Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 22 avril 2012

Quand les couleurs rendent notre assiette attrayante


Si le temps n'est pas au beau fixe ces jours-ci, le printemps est bel et bien là et les étals ont commencé à se remplir des légumes et fruits d'été. L'occasion de rajouter de la couleur dans nos assiettes : un facteur important dans l'alimentation comme l'explique aujourd'hui notre chroniqueuse nutritionniste Isabelle Mallet.
"Avec l’arrivée du printemps, toute la nature s’ouvre pour nous offrir ce qu’elle a de meilleur en termes de couleurs... mais pas seulement. La nature est ainsi faite que plus elle avance vers l’été et le soleil, plus les fruits qu’elle nous propose, vont être chargés d’antioxydants, protecteurs du vieillissement des cellules soumises aux agressions des UV. Ces fruits de saison sont également souvent très riches en bêta-carotène qui nourrit les cellules de notre peau pour lui permettre de "foncer" et mieux se protéger des agressions du soleil ! Je parle bien entendu des melons, pèches, abricot, nectarine, baies (groseilles, framboises)... Une belle histoire entre l’homme et la nature.
Mais aujourd’hui la science nous emmène un peu plus loin. En effet, une équipe de chercheurs anglais et américains a cherché à étudier s’il existait des différences de consommation entre les enfants et les adultes en termes de présentation des aliments dans l’assiette, aussi bien sur le nombre d’items, que sur les combinaisons de couleurs. Deux études ont ainsi été menées successivement sur les préférences alimentaires : une chez des enfants et une chez des adultes.
Dans la première étude, les chercheurs ont interrogé un échantillon de 23 enfants dont 15 filles, âgés de 5 à 12 ans, dans un camp de vacances d’été aux Etats-Unis. Dans la deuxième étude, 46 adultes de plus de 26 ans, dont 25 femmes, ont été recrutés. Tous les adultes étaient étudiants ou employés de l’Université de Cornell. Des photos de combinaisons d’aliments présentés sur une assiette ont été présentées aux sujets. Les photos se différenciaient par le nombre d’aliments dans l’assiette, leur position et la combinaison des items ou encore le contenu des assiettes (plus ou moins remplies).
La diversité d'aliments et de couleurs privilégiée par les enfants
Les résultats montrent que les enfants et les adultes n’ont pas les mêmes préférences pour la présentation des aliments. Jusque-là pas vraiment de surprise, le plus intéressant vient ensuite : les enfants ont considéré qu’une "assiette idéale" était composée de 7 aliments différents, avec 6 couleurs différentes, ce qui montre une forte attractivité pour une diversité de couleur, de forme et d’aliments ! Au contraire, les adultes préféraient une assiette composée de 3 couleurs différentes, avec 3 aliments différents.
On peut donc conclure que le choix et la diversité alimentaire, aussi bien en termes de couleurs que de nombre d’items semblent très importants pour les enfants, et bien plus que pour les adultes. Il me vient alors une interrogation, les légumes et les fruits, ne sont-ils pas de couleurs ? Gardons donc nos réticences d’adultes et multiplions les couleurs dans les assiettes de nos enfants.
Bon évidemment le mode vapeur est à proscrire, il faut penser aux sauces aux petites herbes, à l’onctuosité de la crème, au craquant du gratin… et la présentation aussi. Des animaux aux paysages, l’assiette peut devenir un vrai terrain artistique, si c’est pour la bonne cause. Travaillons donc ces légumes et ces fruits avec amour en suivant les saisons pour profiter de tout ce qu’ils ont à nous offrir. Et vous, quel est votre secret ?"

Des surfaces réfléchissantes pour lutter contre le réchauffement


A défaut de parvenir à contrôler les émissions de gaz à effet de serre, recouvrir les toits et les trottoirs de surfaces réfléchissantes pourrait contribuer à faire baisser les températures, selon une nouvelle étude.
Alors que le réchauffement climatique fait l'objet de nombreuses préoccupations, les recherches visant à déterminer des moyens de le réduire se multiplient. Une étude publiée dans la revue Environmental Research Letters suggère ainsi que recouvrir les toits et les trottoirs de surfaces réfléchissantes permettrait de faire diminuer les températures mondiales. En effet, selon des chercheurs québécois, il est possible d’augmenter l’albédo (rapport entre l'énergie solaire reçue et l’énergie solaire réfléchie) des zones urbaines de 0,1 environ en adoptant des toits blancs et des trottoirs clairs.
Selon les calcules des scientifiques, une telle mesure architecturale pourrait contribuer à diminuer les températures moyennes du globe de 0,01°C à 0,07°C par an. Cela représenterait une réduction de 25 à 150 milliards de tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère chaque année. "De quoi compenser les émissions de toutes les voitures du monde pour les 20 à 30 prochaines années", estime Hashem Akbari, principal auteur de l’étude cité par Sciences et avenir.
Selon lui, cette mesure permettrait par exemple de diminuer de 20% l’utilisation de la climatisation sous les toits. "Il s’agit d’une économie d’environ 50 milliards de dollars par an. Le refroidissement direct de la Terre en réfléchissant le rayonnement solaire dans l’espace est un bon moyen de faire rentrer de l’argent dans les poches", conclut-il.

Les champignons prolifèrent et menacent les écosystèmes


Les champignons représentent une inquiétante menace pour les écosystèmes comme pour la sécurité alimentaire. Aussi résistantes que virulentes, les maladies fongiques détruisent récoltes, forêts, et nombre d'espèces animales, alerte une récente étude.
Publiée par la revue Nature, une étude menée par des chercheurs de l'Imperial College de Londres alerte quant à la menace que représentent les infections fongiques pour la biodiversité et la sécurité alimentaire. Matthew Fisher, le principal auteur de cette étude, affirme que ces maladies déciment chaque année quelque 125 millions de tonnes de riz, blé, maïs, pommes de terre et soja, les cinq principales cultures. Si ces champignons - qui représentent pour l'agriculture un énorme manque à gagner - disparaissaient, ce sont 600 millions de personnes qui pourraient être nourries, affirment-ils.
Outre les cultures, la faune et la flore sont également victimes de ces moisissures. Les scientifiques britanniques estiment que de nouveaux champignons sont impliqués dans plus de 70% des infections à l'origine de la disparition d'une plante ou d'un animal, les amphibiens étant particulièrement touchés, comme les abeilles, les tortues de mer ou encore les coraux et les chauves-souris. Ce phénomène est en augmentation, avertissent les auteurs de l'étude, qui prônent la mise en oeuvre de mesures urgentes pour lutter contre ces infections existantes et émergentes dont la prolifération détruit la biodiversité et menace les hommes de pénuries alimentaires.
"La hausse alarmante de destruction de végétaux et d'animaux provoquée par de nouveaux types de maladies fongiques montre que nous allons à toute allure vers un monde où les "pourris" sont les grands gagnants", affirme le Dr Matthew Fisher. En outre, si le rôle du réchauffement climatique dans cette prolifération des maladies fongiques n'est pas démontré, l'impact des champignons sur l'augmentation du dioxyde de carbone (CO2) l'est. 230 à 580 mégatonnes de CO2 sont en effet émies dans l'atmosphère alors qu'elles auraient pu être absorbées par des arbres décimés par les moisissures, révèlent les chercheurs.

Les ours polaires, des habitants de l'Arctique bien plus vieux qu'on ne pensait


Une nouvelle analyse génétique vient de révéler que les ours polaires ont mis bien plus de temps qu’on ne le croyait jusqu’ici pour s’adapter au climat des pôles. Ainsi, les scientifiques craignent désormais que les ours polaires n'aient pas suffisamment de temps pour s'adapter au réchauffement rapide actuel.
Selon une étude publiée hier, aux Etats-Unis, les ours polaires et leurs proches parents ont divergé il y a environ 600.000 ans, soit beaucoup plus tôt qu'estimé jusqu'alors. Les chercheurs à l'origine de cette nouvelle étude publiée dans la revueScience ont obtenu ces résultats en séquençant deux types d'ADN, l'ADN mitochondrial qui est transmis d'une mère à sa descendance et l'ADN du noyau qui contient l'ensemble des informations génétiques d'un individu. Deux supports qui permettent au final de reconstituer l'évolution de l'animal.
C'est donc en s'intéressant à l'ADN des ours polaires que les chercheurs menés par le Dr Frank Hailer du Biodiversity and Climate Research Centre de Francfort ont découvert que ces animaux avaient mis longtemps pour s'acclimater aux rigueurs arctiques. Cela va à l’encontre de ce que croyaient les scientifiques qui pensaient que l'ours polaire n'était qu'une forme de l'ours brun du nord récemment apparue. "Nos données suggèrent que les ours polaires sont un lignage génétique distinct plus vieux que ce qui était reconnu auparavant", souligne le Dr Hailer cité par le Daily Mail
Mais cette découverte n’a pas que des implications scientifiques. Les auteurs de l’étude craignent en effet que les ours polaires n'aient pas suffisamment de temps pour s'adapter au réchauffement rapide des régions polaires qui semble en cours. "Une origine évolutionnaire de plusieurs centaines de milliers d'années implique que les ours polaires, en tant qu'espèce, ont traversé de multiples cycles glaciaires et ont eu un temps considérable pour s'adapter aux conditions arctiques. Si c'est vrai, alors ils n'auront peut-être pas le temps de s'ajuster aux températures qui augmentent rapidement", écrivent les chercheurs.
Des menaces qui accentuent le risque
Mais le danger est d'autant plus grand que la pression est accentuée par d'autres menaces telles que la dégradation de leur habitat, la chasse et la pollution. "Bien que les ours polaires aient persisté durant de précédentes phases plus chaudes, de multiples stress causés par les humains (transformation de l'habitat, persécution et accumulation de substances toxiques dans la chaine alimentaire) pourraient augmenter l'impact du changement climatique actuel, constituant une nouvelle et profonde menace pour la survie des ours polaires", concluent les scientifiques.

Utiliser les volcans islandais pour produire de l’énergie


Le Royaume-Uni chercherait actuellement à trouver des ressources géothermiques en Islande. L'installation de câbles sous-marins chargés d'acheminer de l'électricité entre les deux pays serait notamment à l’étude.
Le secrétaire d'Etat britannique à l'Energie, Charles Hendry, a expliqué que le Royaume-Uni souhaitait "s’associer à l'Islande car le pays regorge d'énergies géothermiques et peut les exporter à grande échelle. Nous en sommes encore au stade de pourparlers mais je vais me rendre à la fin du mois de mai en Islande afin de poursuivre les négociations commencées l'année dernière", a-t-il ajouté.
Si un accord est conclu entre les deux états, des milliers de kilomètres de câbles courront sous la mer. Ils permettront au Royaume-Uni, dont les ressources s’épuisent, de puiser son énergie directement dans les volcans islandais. Ces câbles sous-marins permettent notamment des échanges d'énergie avec un faible taux d'émission de carbone. Mais ce ne serait pas une première pour le Royaume-Uni qui a déjà installé des câbles le reliant aux Pays-Bas et à la France. Il cherche à présent à agrandir davantage son réseau.
"Nous serons amenés à être de plus en plus dépendants des ressources provenant de nos voisins, notamment au niveau de l'électricité. Nous nous devons de nous diversifier afin de ne pas être dépendants d'une seule énergie", a encore indiqué Charles Hendry cité par l'AFP. Enfin d’autres négociations sont également en cours pour relier le Royaume-Uni et l'île anglaise d'Aurigny dans la Manche. Selon, le secrétaire d'Etat "si un accord aboutissait, ce serait une opportunité de taille car les côtes de l'île peuvent produire énormément d'énergie marémotrice".

Le changement climatique, une menace pour les lapins


Plusieurs espèces de lapins sont menacées par le changement climatique et ses conséquences, comme l'augmentation du niveau des mers, celle des températures, ou la diminution des chutes de neige. Certaines sont même en danger d'extinction, affirme une étude menée par l'organisation Climate Nexus.
Si l'on s'amuse souvent de la vitesse à laquelle les lapins prolifèrent, certaines espèces pourraient s'éteindre en raison du changement climatique, alerte l'organisation Climate Nexus, dont les travaux sont relayés par le Huffington Post.
Le niveau des mers, l'augmentation des températures, ou la diminution des chutes de neiges, sont autant de menaces pour les lapins vivant dans des environnements aussi variés que les volcans du Mexique ou l'archipel des Keys de Floride. Le lièvre d'Amérique et le lapin nain, notamment, utilisent la neige pour se protéger durant l'hiver, mais celle-ci a grandement diminué dans leurs habitats ces dernières années.
Le pika, un cousin des lapins vivant dans un environnement alpin froid, pourrait être la première espèce d'Amérique du Nord à disparaître en raison du réchauffement climatique. Le WWF affirme en effet qu'il sera incapable de s'adapter à l'augmentation des températures, et aura de grandes difficultés à migrer à travers les régions chaudes de basse altitude.
Quant aux lapins qui ne sont pas menacés par le réchauffement climatique, ils le sont par les fêtes de Pâques. De récentes études indiquent en effet que près de 80% des lapins abandonnés dans les refuges pour animaux ont été offerts pendant cette période de l'année. 

Les ailes d’un oiseau en pierre.

Le projet intitulé « Un oiseau» de l’architecte portugais Bernardo Rodrigues a été réalisé en 2010. Ce projet représente un nid familial douillet, situé aux Açores, au nord de l’île de Saint-Michael.

Les vents permanents et les averses forment le climat de cette localité. C’est pourquoi la protection de la maison de leur influence est devenue le but principal des architectes. Le patio et les jardins couverts protègent leurs habitants de la pluie. Néanmoins, via les grands murs en verre on voit la verdure vive du jardin.

Les chambres à coucher sont situées aux étages supérieurs du bâtiment, elles sont plus refermées que les pièces inférieures. Grâce au système d’éclairage compliqué et à la construction polyédrique, les différentes parties de la maison sont perçues différemment le jour et la nuit.

On peut dire que d’après son style, le bâtiment est proche des exemples classiques de l’architecture, puisque Rodrigues s’inspirait des travaux d’un grand architecte italien de l’époque de la Renaissance Andréa Palladio et de son élève le plus doué Vincenzo Scamozzi.

La distribution de cette maison s’inspire des exemples de l’architecture de Palladio. Le plafond haut du salon, deux ailes de la maison, le patio intérieur, les hautes cheminées sont des éléments traditionnels de l’architecture des résidences privées. Les deux ailes de l’édifice donne sur le sud. La vue de la terrasse, située en toiture permet d’admirer la côte nord de l’île.















Record: 331 000 abeilles sur le corps

L'apiculteur Chinois She Ping a battu un record du monde en couvrant son corps de 33,1 kilos d'abeilles dans la ville de Chongqing. Le processus a duré une heure, et seule la tête est restée à l'air libre. La technique permettant de garder la tête découverte est de faire brûler de l'encens.



Une veste capable de contrôler l’autisme


Une nouvelle veste à la fine pointe de la technologie compte changer la façon d’aborder l’autisme dans notre société. Projet fétiche de James Teh, la T.Jacket est un coupe-vent comme les autres, du moins en apparence. Toutefois, à l’intérieur, un dispositif a été installé, lequel simule une pression semblable à celle exercée par un câlin et contrôlée à distance via un téléphone intelligent Android ou encore une tablette. Trois types de pression au niveau des épaules, du dos et de l’abdomen sont disponibles : faible, modéré et serré.
L’inventeur de cette veste croit qu’elle pourrait grandement aider à contrôler le trouble de l’autisme dans ses premiers stades. À l’heure actuelle, la T. Jacket est testée sur le terrain et constamment modifiée afin de mieux répondre à son mandat inusité. Elle est conçue pour des personnes âgées de 4 à 19 ans.
Une fois mise en vente, le prix d’affiche de cette veste se situera entre 1000 à 2000 $US. James Teh désire proposer sa création en Angleterre, en Australie et au Japon dans les mois à venir.

Votre corps a une valeur monétaire incroyable

Selon le site MedicalTranscription.net, le marché noir des organes humains en est un des plus lucratifs. Pas surprenant compte tenu qu’environ 113 000 personnes se retrouvent sur des listes d’attente pour obtenir un don d’organe, demande loin d’être remplie par les quelques 14 000 donations de 2011. Voici un infographique qui met en lumière un commerce à la fois horrible et stupéfiant. Saviez-vous qu’un cœur vaut 110 000 $US et qu’un foie, aux États-Unis, a une valeur de 262 000 $US?

Son stand à limonade lui rapporte 10 000 $


Drew Cox, un garçon âgé de six ans et résident de Gladewater, au Texas, a collecté des fonds pour son père malade grâce à son propre stand à limonade. En une seule journée, le jeune travailleur a amassé 10 000 $US afin de venir en aide à Randy Cox, diagnostiqué d’un cancer (séminome) qui, la plupart du temps, s’attaque aux testicules. Mais dans ce cas, les tumeurs malignes sont apparues un peu partout sur son corps, par exemple sur son estomac.
La maladie dont est atteinte Cox peut être soignée grâce à la chimiothérapie. Son fils désirait plus que tout lui donner un coup de pouce pour payer la facture liée à ses futurs traitements  : « Il est si important pour moi. Nous aimons jouer ensemble. La plupart du temps nous apprécions nous adonner à de petits jeux », a-t-il raconté.
Un verre de limonade était vendu 25 sous, mais un client ému par un tel geste de générosité a signé un chèque de 5000 $US pour la famille Cox. Des curieux d’un peu partout au Texas ont visité le stand et ont encouragé cette initiative.

Une star de la porno suicidaire tuée par les policiers


Marland Anderson était une star de la pornographie connue sous le nom de Sledge Hammer. L’acteur du X avait d’abord tenté de s’enlever la vie au début du mois d’avril. Sa copine a raconté qu’il avait essayé de s’ouvrir les veines avec un couteau. Transporté d’urgence à l’hôpital, Anderson s’était libéré de son lit à roulette en plus de briser les menottes qui le retenaient en place.
Les policiers auraient été intimidés par la taille de l’acteur (1m95) si bien qu’ils ont utilisé à plusieurs reprises un pistolet Taser pour le maîtriser. Par conséquent, Anderson a subi une crise cardiaque et a été déclaré cliniquement mort, bien que les ambulanciers ont été en mesure de le réanimer dix minutes plus tard. Les dommages étaient faits : le cerveau de Sledge Hammer avait été secoué, le plongeant dans un profond coma. Quelques heures plus tard, la mère de la victime, avisée de l’improbabilité que son fils se réveille un jour, le débrancha du maintien des fonctions vitales à l’hôpital.
Anderson avait des problèmes de dépression, d’anxiété, d’insomnie et souffrait d’une forme bénigne de schizophrénie, le tout exacerbé par sa consommation de marijuana.

Bob Marley, le père le plus cool du monde


Cedella Marley est la plus agée des enfants biologiques de Bob Marley. Dans une interview à la BBC, elle raconte ses souvenirs d'enfance. Elle se rappelle de son père comme quelqu'un de "cool" : "il n'élevait jamais la voix et je crois que c'était parce qu'il était toujours en tournée. Quand il était à la maison c'était plutôt 'On a 4 jours, qu'allons nous faire ? On a qu'à juste s'amuser."

Cedella Marley, aujourd'hui âgée de 45 ans, se souvient d'un grand perfectionniste : "L'attitude de mon père c'était plutôt 'Si tu veux faire quelque chose, fais-le mais si tu veux le faire tu vas devoir être douée à ça'".

Les enfants Marley ont été envoyé dans des écoles catholiques. "C'était bizarre pour les gens qui nous disaient 'Ton père est un Rastafari."

Cedella Marley se souvient également d'un homme à femmes qui avaient plusieurs petites amies mais pour elle, "cela allait de pair avec le métier de musicien".

"Le flan au four" ou "Pays-Bas/Hongrie": des résultats codés avant 20H00


"Le flan est au four" ou "Les Pays-Bas devant la Hongrie à la mi-temps": pour contourner dimanche la loi qui interdit de donner les résultats du scrutin avant 20H00 et la fermeture des derniers bureaux de vote, des utilisateurs de Twitter échafaudent déjà des codes plutôt transparents.
"On va se faire un code. +Le flan est au four+ ça veut dire Hollande au 2nd tour. +La tomate est mûre+, ça veut dire Mélenchon", propose @gchampeau: une allusion à un surnom malveillant du candidat socialiste ("Flanby") et à la couleur rouge, emblème du candidat du Front de Gauche.
D'autres préfèrent filer la métaphore footballistique: "Hollande" devient habilement "Pays-Bas", tandis que le tenant du titre Nicolas Sarkozy récupère le maillot de la Hongrie, pays d'origine de son père.
"Les Pays-Bas virent en tête devant la Hongrie à la mi-temps" (Je m'entraîne pour dimanche)", explique @Bip_Ed.
Etrange tournoi dans lequel apparaissent également la Norvège d'Eva Joly et le Maroc où est né Jean-Luc Mélenchon --qui hérite aussi parfois de l'URSS chez certains. François Bayrou a la casquette régionale de son Béarn, Marine Le Pen étant elle codée en divers régimes totalitaires d'extrême droite.
Alors que les autorités françaises s'efforcent par tous les moyens d'éviter une fuite des premières estimations au-delà des cercles informés habituels (sondeurs, politiques, journalistes...), la manoeuvre des codes sur le réseau social --encore au stade embryonnaire-- illustre la difficulté d'appliquer la loi française, déjà écornée en 2007.
En la matière, l'imagination est au pouvoir: on trouve aussi bien le registre météorologique ("Si on donne dimanche les températures des Pays-Bas, de la Hongrie, de la Norvège ou du Béarn, c'est répréhensible?") que musical (Si vous voyez un tweet qui donne les Pays-Bas vainqueurs de la demi-finale d'Eurovision devant la Hongrie, l'URSS & le Béarn, vous saurez!).

Un Russe avale 5.000 dollars de caviar en 90 secondes


Un Russe de 49 ans a remporté à Moscou un concours encore inédit: il a mis moins de 90 secondes pour avaler 500 grammes de caviar, d'une valeur de 5.000 dollars (3.800 euros) sur le marché international.
"Au Texas, on organise des concours de mangeurs de hot-dogs ou de hamburgers. A Moscou, on mange du caviar", avait déclaré avec détachement le restaurant chic qui organisait l'événement, l'Appartement.
Les douze concurrents avaient gagné leur place par tirage au sort. Ils se sont tous attablés devant un bol des plus prisés des oeufs d'esturgeon, et, munis d'une grande cuillère, se sont lancés.
Le gagnant, qui l'a emporté en une minute et 26 secondes, s'est vu adjuger un prix de 10.000 roubles (260 euros) et plusieurs bocaux de caviar.
Le restaurant a dit avoir dépensé deux millions de roubles (52.000 euros) pour cet événement promotionnel.
Moscou cette année encore devance New York ou Londres pour le nombre de milliardaires, avec 78 super-riches qui possèdent au total 334 milliards de dollars (250 milliards d'euros), selon le magazine Forbes.

Championnat de France de Rubik's Cube: Kanneti Sae Han à nouveau sacré


Kanneti Sae Han, 19 ans, étudiant au lycée Chaptal à Paris, a conservé vendredi son titre de champion de France de Rubik's Cube avec un temps de résolution de 10,92 secondes (trois carrés par côté), ont annoncé les organisateurs.
Le champion reconduit représentera la France en octobre en Italie où se disputera la compétition européenne.
Organisé dans un hôtel parisien, le championnat de France 2012 a connu une fréquentation record avec 137 participants, dont des enfants et adolescents de 10 à 14 ans.
Le benjamin de la compétition, Oscar Di Lenarda, 10 ans, collégien de Bachy (Nord), a réalisé une performance pour son âge avec un temps de 31,18 secondes.
Avec un cube de trois carrés par côté, Antoine Piau, lycéen de 17 ans, accède à la seconde marche du podium avec 11,89 secondes, ex-aequo avec Jules Desjardins, 18 ans, d'Angoulême (Poitou-Charentes).
Au 4x4, un lycéen de 16 ans, Abdelhak Kaddour, de Tigery (Essonne), s'est imposé avec un temps de résolution de 45,67 secondes.
Avec un cube de cinq carrés par côté, encore plus complexe, Julien Rochette, étudiant de 24 ans, de Saint-Bonnet-le-Château (Loire) s'est distingué en 1mn 30 secondes et 64 centièmes.
En résolution les yeux bandés, Victor Culot, 22 ans, de Montcy-Notre-Dame (Ardennes), s'empare du titre de champion de France de la catégorie en 59 secondes 13 centièmes.
Avec une seule main, autre acrobatie officielle en 3x3, Kanneti Sae Han s'est imposé une nouvelle fois en 17 secondes et 29 centièmes.
Inventé en 1977 par Erno Rubik, professeur d'architecture et de design d'origine hongroise, ce jeu diabolique, véritable puzzle en 3D, qui nécessite de grandes capacités de projection dans l'espace, se vend toujours à près de 200.000 exemplaires chaque année en France.

Une prise de sang pour diagnostiquer la dépression


Bientôt, le diagnostic de la dépression pourrait se faire grâce à une simple prise de sang, aussi rapidement que le diabète ou le cholestérol. Un espoir rendu possible par la découverte de chercheurs américains ayant identifié dans le sang des marqueurs biologiques de la dépression chez l’adolescent. 
De nos jours, l’état dépressif ne peut être véritablement diagnostiqué qu’en fonction de critères subjectifs, notamment décrits par le patient lui-même, et interprétés par le médecin. Un procédé qui rend le dit diagnostic difficile à poser mais aussi à évaluer : est-ce une simple déprime, un blues passager ou une dépression plus grave ? Et par conséquent, quel traitement choisir ? La prise d’antidépresseurs est-elle oui ou non indispensable ? Autant d’interrogations qu’il sera peut-être, dans un futur proche, inutile de se poser grâce à une incroyable découverte.
Des chercheurs Américains ont en effet identifié dans le sang des marqueurs biologiques de la dépression chez l’adolescent, ce qui voudrait dire qu’une simple prise de sang pourrait en réalité permettre le diagnostic rapide et certain de la dépression. Les chercheurs ont ainsi effectué des tests sanguins à l’aveugle sur 28 adolescents âgés de 15 à 19 ans, 14 d’entre eux étant diagnostiqués déprimés et 14 autres non-déprimés. Les recherches portaient sur 26 marqueurs génétiques présents dans le sang, déjà identifiés comme des caractéristiques de l’état dépressif sévère lors d’études menées sur des rats. Résultat : onze marqueurs ont permis de distinguer les adolescents déprimés et ceux qui ne l’étaient pas, à un niveau de fiabilité élevée.
Eva Redei, auteur principal de l’étude et psychiatre à la Northwertern University de Chicago, estime que "ces onze gènes ne sont probablement que le haut de l’iceberg car la dépression est une maladie complexe, mais cela indique clairement que nous pouvons créer un test sanguin de diagnostic pour la dépression". Des tests sanguins qui n’excluent aucunement le diagnostic clinique mais qui permettraient de faire clairement la différence entre une dépression de type majeure et un simple trouble anxieux. Affaire à suivre.

Ikea crée le plus petit magasin au monde


Ikea a créé le plus petit magasin au monde. Dans un petit rectangle, les internautes ont accès à tous les produits proposés par le groupe.
Ikea a battu un incroyable record, celui de créer le plus petit magasin au monde. Le groupe a réussi à faire tenir 2 800 produits dans un espace minuscule de 10,5 cm sur 8,8 cm.
Dans la mini boutique en ligne du magasin, simplement en passant la souris sur la mosaïque, l'internaute agrandit les objets du rayon dans lequel il se promène et a alors la possibilité de cliquer sur le produit en question pour afficher la fiche du produit et permettre au consommateur d'acheter. 
Le petit rectangle a la taille d'une bannière et s'incruste parfaitement dans les espaces publicitaires des sites. Les internautes pourront donc survoler l'image pour s'arrêter sur le produit qu'il recherche tout en visitant un autre site. L'avantage de ce mini magasin est donc d'attirer les nouveaux clients sur le site Ikea et d'offrir l'accès à tous ses rayons à partir d'un tout autre site.
Ce coup de communication original devrait permettre au groupe de se former une toute nouvelle clientèle. Les personnes effrayées par la taille impressionnante des magasins Ikea pourront visiter le magasin en quelques secondes seulement avant de passer à l'étape de l'achat.

Cet artiste met en scène des femmes en jambes

 Nicola Kuperus interpelle avec ses photographies dont les stars sont les jambes de femmes mises en scène de manière insolite !
Photographe d'origine américaine, Nicola Kuperus est née, vit et travaille à Detroit. Elle vient de réaliser une série de clichés autour des jambes féminines. Un acquis pouvant trouver à redire devant les mises en scène des gambettes. Étranges, drôles, parfois morbides, l'imagination de l'artiste n'a pas trouvé de limite dans l'extravagance !
On ne voit que la partie inférieure du corps des mannequins figurant sur les photographies. Des jambes qui se trouvent soient penchées au-dessus d'une voiture, ou appartenant à une femme qui apparaît étendue sur le sol comme assassinée... A partir d'un seul de ces clichés, le public est invité inévitablement à compléter l'histoire en lui trouvant un incipit, ou une suite. Vous ne verrez plus les jambes de mannequins de la même manière !