Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

vendredi 6 avril 2012

Politico humour !


Un blog humoristique mettant en scène Hillary Clinton crée le buzz


"Salut, Hil', tu fais quoi là?", dit Barack Obama. "Je dirige le monde", répond Hillary Clinton: ce dialogue imaginaire est l'un des nombreux que compte un blog humoristique mettant en scène la secrétaire d'Etat américaine et qui suscite un buzz aux Etats-Unis.
Le blog est constitué de vignettes toutes composées sur le même principe: une photo, toujours la même, de Mme Clinton en train de consulter son smartphone dans un avion, collée à une image d'une autre personnalité, et quelques lignes de dialogue humoristique.
Une des dernières vignettes en date met aux prises la chef de la diplomatie américaine et la chanteuse Lady Gaga:
"D'une femme puissante à une autre, bisou", dit Lady Gaga. "Mais qui me parle là?", répond Mme Clinton.
Une autre vignette montre l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice expliquer au président George W. Bush qu'elle a envoyé un texto à Mme Clinton pour lui demander si elle avait retrouvé sa paire de lunettes de soleil.
"Désolé Condi, je ne les pas trouvées", dit Hillary Clinton, qui porte justement sur la photo... des lunettes de soleil.
Le patron de Facebook Mark Zuckerberg est également de la partie. On y voit le jeune milliardaire envoyer "une demande d'ami", vraisemblablement sur le réseau social qu'il a créé, à Mme Clinton, qui répond: "Rejetée".
Le blog, lancé mercredi sur la plateforme Tumblr (http://textsfromhillaryclinton.tumblr.com/), est l'oeuvre de deux spécialistes en communication, Adam Smith et Stacy Lambe, tombés sur la photo de Hillary Clinton tenant un BlackBerry.
"On a décidé que ça pourrait devenir un truc à la mode, dont on pourrait bien rigoler ensuite. Pour dire la vérité, tout s'est passé dans un bar autour de quelques verres", explique à l'AFP Stacy Lambe dans un courrier électronique.
"On a fait quelques (vignettes) et des gens nous ont soumis des idées", ajoute-t-il. "Ensuite, c'était l'effet boule de neige".
Du très sérieux Washington Post au site internet spécialiste du buzz Buzzfeed.com, le blog Tumblr s'est retrouvé dans tous les médias américains.
Le département d'Etat n'a pas encore officiellement réagi. Mais "ça serait bien qu'Hillary en parle!", confie M. Lambe, qui a déclaré dans la presse américaine être un "énorme fan" de la secrétaire d'Etat.

Bangladesh: un poisson renommé pour la saveur de sa vessie vendu 38.000 dollars


Un riche Chinois de Hong Kong a acheté jeudi pour 38.000 dollars US (29.000 euros) un poisson renommé pour la saveur de sa vessie, à Chittagong, la grande ville portuaire du Bangladesh.
L'homme d'affaires a acheté un golden snapper de 37 kg, un poisson rare et renommé pour "la saveur de sa vessie et la succulence de sa chair", a indiqué à l'AFP Jahangir Saudagar, le vendeur.
Jahangir Saudagar avait acheté l'animal aux enchères, auprès de pêcheurs revenus du Golfe du Bengale mercredi soir.
Face à 500 acheteurs potentiels, le vendeur de poisson "a renchéri jusqu'à ce que tout le monde abandonne car je savais que je pourrai vendre ce poisson à un (très bon) prix". "Au final, je l'ai vendu pour 3,05 millions de takas", soit 38.000 dollars US, a-t-il ajouté.
Selon le professeur de zoologie Noman Siddi, de l'Académie de la pêche marine à Chittagong, la rareté de ce golden snapper tient à sa couleur, dorée, alors que ces poissons sont le plus souvent rouges ou argentés.
"Il n'y a que trois ou quatre" poissons de ce type dotés d'écailles dorées qui sont péchés dans le Golfe du Bengale chaque année, a-t-il expliqué à l'AFP.

L'ambassadeur des Etats-Unis, "Mr. Frugal", crée encore le buzz en Chine


Il s'était déjà fait remarquer par les internautes chinois en portant lui-même ses bagages ou en faisant la queue chez Starbucks comme un banal client, l'ambassadeur des Etats-Unis en Chine crée à nouveau le buzz pour son choix d'hôtel... 4 étoiles.
Dans un pays où l'on critique volontiers le train de vie luxueux des dirigeants communistes, notamment leurs banquets arrosés de coûteuses liqueurs, l'apparente simplicité de Gary Locke détonne.
En assistant cette semaine dans l'île de Hainan (sud) au Forum de Boao, un rendez-vous axé sur l'intégration économique de l'Asie, M. Locke a logé dans un hôtel 4 étoiles et non au Sofitel choisi par de nombreux participants, a rapporté vendredi le quotidien Global Times.
Selon le journal, le prix des chambres au Sofitel, un palace 5 étoiles, s'échelonne de 180 à 530 euros, soit en moyenne trois fois plus que ce que le gouvernement américain prend en charge pour ses fonctionnaires en déplacement en Chine.
L'apparente frugalité de Gary Locke, dans l'île devenue celle de la jet-set chinoise, était vendredi citée en exemple par beaucoup d'internautes.
Ce cas "illustre le déficit d'encadrement légal de nos responsables, qui favorise le gaspillage de l'argent public lors des déplacements officiels", estimait ainsi Chuanyude Angel, sur Sina Weibo, le Twitter chinois.
Song Zude, un animateur de télévision connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, n'a pas écarté l'hypothèse que le choix d'hôtel de Gary Locke s'inscrive dans une opération de relations publiques.
Mais, a-t-il relevé dans un message à l'ambassadeur, "vos manières simples apparaissent si inhabituelles dans notre pays que vous représentez un cas de conscience pour nos dirigeants".
Ce n'est pas la première fois que Gary Locke séduit les Chinois par sa simplicité.
Prenant ses fonctions l'été dernier, cet Américain d'origine chinoise avait été photographié à l'aéroport de Seattle portant un sac à dos à côté de sa fille, achetant lui-même un café chez Starbucks, comme n'importe quel voyageur anonyme. L'image a été vue par des millions de Chinois.
Il avait plus tard à nouveau créé la surprise en occupant un siège en classe économique lors d'un vol intérieur en Chine.

Aux Etats-Unis, même les orangs-outans sont "high tech"


Le jeune orang-outan tapote l'iPad avec le doigt et crée des taches de couleur. Puis Mahal presse la langue contre l'écran qui commence à jouer son air favori: "Ah! vous dirai-je, maman". Au zoo de Milwaukee, les orangs-outans sont très high tech et jouent avec la technologie.
Et bientôt, Mahal et deux de ses congénères pourront utiliser leur iPad pour une activité encore plus passionnante: "rencontrer" en direct via l'internet des orangs-outans d'autres zoos.
Ces animaux sont déjà fascinés par les vidéos d'autres orangs-outans qu'ils peuvent admirer sur les tablettes, disent les responsables du zoo situé dans le nord des Etats-Unis, mais voir leurs congénères en direct sera peut-être encore plus intéressant.
"Il nous tarde de voir où cela va mener", dit à l'AFP Trish Kahn, responsable des primates au zoo de Milwaukee. "Peut-être resteront-ils totalement indifférents, mais tels que je les connais, je pense qu'ils vont comprendre que l'image vient en direct et qu'ils regardent un autre orang-outan", dit-elle.
Ces singes de Milwaukee peuvent s'amuser avec des iPads - qu'on leur tend près des grilles de leur cage - et leur section a été équipée de wifi de manière à ce qu'ils puissent jouer, et que les visiteurs puissent les voir sur une webcam.
D'autres zoos utilisent des tablettes pour leurs orangs-outans, financés par l'association Orangutan Outreach qui a lancé la campagne "Apps for Apes" (Des applications pour les singes) après avoir vu combien ces animaux aimaient jouer avec leur iPad à Milwaukee.
Le but est double: proposer une activité aux animaux qui développe leur intelligence et essayer de convaincre les visiteurs de se rallier à une campagne de protection de cette espèce en danger.
"Lien avec l'animal"
"Ces animaux sont menacés d'extinction", dit Mme Kahn à l'AFP, en parlant de ces singes "remarquablement intelligents". Leur habitat est peu à peu détruit à cause de la déforestation en Indonésie, pour pouvoir produire de l'huile de palme.
Scott Engel, bénévole et photographe indépendant, montre les vidéos aux singes à travers la glace épaisse de leur cage et répond aux visiteurs qui l'assaillent de questions.
Ainsi, dit-il, Mahel aime regarder des images de pingouins, alors que sa mère adoptive, MJ, adore les documentaires nature de la BBC signés David Attenborough.
MJ tape sur la glace pour que Scott démarre la vidéo suivante.
Le bénévole avait pris contact avec le zoo pour donner son vieil iPad. Maintenant, il vient sur place plusieurs fois par semaine pour montrer aux orangs-outans les vidéos qu'il a souvent lui-même filmées.
"C'est merveilleux de pouvoir établir un lien avec un animal", dit le photographe.
Mahal applaudit quand il voit le bénévole et aime jouer à cache-cache avec lui, en se dissimulant sous la fenêtre, tandis que MJ attire son attention pour que Scott joue avec elle.
Même Tommy, vieux mâle de 30 ans solitaire et la plupart du temps dans son coin, vient de temps en temps manifester sa présence. Il aime bien voir Scott et son iPad.
"Pour nous, il est merveilleux de le voir sortir et cesser de se cacher", dit Mme Kahn. Tommy est "formidable et nous voulons que les gens le voient".

Les Français sont mécontents de leur salaire


86% des salariés Français se disent "de temps en temps ou souvent heureux" au travail et "de temps en temps ou souvent fiers" de leur travail. 80% d'entre eux disent qu'ils s'accomplissent dans leur travail (35% souvent, 45% de temps en temps), selon le baromètre Edenred Ipsos publié le 3 avril dernier. En revanche, du côté des salaires, l’enthousiasme est loin d’être au rendez-vous. 
739 euros. C’est la somme supplémentaire qu'il faudrait aux Français par mois pour avoir un pouvoir d'achat satisfaisant, selon cette enquête Ipsos. En effet, 68% des salariés interrogés se disent "assez peu ou pas du tout satisfaits" de leur pouvoir d’achat. Toutefois, les personnes interrogées avouent être satisfaits dans d’autres sphères de la vie professionnelle: leur degré d'autonomie (80%), les horaires de travail (73%), l'ambiance de travail (69%) les relations avec le supérieur hiérarchique (67%).
Néanmoins, seuls 35% de ces mêmes salariés se disent satisfaits de leur rémunération, 32% des possibilités d'évolution. Des chiffres qui divergent du privé à la fonction publique. En effet, les salariés du secteur public semblent être plus satisfaits que leurs collègues du privé en matière d'autonomie (82% contre 79%) ou encore d'horaires de travail (79% contre 70%). En revanche, les salariés du privé sont plus satisfaits des avantages sociaux (42% contre 30%).
Quant à leur motivation au travail, 57% des cadres et 50% des non-cadres la jugent stable, 9% des cadres et 7% des non-cadres la considèrent croissante, 33% des cadres et 41% des non-cadres disent quant à eux qu'elle diminue.

Le Fouquet's propose un ballon de Pâques


Vous avez déjà admiré le mignonMouton du Trianon et le kit de pétanque en chocolat du palace Le Meurice (à voir et revoir ici et ). Découvrez maintenant ce que Le Fouquet's a préparé pour Pâques 2012.
Pour Pâques, pourquoi se cantonner à quelques classiques et ne pas innover en matière de formes de chocolat ? C'est ce qu'a fait le luxueux hôtel/ restaurant Le Fouquet's Barrièrequi nous propose cette année un ballon en chocolat.
Signée Claude Ducrozet - le chef pâtissier du palace - et inspirée par les enfants, cette création chocolatière se nomme l'Envolée Chocolatée. Cette dernière est composée d'un socle de chocolat noir parsemé d’amandes grillées, sur lequel on retrouve une main gantée rappelant celle de Mickey Mouse. Cette main sucrée retient elle un ballon rouge (la couleur du Fouquet's) fait lui aussi de chocolat et renfermant des mini oeufs en nougatine.
Outre cette belle réalisation gourmande, Le Fouquet's a également prévue dans son jardin une chasse aux oeufs ainsi que des ateliers de créations artistiques pour les enfants le lundi 9 avril à 15h. 

Oui, les Français sont joyeux !


Depuis le temps qu’on nous le ressasse à longueur d’enquêtes et de statistiques, on avait fini par se faire à cette idée : les Français sont des râleurs invétérés et des insatisfaits chroniques. Bref, ils ne sont pas doués pour le bonheur. Mais si l’on en croit une récente enquête, très sérieusement menée par l’institut Ipsos pour le compte de la Foire de Paris, les Frenchy ne sont peut-être pas heureux, mais ils sont joyeux. Décryptage.
Si le bonheur est un état permanent ou de longue durée, la joie, elle, est une émotion passagère, un ressenti fugace qui peut ensoleiller un instant, une journée, une soirée… Et contre toute attente, 84% des Français sondés se décrivent comme très ou plutôt "joyeux"… Ce qui met le cœur des Français en joie ? les plaisirs les plus simples de la vie : "savourer un bon repas"(pour 85 % de Français ), "écouter de la musique", "cuisiner", ou encore, surtout pour les hommes, "déguster un très bon vin".
Du côté des jeunes, le simple fait de "recevoir un texto" peut rendre très joyeux. "Prendre un bain", "s’asseoir devant un feu de cheminée", "s’allonger sur un transat dans le jardin", autant de petits plaisirs qui figurent aussi en bonne place dans le cœur des Français… L’évocation de bons souvenirs de vacances ou d’enfance met aussi du baume au cœur des Français… Des moments de grâce et de joie qui sont d’autant plus intenses lorsqu’ils sont partagés. 92% des sondés affirment en effet que les plus grands moments de joie sont ceux qu’on éprouve "lorsqu’on est avec les autres".
Considérée comme contagieuse et communicative, la joie est aussi ressentie dans le rapport à l’autre : on sourit aux autres (68%), on rit ensemble (55%). Et si la joie est aussi agréable à ressentir, c’est aussi parce qu’elle ne se commande pas et demeure éphémère : il n’y a que les 25-34 ans pour penser (pour un quart d’entre eux) qu’on peut être joyeux en claquant des doigts, rien qu’en le voulant… Pour les deux tiers des Français, au contraire, la joie, c’est un peu comme l’amour : ça vous surprend au moment où vous vous y attendez le moins…

Cette maison possède un jardin sur son toit

Une maison avec jardin, tout le monde en rêve. Mais que diriez-vous si maintenant la pelouse de votre "home sweet home" remplaçait astucieusement le toit de celui-ci?
Construite dans la banlieue de Melbourne en Australie, cette maison à l’étrange architecture possède la particularité unique d’accueillir une véritable pelouse sur son toit! Imaginée par le studio d’architecture et de design Andrew Maynard Architects, cette bâtisse baptisée Hill House (la maison-colline), présente des formes architecturales étonnantes où éléments de construction et matières écologiques semblent faire plutôt bon ménage.
Réalisée dans le but d’exploiter au mieux l’énergie solaire, Hill House fait face au nord permettant ainsi à ses habitants de ne pas être trop exposés à la chaleur durant les interminables mois d’été et de conserver une température douce les mois d’hiver."Dans la Hill House, l’entrée est réorientée, la cuisine est devenue le centre névralgique de la maison, le pivot central de celle-ci. C’était le vœux des habitants. Derrière il y a le parc. Adjacent à celui-ci, le salon et le jardin et derrière, la maison des enfants", raconte ainsi l’architecte en charge des travaux, sur son site.
Une maison qui fait la part belle aux jeux et aux grands espaces à vivre pour que chaque membre qui l’habite se sente à son aise.
 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Un millionnaire se reconvertit en mineur de fond


Devenir mineur, c'est l'étrange choix qu'a fait un millionnaire chinois. Afin de se guérir de son addiction aux jeux d'argent, il a en effet décidé d'aller travailler au centre de la Terre.
Zhang Qijang Yongqiang à 39 ans et est millionnaire. Il a également une véritable addiction aux jeux d'argent. Pour s'en débarrasser il a pris une décision radicale : descendre au fond d'une mine pour y travailler, explique le site China News.
Ce millionnaire propriétaire de plusieurs supermarchés a donc choisi cette solution atypique pour se guérir de sa dépendance aux jeux qui lui aurait fait perdre une petite fortune. C'est dans une mine de charbon de Fengchun qu'il a choisi de se réfugier pour échapper à la tentation. Mais au fil du temps, sa thérapie est devenue une activité plaisante et Zhang Qijang Yongqiang a développé une véritable passion pour les mines. Ce métier est pourtant dangereux et difficile, les accidents de travail étant fréquents et le risque de silicose élevé (maladie pulmonaire). Mais cela n’effraie pas le millionnaire qui affirme "être tombé amoureux de ce travail".
Cette reconversion inédite à fait de lui la nouvelle star de la ville de Shihao (province de Hebei). Son histoire et sa détermination ont attiré l'attention de nombreux médias chinois et lui valent la sympathie de ses collègues. Sa nouvelle vie n'a effet plus rien à voir avec l'ancienne. Sa journée commence à 4hdu matin et se termine à 20h, ce qui implique que Zhang Qijang Yongqiang passe tous les jours 16 heures au fond du trou. Considéré comme l'un des meilleurs éléments de son équipe, son remède a porté ses fruits et à fait de lui un homme heureux : "Je n'ai pas joué depuis trois ans, c'est la meilleure période de toute ma vie".

Pour participer à un tournoi de golf, il récupère le pass mangé par son chien


Cet homme a cru voir son rêve d'assister au tournoi de golf s'effondrer lorsque sa chienne s'est mise à manger ses entrées. Mais déterminé, il est parvenu tout de même à récupérer ses précieux sésames.
Russ Berkman, un habitant de Seattle aux États-Unis, avait depuis longtemps un rêve en tête, celui d'assister au Tournoi des Maîtres, la compétition ultime de golf. Un rêve qui s'est accompli le jour où il a participé à un jeu sur la radio KJR et qui lui a permis de remporter quatre entrées pour ce tournoi, lui donnant notamment accès aux entraînements de ses idoles, relaie radio KJR. Du rêve au cauchemar, il n'y a qu'un pas, ou plutôt sa chienne...Sierra, qui a eu la mauvaise idée de manger ses précieux tickets...
Qu'à cela ne tienne, il fallait récupérer ces papiers, sa petite amie lui a conseillé alors de faire vomir l'animal. Quelques minutes plus tard, il a récupéré, au milieu de la substance gluante et peu attrayante, des bouts de papiers, une vingtaine au total. Ensuite, il a pris son mal en patience et a tenté de reconstituer les entrées, ce qu'il a fait à 70%. Puis, il a décidé de les prendre en photos et d'envoyer les clichés au club de golf d'Augusta et d'expliquer la situation. Voyant son désespoir et sa détermination, les responsables lui ont ré-imprimés les billets et il a pu assister mercredi dernier, au tournoi comme prévu.

Ces enfants ne déchirent pas les peintures, ils en font partie

L'artiste Jim Warren rend hommage à l'univers du rêve avec une série de peintures à l'huile intitulée "Ripping" (déchirure ou extraction) qui porte très bien son nom puisqu'elle met en scène des enfants qui traverse la toile des oeuvres pour rejoindre un monde onirique.
Une toile, de la peinture à l'huile et des pinceaux, il n'en faut pas plus à Jim Warren pour créer un pont entre rêve et réalité. Avec sa nouvelle série "Ripping", l'artiste nous bluffe une nouvelle fois par son talent.
Un voyage de l'autre côté de la toile
Jim Warren est un peintre spécialisé dans la peinture à l'huile avec pinceaux. Il a entre autre remporté le prix Westwood de 1975 et réalisé une collaboration avec Disney à partir de 2004, qui a été une grande source d'inspiration pour Warren depuis son enfance. A travers cette série de peintures, il allie son art à sa passion pour la fantasy surréaliste et nous propose une interprétation personnelle et poétique de la mise en image des fantasmes merveilleux de chacun. En somme, chaque trame du peintre représente une percée dans un désir d'atteindre ses rêves.
La vision d'un visage d'enfant émerveillé ou d'une main cherchant à tâton à toucher ce monde de couleur est d'une attractivité incroyable. Jim Warren semble vouloir nous faire passer un message car les adultes ne font qu'explorer en aveugle ces mondes merveilleux qu'ils désirent pourtant atteindre tandis que les enfant, eux, n'hésitent pas à s'engouffrer dans la déchirure et à traverser la toile pour les rejoindre. Une véritable interaction entre l'homme et le rêve est créée, l'un pouvant agir sur l'autre.
En tant qu'adultes, il nous est facile de concevoir un fantasme, mais pouvons-nous l'assumer et le voir ? Sommes-nous capables de croire qu'ils restent encore à notre portée ?

 

 

 

 

 


Un Marine pourrait être exclu de l'armée pour avoir critiqué Obama sur Facebook


Un sergent de l'armée américaine suscite la polémique actuellement. Celui-ci aurait insulté le président sur Facebook et créé un site contre sa future élection, ce qui n'est pas du goût de ses supérieurs.
Une commission de discipline s'est tenue jeudi aux Etats-Unis au sujet de Gary Stein, un sergent de 26 ans, dans l'armée depuis neuf ans. Les autorités lui reprochent d'avoir insultéBarack Obama sur Facebook et d'autres sites. Il aurait qualifié le président de lâche et "d'ennemi économique et religieux" et ajoutant "qu'Obama aille se faire foutre".Lançant même sa propre campagne contre l'actuel homme fort des Etats-Unis, il aurait créé des autocollants ayant pour slogan "NOBAMA 2012" et a ouvert un site au nom de "Tea Party des forces armées", référence au parti ultra-conservateur américain.
La commission a recommandé une exclusion "non honorable", jugeant ses propos inadmissibles étant donné qu'Obama, en commandant-en-chef des forces armées, est son supérieur. Pour sa défense, certains ont avancé le droit à la liberté d'expression comme n'importe quel citoyen vu qu'il faisait cela durant son temps libre. C'est une façon, certes agresssive, de participer à la campagne présidentielle. Quoiqu'il en soit la décision finale sera rendue par le général commandant l'unité du soldat, relaie Le Dauphiné.

Les peintures de Lascaux (momentanément) sauvées des champignons ?


France – Publiée récemment dans la revue Fungal Biology, une étude franco-espagnole fait le point sur la nature des organismes microbiens qui ont altéré les peintures rupestres de la grotte de Lascaux ces dernières années, et sur la politique de lutte contre cette menace.
Cesareo Saiz-Jimenez, du Conseil espagnol pour la recherche scientifique (CSIC), et Claude Alabouvette, microbiologiste à l'Institut national de recherche agronomique (Inra), présentent le rapport qu’ils avaient soumis, en juin 2011, au Comité international de sauvegarde de la grotte de Lascaux, concernant les atteintes fongiques (microchampignons) qui dégradent les peintures préhistoriques du célèbre site.
Dans celui-ci, ils critiquent fortement l’utilisation massive, dans les années 2000, du fongicide Devor Mousse pour lutter contre les micro-organismes. En effet, destiné à éliminer des taches de moisissure blanches apparues sur les parois et les peintures en 2001, ce produit a libéré du carbone et de l’azote qui ont malencontreusement fortifié la croissance de 2 nouvelles espèces de champignons, Ochroconis lascauxensis et Ochroconis anomala, identifiées par les chercheurs et formant, depuis 2007, de nouvelles taches - noires, celles-ci.
"Vouloir stériliser une grotte, c'est débile", explique Claude Alabouvette cité parScience-direct. Contrairement à un local fermé, une grotte ne peut être isolée des micro-organismes, qui circulent via l’air extérieur et les infiltrations d’eau. L’utilisation du produit délétère a été abandonnée, et il y a aujourd'hui moins de champignons qu’en 2007. Si la situation semble stabilisée, les biologistes préconisent néanmoins une surveillance continue, car les micro-organismes évoluent rapidement.

Le CO2 responsable de la fin du dernier Âge de glace


Une étude publiée hier met en avant le rôle qu’a joué le dioxyde de carbone (CO2) dans le réchauffement climatique d’il y a 10.000 à 20.000 ans. Selon celle-ci, c’est bel et bien ce gaz à effet de serre (GES) qui a mis fin au dernier Âge de glace à cette époque déjà.
Jusqu'à présent, le rôle exact joué par le CO2 dans la fin du dernier Âge de glace restait obscur. En effet, "la hausse des températures qu'on peut lire dans les carottes de glace prélevées en Antarctique survient chronologiquement avant la hausse de la concentration en CO2", explique Jeremy Shakun, du département des Sciences de la Terre de l'Université américaine de Harvard. Cela constituait même un sérieux argument pour de nombreux climato-sceptiques.
Selon eux, cela prouvait que les gaz à effet de serre (GES), comme le CO2, ne contribuent pas au réchauffement climatique mondial actuel. Ils expliquaient le réchauffement enregistré à la fin de la dernière période glaciaire par une variation de l'orbite terrestre, ce qui aurait augmenté l'impact des rayons solaires à la surface de notre planète. Les climatologues, s’ils étaient en partie d’accord avec cette théorie, insistaient toutefois sur le fait que les GES n'ont pas déclenché le réchauffement mais qu'ils l'ont tout de même considérablement amplifié. Sauf qu’ils ne pouvaient pas le prouver. Tout du moins avant que Jeremy Shakun et son équipe n’étudie la question.
Ces scientifiques ont étudié les bulles d'air piégées dans les échantillons de glace. Ils sont partis du principe que les prélèvements révèlent d’une part le taux de CO2 pour l'atmosphère terrestre au niveau global mais d’autre part que les températures qu'on peut y lire ne reflètent, elles, que les variations au niveau local. Ces températures retrouvées ne concerneraient donc que l'Antarctique et pas la température à l’échelle planétaire. Au total, 80 échantillons géologiques (sédiments marins, terrestres et carottes de glace) provenant de différentes zones du globe ont ainsi été étudié. L’étude a permis de reconstruire un modèle du climat qui prévalait à la fin du dernier Âge de glace. Les chercheurs ont de cette matière pu mettre en évidence que le CO2 était le vrai coupable du réchauffement de l'époque.
Du CO2 issu de la fonte de la banquise
"Le changement d'orbite est le déclencheur, mais ça ne va pas chercher bien loin [ ... ] Notre étude montre que le CO2 était un facteur bien plus important", déclare M. Shakun. "On obtient une magnifique corrélation entre ces températures globales et l'augmentation du CO2 à la fin de la dernière période glaciaire. Encore plus intéressant, si le CO2 est à la traîne par rapport au réchauffement de l'Antarctique, il précède bel et bien le réchauffement au niveau global", assure M. Shakun cité par l'AFP.
Ainsi, selon l'étude, la modification de l'orbite terrestre a amorcé la fonte d'une partie de la calotte glaciaire recouvrant l'Amérique du Nord et l'Europe. Des millions de litres d'eau douce ont alors afflué dans l'Atlantique nord, perturbant les courants océaniques qui redistribuent la chaleur au niveau de la planète. La chaleur s'est ensuite accumulée dans l'Hémisphère sud, provoquant le réchauffement de l'Antarctique et la fonte de la banquise. En fondant, celle-ci a relâché dans l'atmosphère le CO2 qui y était piégé ce qui a, dans un second temps, provoqué un réchauffement au niveau global.
Avec un tel cercle vicieux, "on a vite fait de sortir de l'Âge de glace", résume Jeremy Shakun. Toutefois, sortir de la dernière période glaciaire a pris environ 10.000 ans. "Les niveaux de CO2 remontent de nouveau mais cette fois-ci, il n'aura fallu que 200 ans pour enregistrer une hausse équivalente", relève le chercheur qui insiste donc sur l'impact de ces émissions d'origine humaine sur le changement climatique actuel.

Rio+20 : faire du développement durable un modèle mondial


Trois mois avant le sommet Rio+20, le Brésil réaffirme sa volonté de voir cette conférence des Nations Unies s'achever sur un succès. Luiz Alberto Figueiredo, chef de la délégation brésilienne, souhaite que ce sommet contribue à imposer le développement durable comme un modèle suivi par le monde entier.
Vingt ans après le sommet de Rio, la conférence des Nations Unies Rio+20 aura lieu dans un peu moins de trois mois, du 20 au 22 juin prochains. Lors d'une conférence de presse rapportée par l'AFP, le chef de la délégation brésilienne Luiz Alberto Figueiredo a affirmé sa volonté de voir ce sommet contribuer à l'adoption au niveau mondial d'un nouveau modèle de développement durable.
"Nous sommes à une époque où les crises se multiplient, crise politique, crise climatique", a souligné l'ambassadeur brésilien. "Rio+20 sera l'occasion d'examiner ces crises provoquées par le modèle actuel de développement", et le sommet "sera un succès s'il adopte des objectifs clairs" fixés pour les deux prochaines décennies.Des ambitions visant à parvenir à un équilibre entre la croissance économique et la protection de l'environnement.
Mais Rio+20 ne vise pas à entériner des règles, il s'agira avant tout d'un "débat fort sur la manière dont nous voulons nous développer, sur l'avenir que nous voulons", a expliqué Luiz Alberto Figueiredo. "Rio+20 jettera des ponts entre les différentes perceptions et positions sur l'économie verte" affirme-t-il.