Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 15 avril 2012

La résidence d’Elrod et de James Bond

La résidence d’Elrod est une des plus célèbres au monde parce qu’on y a tourné quelques scènes du film de la série James Bond « Les diamants sont éternels » en 1971.
Le bâtiment a été projeté par le moderniste John Lautner, adhérent de l’architecture organique, élève de Frank Lloyd Wright. La résidence a reçu son titre d’Arthur Elrod, qui était à l’époque un designer célèbre en Californie du Sud, qui y a déménagé en 1968.
Elrod concevait des projets d’architecture, s’occupait de la décoration d’intérieur et du paysage, on l’invitait dans des maisons, des appartements, des penthouses, des hôtels particuliers sur toute la côte orientale. Cette carrière brillante a été tragiquement rompue en 1974 : Arthur Elrod est mort dans un accident à Palm Springs à l’âge de 49 ans.
La surface totale du projet est de 827m². Le bâtiment culte avec cinq chambres à coucher se trouve au sommet de l’enclave Southridge, on le voit de Palm Springs. Les formes organiques, la monumentalité de la construction, le design de haute qualité forment un concept que Lautner appelait « l’architecture hors du temps ».
La partie la plus impressionnante de cet immeuble est le salon de 18 mètres de diamètre, couronné de la coupole, entre neuf fenêtres desquelles sont placées neuf pétales. Cette coupole, l’élément central de la composition, crée un espace ouvert.
Le mur en verre ouvre la vue du salon sur la piscine et la chaîne de montagnes Mount San Jacinto et Mount San Gorgonio. Un des rochers sert de mur au bâtiment, grâce à quoi la maison « s’enracine » dans l’environnement naturel.
Grâce à son histoire, depuis plusieurs années, la maison d’Elrod ne quitte pas les pages des magazines et des livres, ses photos décorent les grandes expositions. A présent la maison est mise en vente pour 10 800 000€.




















Le "sixième sens" des pigeons voyageurs reste un mystère


Les pigeons voyageurs s’orientent dans les airs en enregistrant les valeurs du champ magnétique terrestre. Toutefois, ils sont également capables de prendre des repères visuels et olfactifs révèle une nouvelle étude.
Les scientifiques pensaient que les pigeons voyageurs s’orientaient dans l’espace aérien grâce à un sixième sens situé dans leur bec et qui les renseignaient sur le champ magnétique terrestre. Toutefois, une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique britannique Nature vient invalider cette théorie. En effet, ce n’est pas dans le bec que se trouvent les cellules nerveuses contenant des petits cristaux de magnétite (un oxyde de fer) expliquant la sensibilité magnétique.
"Il y a de plus en plus de preuves pour dire que le pigeon a un véritable système de navigation dans la tête, comme un GPS : il est capable d'enregistrer des valeurs de champ magnétique, mais également des repères visuels et des indices olfactifs", a expliqué à l'AFP Hervé Cadiou, un des chercheurs qui a participé à l'étude. David Keays (Institut de Pathologie Moléculaire, Australie) et ses collègues ont montré que les cellules riches en fer du bec des pigeons sont en fait des macrophages (des globules blancs) et non des neurones (cellules nerveuses). 
Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont utilisé l'IRM et le scanner pour réaliser, en les colorant en bleu, une cartographie des cellules riches en fer de la partie supérieure du bec de pigeons voyageurs. Ils ont ainsi révélé "une variation inattendue dans leur distribution et leur nombre, observation incompatible avec un rôle dans la sensibilité magnétique". Or, "pour qu'il y ait un sens, une réception sensorielle, il faut qu'il y ait des neurones", explique Hervé Cadiou.
Le bec, pas un organe magnétorécepteur
Ainsi, même s'ils ne peuvent exclure la possibilité qu'un petit nombre de récepteurs magnétiques épars soient situés "dans un endroit indéterminé" de la partie supérieure du bec des pigeons, les chercheurs n'ont trouvé aucune preuve de l'existence d'un système de sensibilité magnétique dans ce bec. "Le bec n'est pas un organe magnétorécepteur", conclut M. Cadiou. Le mystère de la magnétoréception des pigeons est donc bel et bien relancé avec néanmoins quelques hypothèses intéressantes.
"Ces cellules énigmatiques pourraient résider dans l'épithélium olfactif [muqueuse de la paroi du nez], une structure sensorielle qui a été impliquée dans la magnétoréception de la truite arc-en-ciel", suggèrent les chercheurs.

Drame familial chez des orang-outans


Selon les responsables du zoo de Zurich, un bébé orang-outan né vendredi 6 avril au sein de l’établissement a connu des premiers jours difficiles, entre une mère qui l’a délaissé et une grand-mère possessive. Heureusement, la situation revient peu à peu à la normale…
Né vendredi 6 avril au zoo de Zurich en Suisse, Malou, un orang-outan de Sumatra mâle, a immédiatement été accaparé par Timor, une femelle d’âge mûr qui est la mère de Cahaya, la génitrice du petit. Explication : la grand-mère si possessive, ayant accouché d’un bébé mort-né 6 mois plus tôt, était en mal de tendresse maternelle…
Pour restaurer un lien maternel normal entre Malou et Cahaya, et réfréner l’enthousiasme excessif de Timor, le vétérinaire du zoo, après avoir anesthésié ces deux dernières, a placé le nourrisson sur le ventre de sa mère, tous deux ayant été isolés du reste du groupe. D’abord indifférente aux pleurs de son rejeton, Cahaya a fini par le tenir auprès d’elle, puis a commencé à l’allaiter.
Dimanche, le personnel du zoo se disait tout à fait rassuré. Mercredi, toujours hors du l’enceinte où vivent les autres orang-outans mais placée dans un local contigu, Cahaya reprenait contact avec eux. Une fois le lien maternel jugé suffisamment fort, la jeune femelle et son fils reprendront leur place dans le groupe, que la grand-mère, Timor, ne réintégrera que plus tard.

Il bousille sa Ferrari pour sauver un hérisson


L’homme d’affaires Joerg Daecher retournait chez lui à bord de sa luxueuse Ferrari Testarossa lorsqu’il aperçut un hérisson sur l’autoroute B64 à Eschershausen, en Allemagne. Au lieu d’écraser l’animal, il fit une embardée et percuta une barrière, ruinant son automobile de rêve dont la valeur s’élève à plus de 110 000 $.
Joerg raconta aux policiers qu’il perdit le contrôle de sa Ferrari au cours de sa manœuvre imprévue.  Le dérapage aurait été causé par des feuilles sur l’autoroute alors qu’il traversait un secteur boisé. Grâce aux réflexes de Joerg, le hérisson fut sauvé, mais l’homme d’affaires devra sortir son portefeuille pour réparer son bijou, une dépense que les autorités estiment à un peu moins de 40 000 $.

Des vaches broutent les espaces naturels de Strasbourg


STRASBOURG (Reuters) - Les promeneurs de Strasbourg peuvent depuis ce vendredi tomber nez à mufle avec des Highland Cattle, vaches au poil laineux et aux longues cornes recourbées, installées par la municipalité dans une forêt périurbaine proche des institutions européennes.
Ces débroussailleuses, réputées pour leur caractère rustique et débonnaire, sont invitées à restaurer la qualité écologique d'un ancien champ de maïs situé dans la forêt de la Robertsau, une zone humide en cours de classement en réserve naturelle.
"Si l'on veut restaurer la diversité écologique de la prairie, il faut appauvrir le milieu, donc faucher et retirer la matière. C'est une action qui est très onéreuse", explique Frédéric Lonchampt, chargé des espaces naturels de la ville.
Daisy, Vitry, Tornado et Taylor, une grand-mère, une mère et deux jeunes, prochainement rejoints par cinq ou six congénères, nettoieront gratuitement, tout au long de l'année, les 14 hectares qui leur sont dévolus.
A leur sortie de la bétaillère, les ruminants ont jeté un regard sur la trentaine de personnes, élus, techniciens, journalistes, venus les accueillir, ont goûté l'herbe, posé pour les photographes, puis sont allés à pas lents découvrir leur vaste enclos.
Résistantes au froid et peu exigeantes en termes de nourriture, ces vaches originaires d'Ecosse, dont les femelles vêlent sans assistance, peuvent être laissées toute l'année en plein champ.
Les Highland Cattle strasbourgeoises ont été fournies par le Parc régional des Vosges du Nord qui les utilise depuis 1991 pour entretenir les fonds de vallée laissés en jachère par la déprise agricole.
Le Parc, qui a lui-même acheté ses premières vaches écossaises en Allemagne, gère aujourd'hui un cheptel de 170 bêtes réparties sur 27 sites dans 15 communes.
Pour Eric Brua, son directeur, le bilan est positif à tous points de vue. "C'est une opération qui coûte très peu, qui bénéficie d'une bonne acceptation sociale et qui apporte des retombées touristiques", résume-t-il.
Une fois par an, les bêtes s'affichent même sur la carte des restaurants pour une opération baptisée "Le paysage a du goût".
Leur viande est "tendre et persillée, riche en protéines, avec un faible taux de cholestérol et d'une saveur remarquable", assurent ses promoteurs.

Bientôt un logiciel qui corrigera les copies à la place des professeurs ?


Aux Etats-Unis, un concours assez particulier a été lancé par une fondation spécialisée dans les nouvelles technologies pour soulager les professeurs : des concepteurs ont été appelés à l'aide pour créer des logiciels capables de corriger des copies ! 
Les professeurs se plaindraient en effet de passer trop de temps (20 à 30 minutes en moyenne) sur cet exercice fastidieux qu'est la correction de dissertations. Le 30 avril, les résultats du concours nommé "Automated Student Assessment Prize (ASAP)" seront connus du public.
Pour créer un logiciel de correction performant, les concepteurs ont pu étudier 1 000 copies de longueurs différentes corrigées par des professeurs afin de se baser sur leurs corrections. Le gagnant du concours se verra reverser la somme de 60 000 dollars (plus de 45 000 euros).

Mathématicien à 14 ans: "Je ne suis pas un génie!"


Moshe Kai Cavalin, un mathématicien de 14 ans bientôt diplômé de l'Université de Californie à Los Angeles, n'aime pas qu'on le qualifie de "génie". S'il résoud aujourd'hui les équations les plus complexes, c'est juste parce qu'il n'a "pas perdu de temps".
L'adolescent ne s'est pas réveillé un beau matin en se jouant de problèmes mathématiques sur lesquels des étudiants deux fois plus âgés que lui s'arrachent les cheveux. Il étudie avec passion et acharnement depuis l'âge de deux ans et pour lui, l'appeler "génie", revient à rabaisser ses efforts.
"+Génie+, c'est seulement un mot, comme le coefficient intellectuel, un chiffre inventé par des gens qui ne prennent pas en compte toutes les autres choses qui font un individu", déclare-t-il à l'AFP à la cafétéria de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA).
"Ce que j'essaie de faire, c'est de trouver la sagesse à travers le savoir. Et exercer la sagesse est bien mieux qu'être un génie", affirme-t-il.
Moshe Kai a aussi publié un livre, "We can do" (Nous pouvons le faire), en chinois puis en anglais, "pour aider les parents à encourager leurs enfants".
"J'en suis à un point que beaucoup de gens jugent impossible pour mon âge", écrit le jeune auteur dans son ouvrage. "Je suis arrivé à la lune, mais quiconque le souhaite vraiment peut aller plus loin que la Voie Lactée".
Né à Los Angeles d'une mère chinoise et d'un père brésilien, Moshe Kai savait faire des additions et des soustractions à l'âge de 4 ans. C'est à ce moment que ses parents ont mis en place un programme d'éducation intensif en mathématiques, musique, arts martiaux et lecture.
Un programme enseigné à domicile, plusieurs écoles ayant refusé d'accueillir l'enfant, considéré comme une distraction potentielle pour les autres élèves.
Les études, l'absence de télévision et la pratique de jeux vidéo éducatifs l'ont conduit à gagner des championnats internationaux d'arts martiaux, décrocher un diplôme de plongée ou s'inscrire à l'université à huit ans, où il affiche aujourd'hui la meilleure moyenne.
"Je ne fais que tirer profit de ce que j'ai", assure Moshe Kai, qui porte un petit chapeau très à la mode chez les jeunes californiens. "Tout le monde a le potentiel pour être spécial, mais il faut savoir en tirer parti. Beaucoup ne le font pas. Je travaille dur, je prépare les choses longtemps à l'avance et j'atteins mes objectifs", explique l'adolescent.
"Nous autres, les étudiants, nous devons profiter des opportunités d'apprendre qui nous sont offertes. Car elles ne se représenteront pas", écrit-il dans son livre.
La mère, qui accompagne son fils depuis le début de ses études supérieures en l'attendant à la sortie des cours, balaie les critiques qui lui sont faites sur la façon dont elle a élevé son fils.
- "Heureux" -
"Les gens me demandent pourquoi je lui mets tellement la pression, mais je ne lui mets aucune pression, il est heureux comme ça!", déclare Shu Chen, 47 ans, qui vit avec son fils et son mari de 61 ans dans une résidence de la cité universitaire.
Malgré ses aptitudes exceptionnelles, Moshe Kai ne ressemble pas à un adulte en miniature. Il a l'humour des garçons de son âge -- et aussi leur timidité, même si ses propos sont souvent plus mûrs que ceux de ses pairs.
"Le but de mon livre n'est pas de dire comment être un génie ou devenir intelligent, mais comment vivre mieux", dit-il.
Une fois qu'il aura son diplôme de mathématicien en poche -- probablement cette année -- Moshe Kai devra choisir entre une spécialisation en mathématique pure, astrophysique ou physique théorique. Il n'a pas encore décidé. "Je n'ai que 14 ans, j'ai encore beaucoup de temps pour choisir".
Et l'amour, dans tout ça ? "Je suis encore très jeune pour m'impliquer dans une relation. On verra plus tard", dit-il en riant.

Coca-Cola présente les bouteilles signées Jean Paul Gaultier


Coca-Cola a fait appel à Jean Paul Gaultier pour que celui-ci signe une campagne publicitaire spéciale ainsi que des bouteilles collector. La marque de soda présente enfin les écrins.
Ayant précédemment collaboré avec le designer Karl Lagerfeld en 2011, la marque Coca-Cola présente sa dernière édition spéciale : le soda Light stylisé par le créateur de mode français Jean Paul Gaultier.
En hommage à la célèbre marinière et au corset phare de Gaultier, cette série limitée s'articule autour du thème "Night and Day" ("Nuit et Jour"en français, ndlr). Cette collection collector inclut deux bouteilles de Coca-Cola Light : une "Night" habillée d'un corset à bonnets pointus (l'une des signatures du styliste), et une autre "Day" arborant la fameuse marinière bleu et blanche de Gaultier. Ces deux magnifiques écrins sont complétés par un verre à marinière également. Ces trois pièces sont présentées dans un coffret spécial décoré façon marinière et bas résilles. 
Une troisième bouteille signée Jean Paul Gaultier est attendue dans le courant de l'année. Mais en attendant, ce premier coffret est déjà disponible à travers neuf pays d'Europe dont la France évidemment.

Etats-Unis : danger, un ours dans la ville !


Dans la ville de La Crescenta, en Californie, un homme s'est retrouvé à quelques pas d'un ours puisque absorbé par un texto, il n'a pas vu l'animal s'approcher de lui.
Cet homme a attendu d'être à quelques pas d'un ours pour relever la tête et comprendre qu'il était en zone dangereuse. En effet, alors qu'il était totalement captivé par l'écran de son téléphone, cet habitant de la ville de La Crescenta, en Californie, s'est retrouvé nez à nez avec un ours. Il a immédiatement pris la fuite.
L'animal s'était éloigné de la forêt pour venir faire un petit tour en ville à la recherche de nourriture. En voyant le jeune homme courir à une telle vitesse, l'ours n'a même pas pris la peine de le suivre. Il a tout simplement poursuivit sa route. La scène a été filmée à partir d'un hélicoptère qui suivait l'animal. Bien que l'ours soit caché par les arbres, nous avons une idée bien précise d'où il se situe quand le jeune homme relève enfin la tête. La rapidité avec laquelle il s'éloigne montre bien qu'il vient de remarquer la présence de l'animal.
C'est la police de la ville qui a réussi à capturer l'animal en utilisant une fléchette tranquillisante afin de le relâcher plus en profondeur dans la forêt. Cet ours est connu des autorités puisque, surnommé Meatball (boulettes de viande), il avait déjà été capturé, le mois dernier, comme le rappelle le Daily Mail, alors qu'il était en train de se régaler avec la viande congelée d'un restaurant.
Découvrez la vidéo de cet ours en pleine ville sur Gentside en cliquant ci-dessous :

Quand les chiens prennent le volant !

 Non contents de se voir parfois traités comme des rois, les chiens que vous allez découvrir dans cette série de photos qui suit ont décidé ici de s’emparer de la voiture de leurs maitres histoire d'aller faire un tour !
Dès que leurs maitres ont le dos tourné, voilà que les chiens de cette série de photos répertoriées par le site topito.com en ont profité pour s’emparer de leurs voitures afin de se mettre au volant !
Réalisée sans trucage ni montage de quelque ordre que ce soit, cette amusante série de photographies nous montre en effet de nombreux toutous qui, laissés un instant seuls dans la voiture, se permettent de faire un bond sur le siège conducteur afin de se saisir du volant. Bien entendu, il va sans dire que tous les véhicules ont été photographiés à l’arrêt - le chien aux dernières nouvelles n’étant pas encore habilité à conduire.
Ce qui n’empêche pas toutefois de rendre ces photos très drôles et cocasses, où nos chiens, le temps d’un cliché se prennent à rêver qu’ils tracent la route en toute légitimité.
 

 

 

 

 

Un champignon mangeur de plastique découvert en Amazonie


Des étudiants américains ont fait une découverte qui pourrait révolutionner le monde de l'écologie. En pleine forêt amazonienne, ces étudiants ont appris l'existence d'un champignon autonome... mangeur de plastique !
A l'heure où les questions de pollution et de la sauvegarde de l'environnement occupent une très grande place dans les décisions géo-politiques, des étudiants américains ont fait une bien belle découverte : le Pestalotiopsis microspora, aussi appelé "champignon mangeur de plastique".
Cette découverte faite dans la forêt amazonienne par des étudiants de Yale est un vrai soulagement pour l'écologie. En effet, le plastique a envahi notre Terre et met entre 50 et 200 ans à se dégrader naturellement, rappelle le site internet de La Dépêche. Ce champignon pourrait être la solution au problème car il se nourrit du polyuréthane servant à la fabrication de mousses de plastique, d'adhésifs et de peintures. En plus de cela, les chercheurs ont découvert que ce champignon peut vivre dans des milieux privés d'oxygène. Ainsi, il serait fortement utile dans les stations d'épuration ou les décharges publiques où les amas de plastique sont souvent enfouis sous terre.
Bernard Henrissat, directeur de recherche au CNRS, est plutôt optimiste : "C'est une découverte à première vue extraordinaire", relaie la source citée précédemment. Il ajoute que l'autonomie de ce champignon est nouvelle comparée aux propriétés d'autres champignons aussi utilisés pour réduire le temps de décomposition du plastique. Cependant, soyons vigilants car la recherche n'a pas encore abouti et pourrait encore durer une vingtaine d'années !

Quand le street art s’empare des poubelles de Lisbonne

Afin de promouvoir la culture street art auprès des habitants de la ville de Lisbonne, une agence de communication a convié des créatifs à venir redécorer quelques 400 conteneurs de recyclage.
C’est avec bonheur que quelques street artistes et graffeurs se sont dernièrement vus être invités par la ville de Lisbonne au Portugal et l'agence Torke afin de venir redécorer comme bon leur semblaient quelques 400 conteneurs de recyclage ainsi que 10 camions poubelles.
Disséminés un peu partout dans la ville, en pleine zone d’activité ou encore dans les parcs publics, ces containers d’ordinaire repoussants et sans charme particulier, se sont vus adopter des looks fun et colorés, en parfaite contradiction avec leur allure d'origine. Tour à tour transformées en personnages cartoonesques, en animaux insolites et surréalistes, les poubelles de recyclage de la ville de Lisbonne repeintes ont automatiquement créées une atmosphère joyeuse dans la cité tout en faisant habillement la promotion de cet art de rue devenu depuis quelques temps si populaire. 
 

 

 

"Safe Sex for Seniors" : la sexualité des seniors en danger


Des personnes âgées se sont associées à une campagne préventive concernant la sexualité des seniors et les maladies qu'elle peut engendrer. Pour choquer la population, les acteurs de cette vidéo simulent toute sorte de positions du Kama Sutra.
Concernant la sexualité et les Maladies Sexuellement Transmissibles, on a pour habitude de voir des campagnes préventives mettant en scène de jeunes gens. Seulement, "Safe Sex for Seniors" veut faire comprendre que les personnes âgées sont aussi concernées. 
Dans cette vidéo, provenant du site internet officiel de la campagne, on peut voir des seniors simuler toutes sortes de positions sexuelles. De la plus simple à la plus complexe, ces personnes âgées prouvent que la sexualité existe chez les seniors. Le message préventif est le suivant "Dans le seul Etat de Floride, le nombre de seniors atteints de MST a augmenté de 71%. Il existe de nombreuses manières de faire l'amour, mais une seule de le faire en toute sécurité. Mettre un préservatif". 
Sur un fond sonore aux allures pop électro, cette vidéo peut choquer. En effet, certains affirment que c'est immoral ou déplacé de mettre en scène ces personnes d'un certain âge dans de telles postures. Il est important de préciser que ce message provient du service public et que ce n'est pas une blague. Le sujet est pris au sérieux car les chiffres ne cessent d'augmenter concernant les maladies sexuelles des seniors. Tout comme chez les jeunes, ils doivent se protéger lors de leurs rapports sexuels. Ceci résulte d'une alternative sociale, en effet le célibat et le batifolage chez ces personnes est en expansion.
C'est donc pour la bonne cause que ces seniors simulent les positions du Kama Sutra.

Etats-Unis : un film pornographique au lieu du programme matinal !


Jeudi dernier, les téléspectateurs ont eu la surprise de découvrir que leur programme matinal a été remplacé par... un film pornographique !
Les téléspectateurs américains du Colorado, aux Etats-Unis, ont eu une étonnante surprise pendant leur petit-déjeuner. La chaîne d'information locale KRDO a diffusé des images pornographiques à la place du programme matinal. 
Les téléspectateurs locaux ont pour habitude, durant leur petit-déjeuner, d'être devant l'émission "Good Morning America". Seulement, il y a des jours où tout ne se passe pas comme prévu comme jeudi dernier. Ce n'est pas un incident de plateau ni autre fou-rire qui est survenu mais bel et bien une erreur de diffusion. A cette heure de grande écoute, des images pornographiques ont été diffusées par inadvertance. Clay Clarkson raconte au Huffington Post que l'image tremblait et "lorsque j'ai remis la chaîne, il y avait du porno !".
"Je suis outré !
Sur sa page Facebook, KRDO affirme que cette erreur provient du distributeur, Comcast. "Nous sommes conscients que Comcast ne diffuse pas notre programme. C'est un problème qui vient de chez eux. On travaille pour réparer cela". Suite à cela, les commentaires fusent comme celui de ce parent : "J'étais au téléphone et ma fille déjeunait pendant que les images étaient diffusées. Je suis outré !". D'autres prennent la chose avec humour : "Comcast a mis la main sur vos films téléchargés illégalement ?". 
Dans un communiqué, la porte-parole de Comcast, Cindy Parsons déclare : "Nous nous excusons sincèrement pour l'interruption de programme de KRDO News. Alors qu'on réglait un problème technique, une série de chaînes ont été par erreur modifiées durant le processus. Le problème résulte d'une erreur humaine qui a été résolue et des mesures préventives ont été prises afin d'éviter que ce genre de choses se reproduise à l'avenir".
Rappelons que la chaîne KRDO est une filiale d'ABC et que son slogan est "Where The News Comes First" ("Où l'info arrive en premier"). Apparemment, jeudi dernier, l'information est restée au lit !