Ce n’est pas un hasard si les sites de rencontres fleurissent aujourd’hui sur la Toile. Aux agences matrimoniales, aux rencontres arrangées et au simple hasard de la vie, de plus en plus de célibatairespréfèrent aujourd’hui les sites de rencontres. 
 
D’autant qu’à la jungle des premiers temps s’est désormais substitué un marché segmenté qui répond aux attentes de toutes les cibles : sites dédiés aux cougars, aux geeks, aux musulmans, aux catholiques ou encore aux aventures d'un soir...
 
Les solutions pour trouver l’âme sœur ne manquent donc pas surtout que les sites de rencontres ne sont pas les seuls à surfer sur ce phénomène de société. Il est désormais possible de partir en vacances avec des célibataires dans des clubs prévus à cet effet, et même d’exercer des loisirs avec d'autres personnes qui ne sont pas en couple. Un filon juteux qui fait les beaux jours de tous ceux qui s’y engouffrent… 

Le héros de "Maman, j'ai raté l'avion !" dans un sale état


Cela fait longtemps qu’on sait que Macaulay Culkin, derrière sa petite frimousse blonde, n’a rien d’un ange. Après le succès phénoménal des deux premiers opus de Maman j’ai raté l’avion , il a rejoint les rangs de ces enfants-stars qui tournent mal. La dernière photo de l’ex-poupon qui vient d’être révélée par l’émission américaine Entertainment Tonight a, en tout cas, de quoi faire peur !
Sur ce cliché, pris à New York le 9 février, l’acteur (car oui, il lui arrive encore épisodiquement de tourner) y apparaît effroyablement maigre et complètement débraillé. L’émission laisse entendre que le jeune homme aurait de nouveau succombé à ses vieux démons : la drogue et l’alcool.
De son côté, l’agent de Macaulay Culkin s’est indigné de la diffusion de cette photo, affirmant que son poulain était en parfaite santé. “Qu’ Entertainment Tonight, ou tout autre média, en spécule autrement est irréfléchi, irresponsable et destructeur.” Des propos qui se veulent rassurants mais auxquels on a du mal à croire, tant ils contrastent avec ce qu’on voit sur la photo.
La disparition de Whitney Houston est là pour nous rappeler le destin tragique des stars. Et sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, on se demande si Macaulay ne risque pas de connaître un jour le même sort. En 2004, Macaulay avait notamment été arrêté en possession de 17,3 g de marijuana. Il avait été brièvement incarcéré et avait dû suivre une cure de désintoxication. Au vu de ce nouveau cliché, on peut se demander, en effet, s’il n’a pas sombré à nouveau…

Un cameraman tue un lapin-vedette


En Allemagne, le petit lapin Til, âgé de seulement dix-sept jours, avait un avenir prometteur devant lui. Né sans oreilles, il figurait parmi les animaux les plus populaires du pays jusqu’à ce qu’un caméraman l’écrase. L’accident est survenu lors d’un tournage dans le zoo où logeait la mignonne petite bête, en Saxe. Une conférence de presse devait la présenter au monde entier.
Selon le quotidien Spiegel Online, le cameraman n’a jamais vu Til car le lapin était caché sous du foin. C’est en reculant qu’il aurait tué l’animal. « Il a été touché de plein fouet. Il est mort sur le coup, il n’a pas souffert. Personne n’aurait pu le prévoir. Tout le monde est bouleversé. Le cameraman était  désemparé », a déclaré le directeur du zoo, Uwe Dempewolf.
Les responsables du zoo évaluent la possibilité d’empailler le lapin. En attendant, son corps a été congelé.

Photographié par Google alors qu'il urinait dans son jardin, il est débouté


Un habitant d'un hameau du Maine-et-Loire qui avait assigné Google en référé le 1er mars après la mise en ligne sur l'application Street View du site d'une photo où l'on pouvait l'apercevoir en train d'uriner dans son jardin, a été débouté jeudi, a-t-on appris de sources judiciaires.
Le tribunal d'Angers a décidé "la nullité de l'assignation pour avoir été délivrée à une personne morale distincte de celle concernée par la procédure, et par défaut de fondement juridique".
Le plaignant, qui réclamait 10.000 euros, a été condamné à verser 1.200 euros à Google France.
Il avait engagé la procédure après s'être rendu compte qu'"il était devenu la risée de son village" à la suite de la mise en ligne de cette photo, avait précisé à l'AFP son avocat, Me Jean-Noël Bouillaud, qui avait plaidé une atteinte à la vie privée et au droit à l'image de son client.
La photo, dont le plaignant avait demandé le retrait immédiat du site, l'avait été dès le lendemain de l'audience. Très légèrement flouté, le cliché, que l'AFP avait pu consulter sur Google Street View, montrait un individu en train de se soulager dans la cour de sa maison.
La photo avait été prise par un véhicule équipé d'un mât à caméra rotative utilisé par Google pour offrir des panoramas en ligne.
Me Bouillaud n'a pu être immédiatement joint pour s'exprimer sur ce jugement.

Dordogne : "Mimine" le sanglier pourra rester chez sa propriétaire


Le tribunal correctionnel de Périgueux a condamné mercredi à 100 euros d'amende avec sursis une agricultrice périgourdine qui pourra cependant garder "Mimine", le sanglier qu'elle héberge depuis onze ans sur son exploitation.
"C'est formidable !", a déclaré à l'AFP Evelyne Cornu, très satisfaite de ce jugement qui lui permet de conserver cet animal auquel elle est très attachée.
En juin, elle avait été condamnée à 200 euros d'amende et avait été sommée de s'en séparer par le tribunal de grande instance de Périgueux, ce qu'elle avait refusé et lui a valu une comparution en février en correctionnelle.
Entre-temps, cette quadragénaire a entrepris des démarches afin de ne pas se voir confisquer sa laie qui vit dans un parc clôturé de son exploitation agricole de Veyrines-de-Vergt.
"J'ai demandé un certificat de capacité d'élevage et on lui a posé des boucles d'identification sur les oreilles", a expliqué Mme Cornu. Des démarches dont les magistrats semblent avoir tenu compte.
En juillet, le tribunal correctionnel de Bergerac avait ordonné la confiscation d'un renardeau apprivoisé, "Zouzou", à sa famille adoptive, également condamné à payer 300 euros d'amende pour "détention sans autorisation d'un animal non domestique".

"L'amour c'est chiant", "les Japonaises n'aiment pas le sexe", disent-ils


"L'amour c'est chiant", "j'ai plus de 40 ans, je n'ai jamais fréquenté une seule fille", "je veux un époux qui gagne le plus d'argent possible", "les Japonaises n'aiment pas le sexe": ces réflexions de Nippons en disent long sur leur société jugée en mal de communication.
"Comment peut-on considérer que l'amour, qui est la chose la plus enrichissante que la vie ait à nous proposer soit +mendokusai+ ("barbant") et que des jeunes Japonais osent le dire", s'interroge la sociologue française Muriel Jolivet.
"Je vis au Japon depuis 1973, mais les Japonais continuent de me fasciner. J'entends et vois ici des choses incroyables que je ne verrais ni n'entendrais nulle part ailleurs", souligne l'universitaire qui, dans ses plus récents ouvrages "Japon, la crise des modèles" (éditions Picquier) et "Tokyo Instantanés" (Elytis), décortique les maux de la société nippone.
"Il suffit que j'allume la télévision cinq minutes et j'ai forcément une anecdote insensée à récolter". Et de citer en exemple le cas d'un Japonais "qui fait le tour du Japon déguisé en lapin rose pour se déstresser".
"Une femme m'a dit un jour +je déteste les enfants, j'ai franchement horreur de ça mais il fallait bien que je dise que je les aime pour pouvoir me marier+", raconte cette collectionneuse insatiable de réflexions "incroyables".
"Les Japonais sont des gens sensibles comme nous, qui pensent, qui souffrent, mais il y a une telle différence dans la manière d'exprimer ce qui est ressenti, dans la façon de contenir, que brusquement ils peuvent passer du contrôle absolu à la confidence totale. On dit rien ou on dit tout, et presque trop, et c'est cela qui m'intéresse", insiste-t-elle.
Dans sa quête de choses vues, lues, ou entendues, les relations amoureuses et le mariage sont un de ses thèmes de prédilection, dans un pays en mal d'enfants et où les esseulés sont de plus en plus nombreux.
"Le mariage a toujours été une obsession nationale au Japon avec des livres dissertant sur le sujet à n'en plus finir", explique-t-elle.
Aujourd'hui, l'on voit des filles de 35 à 40 ans se lancer à corps perdu dans des "campagnes de recherche de mari" ("konkatsu"), encouragées par les agences matrimoniales dont les publicités tapissent les métros, ou bien par les municipalités qui organisent de gigantesques soirées-rencontres ("machikon") de plusieurs milliers de personnes.
"Les filles qui ont aujourd'hui entre 35 et 40 ans ont été élevées par une mère qui était au foyer et qui leur a dit +surtout ne fais pas comme moi, fais des études, aie une carrière, aie les moyens d'être indépendante, libre+. Ces filles se sont défoncées pour travailler mais elles se rendent compte qu'on s'est arrangé pour qu'elles ne fassent pas ombrage aux hommes", assure Mme Jolivet.
Cette déception conduit les femmes à régresser et à rechercher l'époux le mieux armé pour affronter à deux un avenir incertain. Las, le mari idéal est de plus en plus rare.
"La précarité du travail fait que les hommes sont très rares à gagner 5 millions de yens (50.000 euros) par an à 30 ans", comme le souhaiteraient nombre de filles pour qui le pouvoir d'achat est, devant les sentiments, le facteur clé de sélection d'un prétendant.
"Les jeunes Japonais inquiètent en outre en raison d'une chute de libido, une baisse d'envie pour ce qui jusqu'à présent ne faisait pas l'ombre d'un doute, le chemin tout tracé vers le mariage, les enfants", souligne Mme Jolivet.
Elle cite le témoignage d'un homme de plus de 40 ans, qui "aimerait bien se marier mais n'a jamais fréquenté une seule fille de sa vie et ne sait pas ce qu'il pourrait lui dire, serait aussi démuni que face à une extra-terrestre".
"Ce désintérêt global est en train de dépeupler le pays avec un nombre croissant de célibataires à vie, individus qui n'existaient pas auparavant au Japon où 95% des personnes étaient mariées", rappelle-t-elle.
"Un des termes qui représentent le mieux les jeunes d'aujourd'hui est +atomawashi+ (reporter à plus tard), on y repensera demain", constate-t-elle.
Pour autant, en bonne connaisseuse de l'histoire du Japon et des Japonais, elle ne désespère pas car "ce qui est extraordinaire avec les Japonais c'est qu'ils retombent toujours sur leurs pieds".

Une Ecossaise de 29 ans se marie pour la 4ème fois


Alison Smith a 29 ans et présente un parcours sentimental atypique... car elle va se marier pour la quatrième fois.
Une femme de 29 ans va se marier pour la quatrième fois ! Pas encore trentenaire, Alison Smith a un parcours sentimental atypique. Son premier mari l'a quitté dix jours après les noces pour la propre mère de la malheureuse. Lors de son secondmariage, le futur époux la laissa en plan juste avant la cérémonie. Le troisième compagnon était bigame. Après toutes ces déconvenues, cette Écossaise, mère de deux enfants, compte maintenant prendre les choses en main en épousant son amant. 
Alex Shepherd est son dernier ex-mari d'Alison. Plutôt mécontent d'apprendre que celle-ci compte se remarier, il doit passer devant la justice pour avoir physiquement attaqué son rival. "Tout ce que je voulais, c'était me poser et avoir d'autres enfants avec elle. Je savais pour ses précédents maris, - j'en connais même personnellement - et je pensais qu'elle avait changé mais visiblement je me suis trompé", déclare Alex au quotidien britannique The Sun
Matthew, son nouveau fiancé, assure qu'Alison "veut juste oublier toutes ces histoires et être en paix avec tout le monde". Des histoires il y en a eu un paquet entre Alison et Alex. Il se sont mariés en 2008 malgré qu'Alex ait commis un écart alors qu'ils étaient fiancés. Lors de la cérémonie, son premier mari, George (qui est aujourd'hui avec sa mère), l'a conduit à l'autel. Ce mariage s'est brisé avec la découverte de la relation extra-conjugale qu'entretenait Alison avec Matthew. Le plus étrange est le fait qu'à cette époque, Alison et Alex habitaient avec Pat (la mère d'Alison) et George (son premier mari) !
Cette Écossaise connaît des déboires sentimentaux à en tomber à la renverse. Des histoires dignes d'une série telle que Les Feux de l'Amour ! Il y a cinq ans, Alison expliquait que ce passé amoureux n'est pas une fierté : "Je ne suis pas fière de m'être mariée autant de fois alors que je n'ai que 24 ans, j'ai été malheureuse mais je pense que j'ai enfin trouvé mon prince charmant". Vous l'avez compris, elle parlait, à l'époque d'Alex Shepherd. Matthew n'a qu'à bien se cramponner !