Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

jeudi 3 mai 2012

Politico humour


Italie: des fraudeurs du fisc trahis par leur amour pour les Ferrari


Il n'est pas rare que les fraudeurs du fisc soient trahis par leur amour immodéré pour les voitures de luxe et en particulier les Ferrari, selon la police italienne, qui a annoncé avoir recouvré pour dix milliards d'euros d'impôts impayés depuis le début de l'année.
"Ces personnes sont incitées à la fraude par le mirage de l'argent facile, afin de pouvoir s'offrir les produits de luxe dont ils devraient autrement se priver, et ce sont précisément ces produits de luxe qui constituent souvent le premier indice", a expliqué la police financière.
"Il ne suffit pas de mettre votre grosse voiture au nom d'un parent ou d'un proche pour tromper les inspecteurs", souligne la police, précisant qu'environ 2.000 personnes font l'objet d'une enquête pour fraude présumée et que 80 autres ont déjà été arrêtées.
Le communiqué cite l'exemple d'un promoteur immobilier de Pérouse (Ombrie, centre) surpris en excès de de vitesse dans le centre de cette ville médiévale à bord de plusieurs bolides: une Ferrari, une Mercedes et une Maserati.
Ces voitures, toutes enregistrées au nom de sa mère, ont permis aux enquêteurs de découvrir que l'entrepreneur avait omis de déclarer sept millions d'euros de revenus au cours des trois dernières années.
Un autre cas similaire a été découvert à Terni (centre), où un homme d'affaires avait utilisé l'argent soustrait au fisc pour s'offrir une Ferrari et une Lamborghini.
A Pescara (Abruzzes, centre), une enquête est en cours sur un plombier auteur de fausses factures qui possède trois propriétés, une Ferrari et une trentaine de comptes en banque.
La police avait déjà annoncé la semaine dernière le recouvrement de six milliards d'euros, auxquels sont venus s'ajouter quatre milliards annoncés jeudi.

Pour multiplier les billets de banque, bien faire bouillir


Une Sud-Africaine a cru devenir riche après que deux hommes lui ont promis qu'ils multiplieraient ses économies par trois en faisant bouillir ses billets de banque dans une solution chimique.
Les deux hommes ont proposé à une propriétaire de shebeen (bistro clandestin) de Dutywa, dans une pauvre région du Cap oriental (sud), de lui montrer comment ils procédaient, en commençant par un billet de 10 rands (1 euro) qu'elle a emprunté à une connaissance, a raconté le capitaine Jackson Manatha, porte-parole de la police locale.
Ils "ont mélangé le billet avec certains produits chimiques et l'ont fait bouillir", avant de lui rendre trois billets, a-t-il poursuivi.
Les dits billets étaient "des faux de très bonne qualité" qui pourraient duper n'importe qui, a-t-il précisé à l'agence Sapa.
Ils lui ont alors proposé de multiplier 1.000 rands (100 euros), une somme importante pour cette femme de 46 ans.
"Elle a apparemment retiré l'argent, mais la police a été informée de l'escroquerie avant qu'il ne soit cuit", a conclu le capitaine Manatha.
Les deux hommes ont été arrêtés et devaient comparaître vendredi devant le tribunal de Dutywa, a noté le porte-parole de la police.

Des voleurs de ferraille démontent une passerelle ferroviaire en République tchèque


Des voleurs des métaux ont volé récemment une passerelle métallique longue de quatre mètres sur une ligne ferroviaire désaffectée dans l'ouest de la République Tchèque, a-t-on appris auprès de la police locale.
"La police connaît l'identité des voleurs, une enquête est en cours", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la police, Katerina Böhmova.
Bien organisé, le groupe de voleurs a démonté cette passerelle de 10 tonnes et quelque 200 mètres de rails à l'aide d'une grue, selon la compagnie SZDC, gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire.
Contrôlés par la police, les malfaiteurs ont exhibé un faux document selon lequel ils étaient en train d'aménager une nouvelle piste cyclable.
La valeur du métal dérobé se chiffre à 120.000 couronnes (4.800 euros), selon SZDC.
La passerelle faisait partie de la ligne ferroviaire locale reliant les villages de Loket et Horni Slavkov, désaffectée depuis la fin des années 1990.
Ce type de criminalité est très fréquent en République tchèque où une armée grandissante de voleurs de métaux, issus généralement de milieux défavorisés, est attirée par des sommes conséquentes versées par les ferrailleurs.

Les mariés font la fête sur le périphérique... et bloquent la circulation


Pour fêter leur union, les mariés avaient choisi le périphérique : leur cortège s'y est arrêté, bloquant complètement le trafic et entraînant l'intervention de la police.
Samedi 28 avril, vers 13H00, goûtant peu ces célébrations, un automobiliste, coincé à hauteur de la porte de Bagnolet dans le nord de Paris, appelle le "17 police secours", a rapporté jeudi la préfecture de police.
Dans le cortège qui "circule à vitesse réduite, voire s'immobilise complètement au centre des quatre voies", certains participants slaloment "entre les files sans avertissement", suscitant le chaos et créant un bouchon sur près de 2 kilomètres.
Arrivée sur les lieux, la police interpelle deux automobilistes qui reconnaîtront les faits tout en affirmant "ignorer le caractère délictuel de leur comportement".
Convoqués le 29 mai par le parquet, ils encourent toutefois deux ans d'emprisonnement et 4.500 euros d'amende, mais aussi la suspension du permis de conduire, une perte de 6 points voire l'immobilisation du véhicule.
Selon la préfecture de police, cette surprenante "pratique tend à se répandre depuis quelques temps le week-end et génère outre l'exaspération des usagers piégés d'importants troubles à la circulation".

Des étudiants de l'Ariège mettent du canard dans leur moteur


Des étudiants en BTS ont fait rouler jeudi sur le circuit de Nogaro dans le Gers, au pays de la volaille, un véhicule hybride fonctionnant à l'électricité, au gazole et à la graisse de canard, ont indiqué leur chef de travaux et leur partenaire.
Baptisé MirS3D - pour Mirepoix, la ville ariégeoise des étudiants, et S3D, le bureau d'études nantais auquel ils sont associés -, l'engin participait avec des dizaines d'autres de France et de l'étranger au Challenge EducEco sur le circuit de Nogaro.
Cette compétition met aux prises des étudiants qui ont travaillé pendant des mois avec leurs enseignants pour mettre au point de drôles d'engins les moins gourmands possibles en énergie.
A Nogaro, MirS3D était plutôt en démonstration qu'en compétition, a expliqué Jean-François Callizo, chef de travaux qui a dirigé depuis septembre 18 jeunes de première année de BTS mécanique, électrique et microtechnique de la cité scolaire de Mirepoix autour de ce projet.
Cela n'a pas empêché la motorisation de bien se comporter, a rapporté Anthony Kerihuel, cofondateur et président de S3D, entreprise spécialisée dans la valorisation énergétique des déchets organiques.
C'est S3D qui a fourni le procédé d'alimentation en graisse animale: un moteur diesel utilisant 35% ou 40% de gazole, 65% ou 60% de graisse de canard selon les réglages alimente une génératrice électrique qui charge les batteries propulsant le véhicule.
Si la technologie employant la graisse animale existait, c'est la première fois qu'elle utilisait la graisse de canard, ou plutôt la graisse de confit de canard, fournie par un producteur à moins de 40 kilomètres du circuit parce que l'idée est vraiment d'avoir une démarche locale, dit M. Kerihuel.
Et c'est bien parce que tout cela se passe dans le Gers que le choix s'est porté sur la graisse de canard, dit M. Callizo.
S3D n'a pas eu à le regretter: sur le circuit, la graisse de canard s'est montrée "de très bonne qualité, elle a la particularité d'être plus fluide à température ambiante qu'une graisse de porc ou de boeuf, on a donc moins de contraintes de viscosité", s'est réjoui M. Kerihuel.

Etats-Unis: oublié dans une cellule, il boit son urine pour survivre


Un jeune Américain a survécu pendant quatre jours dans une cellule où il avait été oublié par la police en buvant sa propre urine, a révélé mercredi l'agence anti-drogue américaine (DEA).
Daniel Chong, un étudiant de 23 ans, a été arrêté avec huit autres personnes lors d'un coup de filet antidrogue le 21 avril, mais au lieu de ressortir libre après avoir été interrogé, il a été oublié dans une petite cellule, a expliqué la DEA dans un communiqué.
Lors du coup de filet, la police a saisi des armes, des munitions et de la drogue. Neuf personnes ont été interpellées et conduites au siège de la DEA à San Diego (Californie, ouest) où elles ont été enfermées provisoirement dans plusieurs cellules du bâtiment.
"Sept suspect ont été conduits dans une prison du comté, un a été libéré et (Chong), accidentellement, est resté dans sa cellule", a indiqué la DEA.
Malgré les cris et les coups donnés contre la porte et les parois de la cellule, personne ne s'est rendu compte qu'il avait été oublié dans sa cellule jusqu'à mercredi de la semaine dernière, a révélé l'étudiant à la chaîne NBC.
Celui-ci a indiqué qu'il avait dû boire sa propre urine et qu'à un certain moment il avait même tenté de se suicider en se coupant les veines avec les verres de ses lunettes.
Il a été transporté dans un hôpital où il a été maintenu dans une unité de soins intensifs pendant trois jours.
La DEA n'a pas expliqué comment ses agents avaient pu perdre sa trace et ne pas entendre ses appels au secours.
"L'agence prévoit de revoir en profondeur ce qui s'est passé et les procédures de placement en détention", indique le bulletin officiel de l'agence.
L'étudiant a dit avoir l'intention de porter plainte contre la DEA pour mauvais traitements.

Le premier restaurant pour allergiques a ouvert en France


Niché au cœur du premier arrondissement de Lyon, "Mon histoire dans l’assiette" est le tout premier restaurant pour allergiques en France. Une adresse inédite qui affiche déjà complet. 
Ici, les allergiques peuvent manger les yeux fermés. Ce restaurant lyonnais baptisé "Mon histoire dans l’assiette" propose en effet des menus sans gluten, œufs, lactose, arachides, fruits à coques, soja, moutarde, mollusques et crustacés, céleri, sésame et lupin, les onze principaux produits allergènes. Pourtant, à première vue, rien n’indique que ce restaurant n’est pas vraiment comme les autres, ni sur la devanture ni sur la carte : "Il est hors de question de stigmatiser les allergiques", explique Léon Delay, relayé par Le Parisien, qui assure le service pendant que sa femme Christine s’affaire aux fourneaux, "le restaurant est ouvert à tous".
Sur chaque table, on compte environ une personne allergique, qui peut enfin se faire plaisir sans prendre de risques pour sa santé. Plus besoin d’étudier la composition des plats, de passer pour un ou une enquiquineuse en interrogeant le chef sur ce qui se trouve ou non dans le plat du jour. Cette fois, un seul mot d’ordre : le plaisir. Au menu, suivant la saison, ballottine de poulet fermier, compotée de poivrons, cabillaud aux trois agrumes, légumes de saison, épaule d’agneau confite, purée de haricots blancs, farcis de légumes de saison…
Un concept inédit qui exige une bonne dose de créativité. Christine, chef cuisinière, a appris le métier chez Ducasse, dans le cadre d’une reconversion professionnelle : "Ça demande beaucoup de recherche", concède la jeune femme. "Le principe n’est pas de substituer les aliments interdits par d’autres, car ça ne marche pas, ce n’est généralement pas très bon. Il s’agit plutôt de créer, de fabriquer à partir de ce que l’on a. L’inspiration vient en faisant le marché, je me dis : 'Tiens, que pourrais-je faire avec l’artichaut, avec le veau?'"
Parmi les plus grosses difficultés que Christine a eu à affronter, la réalisation d’un pain digne de ce nom sans gluten, c’est-à-dire sans farine de blé. Mais après de multiples tentatives, elle a réussi à mettre au point une recette à base de farine de quinoa et de riz, une autre avec de la farine de châtaigne et de riz. Un vrai régal.
Mon histoire dans l’assiette, 10, rue Longue, Lyon Ier. 04.78.28.38.53. www.monhistoiredanslassiette.com. Menus à 13,50 euros, 20 euros, 27 euros.

La prise de poids, un danger pour le couple ?


Quand on aime, on ne compte pas… sauf peut-être les kilos ! En effet, si l’on en croit un récent sondage, seul un quart des Français resterait de marbre si leur partenaire prenait du poids. 

Votre chéri(e) trouve vos poignées d’amour trop craquantes ? Attention pour autant à ne pas trop vous laisser aller. Selon un sondage Meetic OpinionWay pour Métro, seul un quart des Français resteraient indifférents à la prise de poids de leur partenaire.
A l’heure où les diktats de la beauté n’ont jamais été aussi présents, la chasse aux bourrelets et autres petites rondeurs disgracieuses devient aussi… une affaire de couple. Trois Français sur quatre estiment qu’en cas de prise de poids de leur conjoint(e), ils feraient tout pour le (la) pousser à la diète. Car si 24% des Français ne feraient rien et avouent trouver cela plaisant, 28% d’entre eux n’hésiteraient pas à rappeler à l’ordre leur partenaire en cas d’excès et 17% seraient même prêts à s’improviser coach sportif. Mais attention, il y a pire : 16% des Français confessent "imposer des menus diététiques à chaque repas" pour faire perdre du poids à l’élu(e) de leur cœur.
Que l’on se rassure tout de même : seul 1% des sondés pourraient quitter leur partenaire à cause de ses kilos en trop. Dans le lot, la plupart sont… des hommes, âgés de 35 à 49 ans. Mais pas de conclusion trop hâtive, les hommes restent deux fois plus nombreux que les femmes à apprécier les poignées d’amour… Quant à ces dernières, elles sont plus de 33% à surveiller de très près l’alimentation de leur chéri, alors que seul un Français sur quatre condamne les excès de sa partenaire. A méditer…

Un nageur veut parcourir le Rhin en un mois !


Un nageur suisse s'est lancé un défi insolite mercredi. Il souhaite parcourir le Rhin en un mois à la nage ! Soit 1 230 km pour rappel. Pour corser l'aventure, il a décidé de s'immerger dans la source du fleuve, encore gelée.
Ernest Bromeis est le premier homme à descendre le Rhin depuis sa source jusqu'à son embouchure dans la Mer du Nord aux Pays-Bas. Le défi que se lance ce suisse de 44 ans est impressionnant, il compte en effet parcourir les  1 230 km de longueur du fleuve à la nage et le tout en un mois.
Pour marquer le début de son périple, l'aventurier a donné rendez-vous à la presse à 2 330 mètres d'altitude, dans le canton des Grisons. Un trou a été creusé à travers la glace pour que Ernest Bromeis puisse s'immerger dans l'eau gelée. L'eau de ce lac montagneux constitue en effet la source du Rhin. Tout un symbole.
Mais c'est plus bas, à Disentis, que son aventure débutera officiellement. 20 minutesprécise qu'il sera contraint parfois de marcher le long du fleuve faute de profondeur et d'obstacles rendant impraticable la nage.
Le but de ce futur exploit est de sensibiliser les gens autour de la valeur de l'eau. Son défi s'intitule  "Le miracle bleu-Rhin 2012". Le défenseur de cette ressource n'en n'est pas à son premier éclat, il a déjà traversé de nombreux lacs à la nage dans son canton ainsi que les plus grands lacs suisses. Mais nul doute que ce défi sera le plus impressionnant de tous.

Chine : ce couple fait l'amour dans un téléphérique


Un jeune couple de Chinois a décidé de s'ébattre sexuellement dans une cabine téléphérique en pleine ascension. Ils ont été filmés par un téléphérique voisin et la vidéo a fait scandale tout en provoquant le buzz sur Internet. Les autorités ont dû réagir en placardant un panneau interdisant les relations charnelles dans les télécabines.
Le téléphérique de la province chinoise du Henan a été récemment abrité les ébats sexuels d’un jeune couple en pleine ascension… Une scène assez cocasse qui a été immortalisée en vidéo par les occupants d'une télécabine voisine et publiée illico sur You Tube. Les chaînes du monde entier ont ensuite repris cette séquence qui fait désormais un tabac sur la Toile.
Sauf que de nombreuses plaintes sont survenues après avoir visionné sur Internet ou une chaîne de télévision cette séance de sexe assez insolite. Comme le relaie l'édition suisse de 20 minutes, les autorités ont dû alors placarder un panneau plutôt explicite interdisant les jeux coquins dans les télécabines. Le jeune couple va devoir trouver ainsi un autre lieu atypique pour batifoler en mode extrême.
Pour voir en vidéo ce jeune couple qui fait l’amour dans un téléphérique, cliquez ci-dessous :

Cette Bugatti Veyron est en papier cartonné !


Un grand fan de la Bugatti Veyron a décidé de confectionner une réplique miniature en papier cartonné très réussie de cette prestigieuse voiture.
Cet homme semble être visiblement un grand amoureux de la Bugatti Veyron puisque, faute de moyens pour en acheter une vraie à plusieurs millions d’euros, il a décidé de confectionner une réplique miniaturede cette voiture de légende. Une séquence time-lapse retrace d'ailleurs toutes les étapes de cette création.
Mais pour réaliser cette prouesse artisanale, il lui fallu tout de même 44 feuilles de papier cartonné, de la colle, des ciseaux et une imprimante en état de marche. Mais on peut quand même affirmer que les coûts de production pour cette mini-Bugatti sont un modèle du genre pour tout constructeur automobile.
Le site Visual Spicer propose d’ailleurs en ligne un mode d’emploi et des instructions pour fabriquer cette Bugatti Veyron en carton pâte composée de 159 pièces. Mais n'imaginez pas de la faire rouler car il lui manque l'élément essentiel : le moteur à 1000 chevaux.

Le métro parisien concurrencé par un téléphérique ?


Un projet de transport en commun est en pleine étude. Après la démocratisation des tramways, c’est au tour du téléphérique d’être envisagé dans certaines zones particulièrement enclavées.
Le métro parisien pourrait perdre son statut de transport en commun roi. En effet, le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) planche sur une étude qui pourrait conduire à l’installation de métro-câbles.
Plus de mobilité et moins d’embouteillages
Le Figaro annonce ce jeudi 3 mai 2012 que l’option téléphérique est en étude par le Stif. Les villes de Créteil, Limeil-Brévannes et Villeneuve-Saint-Georges sont particulièrement favorables à l'idée d'un transport aérien pour assurer la future liaison entre leurs communes. Cette option n’est pourtant pas récente, la commune de Limeil-Brévannes pense sérieusement au projet depuis 2009 et celle de Bagnolet espère obtenir son métro-câble depuis 2010. Le Stif n’ayant pas encore donné son avis, les deux villes sont dans l’attente.
Pourtant cette fois-ci, la chose semble sur le point d’avancer, grâce à l’impulsion donnée par le Thames Gateway Cable Car de Londres qui inspire l'Île-de-France. Dans certaines villes, les atouts du téléphérique ne sont pas négligeables. "Notre commune est située en vallée de la Seine et les reliefs ne nous permettent pas de développer tous types de transports. Pour gagner la ville-centre de Créteil, qui est reliée à la ligne 8 du métro depuis octobre 2011, il faut redescendre dans la vallée, franchir la ligne TGV, l'échangeur d'autoroute, les lignes à haute tension…", raconte le maire de Villeneuve-Saint-Georges au Figaro
Si le projet aboutit, "cette liaison courte (4,5 km) serait intéressante en terme de gain de temps. Elle permettrait de réduire de moitié, voire des deux tiers, le temps de parcours entre Villeneuve-Saint-Georges et Créteil. Reste à étudier les coûts et la rentabilité".
"Pas sûr qu'on puisse mettre autant de monde dans un téléphérique"
C’est ainsi que le Stif tempère les ardeurs des communes les plus impliquées dans le projet. En effet, les propositions concernant le métro-câble de Limeil-Brévannes faisaient état de "58 cabines d'une capacité de 8 personnes devraient parcourir la ligne jusqu'à la ville-préfecture et au métro, soit 1 500 personnes par heure dans chaque sens" selon les archives du Parisien. Le métro transporte quant à lui environ 400 passagers par rame aux heures de pointe et peut donc largement convoyer plus de 5000 personnes par heure.
Reste que pour atteindre les hauteurs, le métro n’est pas envisageable. Le bus peut donc être l’alternative. Les archives du parisiens réalisent une comparaison du coût des deux moyens de transport : "le coût de ce transport respectueux de l'environnement [le téléphérique] est d'ores et déjà estimé à 15 millions d'euros , une facture bien moins élevée que pour l'ouverture d'une ligne de bus. Une étude de pré-faisabilité a déjà été réalisée […] d'où il ressort que le site choisi pour mettre en place cet équipement était idéal". 
Quoiqu'il en soit, le Stif a déclaré au Figaro que "la présentation au public et la réaction des habitants comptera également" et reconnaît que "c'est effectivement innovant, plus rapide et moins cher à réaliser qu'un métro" ou un bus. "Je souhaite en tout cas que les usagers puissent bénéficier du métro-câble avec le passe Navigo. Il s'agira d'un autre transport public à destination des gens qui travaillent, des étudiants etc... et pas d'un équipement à vocation touristique. La RATP m'a d'ailleurs fait savoir qu'elle était intéressée" avait déclaré en 2009 Joseph Rossignol, maire de Limeil-Brévannes.

Un film X amateur entraîne la fermeture d'un magasin


Une petite production X fait le buzz actuellement sur internet, non pas pour ses actrices, mais pour le lieu du tournage. 
Les acteurs de cette séquence X éviteront la prochaine fois de donner le nom de la localité et du magasinqui accueillera leurs prochains ébats. La petite ville de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées a désormais un petit label rose dans l'esprit des gens. La séquence, disponible sur internet, montre trois acteurs devant un magasin de canapé, Niko, l'un d'entre eux explique à la caméra: "Nous sommes à Lannemezan, une petite bourgade provinciale pas loin de Tarbes. Home déco, qui commercialise des canapés à 8500 Euros nous a invités car l'un des vendeurs est un adepte du site. A ce prix, il faut que j'essaie. Mais ils ne s'attendent pas à ce que nous allons faire".
Pour voir la vidéo sur le site en question, il faut débourser une trentaine d'euros rapporte La Dépêche. A ce prix là, l'originalité doit être au rendez-vous c'est pourquoi l'idée de tourner dans un magasin de canapé leur a semblé bonne. Malheureusement pas pour le propriétaire des locaux, qui, est tombé sur la vidéo depuis le buzz: "Nous n'étions pas informés qu'un tel film serait tourné dans les locaux que nous avons loués à Home Deco, par l'intermédiaire d'un bail précaire de deux mois. Nous nous serions bien passés d'une telle publicité. Nous avons demandé des explications à celui à qui nous avons loué nos locaux". Depuis lundi, le magasin a fermé ses portes. 

Il court un marathon avec une jambe cassée


Un père de famille britannique a parcouru les 40 derniers kilomètres du marathon de Londres avec une jambe cassée.
Darren Oliver, 37 ans, habitant à Stratford-upon-Avon (Royaume-Uni), était à peine à plus d’un kilomètre de course du marathon de Londres, quand il a senti une sévère douleur juste au-dessus de la cheville gauche. Le père de famille a pensé qu'il s'agissait d'une blessure aux ligaments, mais a persévéré malgré l'agonie pour terminer la course. Il devait en effet récolter 5.500 livres sterling, soit 6.100 euros, pour la National Autistic Society, une association caritative pour aider les familles dont leurs enfants sont atteints d'autisme.
Le gonflement de la jambe n'ayant pas encore baissé quelques jours après la course, Darren Oliver a donc décidé d'aller à l'hôpital où les médecins ont été stupéfaits de voir qu'il s'était brisé le tibia gauche. "J'ai eu la jambe gonflée 10 jours avant la course et on m'a dit de la glacer et de la reposer. Puis, le jour de la course, je suis parti et après un kilomètre de course ma cheville a commencé à devenir douloureuse et la douleur était devenue très pénible", raconte le coureur au Coventry Telegraph.
Il réalise un temps de 6 heures, 29 minutes et 39 secondes !
"Quand le médecin m'a montré ma cheville aux rayons x je ne pouvais pas y croire. Eux n’y croyaient pas non plus", a-t-il ajouté. "Je savais que quelque chose n'allait pas avec mes ligaments ou mes tendons, mais je ne pensais pas que l'os était brisé".
Darren attribue l'incroyable soutien qu'il a reçu des spectateurs pour l'aider à réaliser l'exploit surhumain de terminer la course. "Le médecin pensait que c'était une fracture à cause du stress avant que je ne commence, et quand je me suis lancé, je n’ai fait qu'empirer les choses. Il y avait quelques fois où je voulais abandonner, mais la foule était incroyable, criant mon nom et me poussant à terminer la course", a-t-il déclaré."Ma famille et les amis étaient tous là à m'encourager alors j'ai tout donné."
Et si on lui demande si il aimerait retenter l'expérience, il acquiesce avec ferveur."J'adorerais le faire de nouveau ! Si je peux faire le marathon en six heures et demi avec une jambe cassée, imaginez ce que je peux faire si je suis en bonne santé avec une jambe pas blessée !". Darren Oliver est prêt à recourir et est déjà impatient de battre son temps plutôt lent de 6 heures, 29 minutes et 39 secondes.

Une marque de sodas propose des canettes au bacon et au maïs !


Une marque américaine de sodas propose à ses clients de pouvoir boire des aliments au lieu de les manger, comme du bacon, du maïs, des ailes de poulet ou du beurre de cacahuète. Voici les différents sodas que vous pourrez retrouver sur le marché. 
Pourquoi manger des aliments quand vous pouvez les boire ? Cela semble être la philosophie de la marque de sodas Lester’s Fixins qui proposent des sodas au bacon, ailes de poulet ou encore au maïs sucré. Le Japon est connu pour être le pays aux saveurs les plus étranges et improbables quand il s'agit de sodas, mais après avoir goûter ces sodas qui proviennent des États-Unis, vous changerez peut-être d’avis. Jusqu'à présent, la marque Lester’s Fixins propose six saveurs à boire : bacon, ailes de poulet, maïs sucré, confiture de beurre d'arachide, tarte à la citrouille et café, rapporte le site Laughing Squid.
Les ailes de poulet ont un goût de jus d'orange
Selon les commentaires de la vidéo, ces sodas sentent exactement comme les odeurs des aliments qu'ils sont censés reproduire. Quand il s'agit de réelle saveur, certains arômes sont mieux que d'autres. Par exemple, le maïs sucré, vous sentez vraiment que vous êtes en train de boire du maïs, et c'est la même chose pour le bacon. Les ailes de poulet sont plus aromatisées et sont décrites comme une odeur d’orange avec une acidité subtile. Si vous êtes un fan de bacon ou de maïs et que vous voulez satisfaire votre curiosité, tentez ces nouveaux sodas que vous pouvez retrouver en vente aux Etats-Unis.