Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 6 mai 2012

Dormez plus et vous grossirez moins


Dormir plus longtemps ferait maigrir. C’est en tout cas ce que révèle une récente étude américaine publiée dans le journal scientifique de l'American Academy of Sleep Medicine, observations méthodiques à l'appui.

Voilà une nouvelle qui devrait en ravir plus d’un : prolonger sa nuit permettrait d’éviter de prendre du poids.
"Moins vous dormez, plus vos gènes contribuent à votre poids. Plus vous dormez et moins ces gènes agissent sur la taille", a expliqué le neurologiste Nathaniel Watson au quotidien américain USA Today. Son équipe de l'université de l'état de Washington (Nord-Ouest) a en effet analysé des données qui compilent la taille, le poids et le temps de sommeil de 604 vrais jumeaux et 484 "faux" jumeaux, des cas parfaits pour cette étude.
En effet, le besoin de sommeil et l'indice de masse corporelle semblent héréditaires. L'âge moyen des sujets observés était de 37 ans et ils dormaient 7,2 heures en moyenne. Les conclusions de cette étude son sans appel : plus le temps de sommeil est élevé moins le risque de prise de poids est important. Ainsi, les plus gros dormeurs ont un indice de masse corporelle moins élevé et les autres - qui dorment moins de 7 heures - augmentent leurs risques génétiques de prise de poids.
Et si les chercheurs n’ont pas encore détecté les gènes responsables de ce phénomène, ils ont confirmé que le manque de sommeil accroit le niveau des hormones de la faim, la ghréline, et diminue du même coup la production des hormones à l’origine de la sensation de satiété. Plus aucune raison de culpabiliser avant de faire une bonne sieste…

Les hommes adeptes du camoufl’âge


Les hommes sont de plus en plus nombreux à prendre soin d’eux, et comme nous, ils sont aussi de plus en plus nombreux à lutter contre les marques du temps. Zoom sur les armes anti-rides de ces messieurs. 

L'exfoliant ou gommage
 
Comme pour les femmes, le gommage est un produit indispensable au renouvellement cellulaire. Simple d’utilisation et très efficace, il permet de faire peau neuve en un seul geste.
Conseils shopping : gel exfoliant visage, SephoraMen aux micro billes blanches et rouges, 8,50 euros ; Désincrustant Visage, Biotherm Homme, formule moussante clarifiante dont les particules affinent le grain de peau, 28,90 euros.
L'autobronzant
Autre allié incontournable en la matière : le soin autobronzant ! Pourquoi ? Parce qu’une bonne mine donne automatiquement une impression de dynamisme et de bonne santé. Pour autant, il est primordial de choisir le bon produit afin de ne pas altérer le grain de votre peau. Le mieux : les formules deux-en-un, soins hydratants et hâle progressif ainsi que les gels teintés qui s'effacent facilement au nettoyage. En un seul geste, vus récupérez une peau plus lisse et une meilleure mine en prime !
Conseils shopping : Gel Bronzant Invisible, Clinique,  gel non gras teinté qui s'élimine au savon, 22 euros
 ; Bonne Mine holidays, Agnès b., formule autobronzante progressive, 21,90 euros.
La crème anti-rides
Bourrée d'actifs tonifiants, l’anti-rides au masculin rend la peau plus ferme et atténue les marques de fatigue au quotidien. Et vous en conviendrez : quoi de plus "vieillissant" qu’un visage fatigué ? La solution : un bon coup de fouet grâce à une bonne crème.
Conseils shopping : Crème Protectrice tonifiante, The Body Shop, 18 euros
 ; Soin global revitalisant Sisleyum de Sisley, 144 euros.
Le contour des yeux
Dernière arme de jeunesse incontournable : le soin visage contour des yeux. Indispensable pour atténuer les traces de fatigue et notamment les cernes et autres poches très fréquentes chez l’homme. Dans le domaine, les innovations ne manquent pas et vous aurez l’embarras du choix  de la bille massante au baume lissant à masser du bout du doigt pour les peaux les plus déshydratées. Monsieur est servi.
Conseils shopping : Diopti Liérac, baume fondant 23,20 euros
 ; Défatiguant Yeux Lift Intense, Givenchy, roller anti poches drainant et lissant 41,90€ euros ; Tri-billes Energisantes Mennen, trio de billes massantes à effet glaçon, 8,95 euros.
Faites votre marché ! 

Courir régulièrement allongerait l'espérance de vie


Selon une récente étude danoise, la pratique régulière du jogging aurait pour effet de prolonger l'espérance de vie de plusieurs années. Un bienfait qui s'ajoute à ceux de pratiquer une activité physique plusieurs fois par semaine.
Avec le retour progressif des beaux jours, il n'est désormais plus rare de croiser un sportif en plein jogging dans les rues et parcs à toute heure de la journée et tout au long de la semaine. Mais les bienfaits d'une telle activité pourraient être encore plus nombreux qu'on ne pense. En effet, si les spécialistes expliquent souvent l'importance de pratiquer une activité physique régulière, c'est un nouveau rappel que fournit une étude danoise. Baptisée Copenhagen City Heart, celle-ci s'est intéressée à la pratique régulière du jogging et a découvert qu'elle pourrait permettre d'allonger l'espérance de vie.
Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont examiné les données récoltées depuis 1976 sur 20.000 hommes et femmes âgés de 20 à 93 ans. En prenant différents facteurs, ils ont ainsi observé que les données recueillies sur trente ans montraient une augmentation de l'espérance de vie chez les amateurs de course à pied. Selon les résultats dévoilés, celle-ci serait de 6,2 ans pour les hommes et 5,6 ans pour les femmes. Une hausse encore confirmée par les derniers résultats qui permettent de "dire avec certitude que la pratique régulière du jogging augmente la longévité", explique le Pr Schnohr, cardiologue en chef de l'étude cité par le Figaro.
En effet, l'étude qui sera présentée samedi dans un colloque organisé à Dublin par la Société Européenne de Cardiologie, a montré que le risque de décès avait diminué de 44% pour les joggeurs réguliers sur l'ensemble de la période étudiée. Mais comme le souligne les chercheurs, l'important est bien évidemment de maintenir une régularité. Selon le Pr Schnohr, pour allonger son espérance de vie, il faut courir à un rythme modéré entre une heure et deux heures et demie par semaine réparties sur deux à trois séances. Ni plus, ni moins pour que l'effet soit optimal.
Un bienfait de la course qui a autrefois fait débat
"L'idéal est de se sentir à bout de souffle sans être totalement essoufflé", précise le médecin qui rappelle que des études ont démontré que les non-sportifs et les grands coureurs enregistrent généralement une espérance de vie plus faible que les joggeurs réguliers. Mais les bienfaits de courir n'ont pas toujours été aussi évidents notamment dans les années 1970 où planait un scepticisme ambiant, rappelle le Pr Schnohr.
"Suite aux décès de quelques joggeurs, les journaux avaient suggéré que le jogging était une pratique dangereuse pour les coureurs du dimanche", se souvient le spécialiste. C'est la raison pour laquelle les chercheurs danois ont souhaité entamer ces travaux et apporter des preuves des effets bénéfiques du jogging. Une pratique qui améliore l'absorption d'oxygène, augmente la sensibilité à l'insuline, abaisse la tension artérielle, améliore la fonction cardiaque et aussi le système immunitaire.

Le piment, un atout santé contre le cholestérol ?


Selon une récente étude menée par des chercheurs chinois, le piment serait une arme efficace contre le cholestérol et un atout pour doper la santé du coeur. Des résultats obtenus chez le rongeur et qui restent à valider chez l'homme. 
Si les spécialistes recommandent de ne pas manger trop souvent épicé, on prête plusieurs vertus aux piments et aux autres épices. C'est néanmoins un nouveau bienfait que viennent d'identifier des scientifiques chinois. Au cours d'une étude publiée dans la revue European Journal of Nutrition,ceux-ci ont découvert que le piment aurait la capacité d'abaisser le taux decholestérol et de doper la santé cardiaque.
Pour arriver à cette conclusion, l'équipe basée à Hong-Kong ont suivi pendant six semaines des rongeurs qu'ils ont divisés en cinq groupes. Chacun a reçu ou non une dose bien précise de capsaïcine, le composé qui donne aux piments leur "force". Les résultats des analyses menées pendant l'étude ont ainsi révélé que les taux de cholestérol total, de triglycérides et de "mauvais" cholestérol dans le sang des rongeurs étaient réduits significativement avec l'ajout des composants du piment comparé au groupe témoin. Néanmoins, cet impact n'a pas pu être associé à une dose précise. Outre l'effet sur le cholestérol, les chercheurs ont d'ailleurs identifié un autre bienfait du piment.
La capsaïcine a également été associée à une réduction des concentrations des substances impliquées dans les inflammations, un facteur qui favorise l'apparition de problèmes cardiaques. "Dans cette étude, le groupe LD a subi un régime contenant 0,010% de capsaïcine, ce qui équivaut à 7 milligrammes par kilogramme de leur poids par jour. Etant donné ces chiffres, la concentration de capsaïcine utilisée pourrait permettre de réduire le cholestérol et l'activité vasculaire dans des conditions physiologiques normales", écrivent les scientifiques chinois qui tiennent toutefois à rester prudents.
En effet, comme le souligne le site nutraingredients-usa.com, les résultats n'ont été obtenus pour l'heure que chez des rongeurs. Il reste donc à savoir si ceux-ci peuvent être extrapolés à l'homme avant d'envisager une quelconque utilisation de ces bienfaits.

Des timbres pour soigner le rhume des foins


Une équipe de chercheurs suisses vient de concevoir un nouveau traitement encourageant contre le rhume des foins qui touche dorénavant une personne sur trois en Occident.
Si l’arrivée du printemps et l’épanouissement de la nature réjouissent la majorité d’entre nous, d’autres la redoutent car ils sont aussi synonymes d’éternuements excessifs, de démangeaisons oculaires et autres tracas qui gâchent les premiers jours de beau temps. Comprimés en tout genre, désensibilisation, les traitements existent mais leur efficacité n’est pas toujours au rendez-vous. Pourtant, les allergiques sont ces dernières années de plus en plus nombreux.
Dernièrement, des chercheurs suisses ont ainsi développé une solution prometteuse originale : avant la période du rhume des foins, ils ont collé sur le bras de 132 personnes un timbre enduit d’allergènes issus de plusieurs variétés de pollens. En comparant en pleine saison le rhume des foins de ces patients avec un groupe non traité, les scientifiques en alors ont compté 30% de symptômes en moins chez les plus exposés préalablement aux allergènes. Mieux encore : l’année suivante, avec les mêmes sujets, 24% de symptômes ont été réduits sans traitement supplémentaire.
Néanmoins, à côté des effets positifs de ces timbres, les personnes testées ont rencontré quelques effets secondaires indésirables tels que des démangeaisons, de l'eczéma ou encore des papules. Des effets qui sont restés relativement bénins selon les scientifiques.

Des implants rétiniens redonnent la vue à deux aveugles


Le rêve de pouvoir rendre la vue aux aveugles est sur le point de devenir crédible. Au Royaume-Uni, deux patients aveugles ont retrouvé la vue grâce à des implants électroniques placés dans le fond de l’œil.
D’après les médecins, ces patients aveugles atteints d’une cécité visuelle non héréditaire appelée "retinesis pigmentosa" (RP) ont recouvré la vue quelques semaines après la mise en place au fond de leurs yeux, d’une micro-puce photosensible. Ces implants conçus par le laboratoire britannique Retina Implant AG, reproduisent en fait le processus naturel de réception lumineuse ainsi que l’envoi du message visuel au cerveau. Pour cela, le système utilise pas moins de 1.500 électrodes afin de convertir la lumière en impulsions électriques puis de faire passer le message via le nerf optique jusqu’aux aires cérébrales.
"Vous pouvez penser que la rétine est comme un film dans une caméra. Il a disparu mais les connections sont toujours intactes et nous pouvons les utiliser pour transmettre le signal au cerveau. La puce reproduit l'action des cellules qui ont été perdues", explique le docteur Tim Jackson, un chirurgien de la rétine du King's College Hospital qui a participé à l'étude. Les implants ont ainsi permis aux patients de distinguer le blanc du noir ainsi que la forme des objets. Le spécialiste souligne néanmoins que le sens retrouvé est plus une approximation de vision normale. C'est davantage selon lui une "perception" de ce qu'ils ont en face d'eux et cela reste différent des capacités qu'ils avaient avant de perdre la vue.
De plus, si cette perception retrouvée suffit à changer la vie des patients, les chercheurs indiquent que le cerveau doit tout de même à la suite des implantations "réapprendre" à voir après des années d’aveuglement. "Les patients peuvent voir fidèlement des formes basiques et distinguer une assiette blanche d'une table noire, par exemple. Peut-être avec le temps, leur vision peut devenir plus fine, parce que le cerveau doit réapprendre comment voir", précise le chirurgien cité par le Telegraph.
Une technologie qui pourrait être utilisée pour d'autres maladies
Robin Millar, âgé de 60 ans est l'un des patients qui testent actuellement la puce. Celui-ci témoigne : "Depuis que le dispositif fonctionne, je suis capable de détecter la lumière et de distinguer les contours de certains objets ce qui est un signe encourageant. J'ai même rêvé des couleurs très éclatantes pour la première fois depuis 25 ans, donc une partie de mon cerveau qui était endormie, s'est réveillée. Je pense que c'est incroyablement prometteur pour les futures recherches et je suis content de contribuer à ces travaux".  
La RP est une affection dégénérative qui atteint les cellules photosensibles de la rétine qui se mettent alors à produire une quantité anormale de protéines. Ceci affecte le fonctionnement normal de l'oeil et peut aboutir à une cécité totale. Aujourd'hui, cette maladie affecte plus de 20.000 personnes au Royaume-Uni mais il n'existe actuellement aucun véritable traitement. D'où l'importance de la découverte de cette technologie qui pourrait même aller plus loin.
D'après les chercheurs, elle pourrait également être utilisée dans le futur pour améliorer la vue des personnes atteints de cécité rétinienne moins grave comme les dégénérescences maculaires. Un million de personnes en serait atteint au Royaume-Uni.

Les cheveux blonds sont apparus différemment en Europe et dans le Pacifique


Publiée récemment dans Science, une étude génétique américaine a établi que la couleur blonde de la chevelure est apparue deux fois dans l’évolution humaine, via deux mutations différentes, l’une en Europe, l’autre, plus récemment, dans le Pacifique Sud.
S’ils ont une des peaux les plus sombres parmi les populations non africaines, les habitants des îles Salomon, à l’est de la Nouvelle-Guinée (Pacifique Sud) sont souvent blonds. Une particularité qui n’est pas due au métissage avec les colons ou voyageurs européens, comme on le pensait jusqu’alors, mais bien à une mutation génétique originale, distincte de celle entraînant la blondeur chez les populations d’origine européenne, et apparue il y a quelque 10.000 ans ‘seulement’.
C’est ce que viennent de montrer Carlos Bustamante et Sean Myles, de l'Université Stanford (Californie). L’analyse génétique d’échantillons de salive provenant de 43 personnes blondes des îles Salomon, de 42 personnes brunes de ces mêmes îles et de 900 autres sujets non originaires du Pacifique a montré, chez les premiers uniquement, une mutation d’un gène appelé TYRP1. Un gène également connu pour être impliqué dans la coloration du pelage de certains animaux et dans un certain type d’albinisme humain – mais pas dans la blondeur des Européens.
"Nous avions d'abord pensé : eh bien, ça doit être un allèle du capitaine Cook !", plaisante Carlos Bustamante, qui conclut : "Avant, tout le monde aurait pensé que les cheveux blonds avaient évolué une seule fois chez l'homme. Cela nous montre que nous ne pouvons pas vraiment considérer que même ces mutations courantes sont communes aux différentes populations humaines. Il est essentiel d’étudier les populations non européennes pour trouver des mutations qui peuvent expliquer la grande variation phénotypique de l'homme".

La plus grosse pleine lune de l’année prévue entre le 5 et 6 mai


Ce weekend, dans la nuit du 5 au 6 mai, les noctambules et les lèves-tôt pourront apprécier un spectacle rare : la plus grosse pleine lune de l’année. A vos appareils !
Dans la nuit de samedi à dimanche, notre satellite artificiel atteindra une proximité avec la Terre jamais atteinte cette année. Une "super pleine lune" luira toute la nuit, et c’est à son coucher au petit matin qu’elle sera au périgée - l’inverse de l’apogée – c'est-à-dire au plus proche de notre planète. A 5H36 heure française, elle sera à une distance de 356.964 Kilomètres au dessus de nos têtes.
Afin de prouver la rareté de l’occasion, en mars 2011, la super lune la plus proche depuis deux décennies était à "seulement" 356.575 kilomètres de la Terre. La "supermoon" ou "superlune" dont le terme a été utilisé en 1979 pour décrire le phénomène, se produit toutefois en moyenne une fois par an. "… la lune va apparaître 16 % plus grosse et 30 % plus brillante que les autres pleines lunes de 2012 ", précise Geza Gyuk, astronome à l’Adler Planétarium à Chicago.
Néanmoins, cette proximité de notre satellite naturel ne devrait pas avoir d’effet particulier sur la Terre selon les astronomes qui espèrent dissiper les craintes concernant la responsabilité de l'orbe lunaire dans certaines catastrophes naturelles." Nous savons que pendant les lunes nouvelles et pleines, les marées sont les plus fortes et si cela peut engendrer l’apparition de tempêtes responsables d’inondations inhabituelles, il n’y a aucune preuve scientifique qui prouvent que les tremblements de terre et autres catastrophes naturelles en sont les conséquences", prévient le spécialiste cité par le National Geographic.
La prochaine superlune prévue pour 2016
Pour les amoureux des paysages célestes désirant immortaliser l’événement, les minutes qui suivent le lever du soleil et donc le coucher de la lune seront les plus opportunes pour les captures photographiques. Si vous ne pensez pas sacrifier votre grasse matinée dominicale, la nuit de samedi à dimanche apportera un spectacle autrement fascinant. Pour les absents, il faudra patienter : une prochaine "superlune" encore plus proche est prévue pour 2016.

Les abeilles, une bonne source d'informations sur l'environnement


Les abeilles sont réputées être un très bon indicateur environnemental. De ce fait, un projet à l’échelle européenne vise à installer des capteurs dans 30.000 ruches afin d’obtenir des informations sur l’environnement.
Pas moins de 30.000 ruches dans toute l'Europe, équipées de capteurs pour recueillir et transmettre à distance des informations environnementales. Telle est l'ambition du projet Bee-Secured, présenté jeudi au forum 4i de Grenoble et qui se base sur une technologie développée par le CEA-Leti, un laboratoire de recherche grenoblois spécialisé dans la microélectronique.
Grâce à cette technologie, les comportements des abeilles vont être finement examinés par différents capteurs situés dans les ruches. "La densité de la grappe d'abeilles évolue en fonction du temps et de certains paramètres extérieurs", donne en exemple Jean Borel, initiateur du projet cité par l'AFP. Il s’agira donc, après études des données recueillies, d’obtenir des informations sur la pollution, la biodiversité, les bactéries présentes ou la radioactivité.
L’intérêt des abeilles réside dans leur propension à parcourir de grandes distance"en moyenne un périmètre de 27 kilomètres carrés autour de leur ruche" précise Jean Borel, et par conséquent de recueillir davantage de données sur la qualité de l’air qu'avec des capteurs fixes. Des prévisions météorologiques, prévisions de récoltes pour les plantes polliniques ou encore des estimations du stress hydrique pourront ainsi être rendues et mises à disposition sur un site internet destiné aux collectivités locales, industriels, agriculteurs, etc.
Néanmoins, avant la véritable mise en route du projet estimé à 3,5 millions d'euros selon son fondateur, Bee-secured effectue une expérimentation sur 600 ruches installées au Portugal. Si l'expérience est concluante, le projet passera alors à l'étape suivante pour multiplier les données.

Des webcams pour partager la vie d’un couple de hérons


Grâce à des webcams installées près du nid d’un couple de hérons par des universitaires de l’état de New York, internautes, écoliers mais aussi ornithologues peuvent suivre en ‘non-stop’ les aventures de ces oiseaux, à l’existence pleine de péripéties.
Attaques de hiboux contre le nid, chutes de neige dévastatrices, éclosion des œufs… : autant d’évènements vécus au quotidien par un couple de grands hérons (Ardea herodias) et que peuvent suivre en direct, 24 heures sur 24, les internautes, grâce aux caméras haute-définition installées près d’un nid de ces oiseaux dans un bois d’Ithaca (état de New York) par l’Université Cornell.
"Dès le premier soir, les téléspectateurs ont été témoins d’événements peu connus, tels que la parade nuptiale des hérons et leur accouplement au clair de lune. Ils ont observé en direct comment les hérons ont défendu leur nid, poussant des cris défensifs faisant froid dans le dos, alors que des Grands-ducs d'Amérique attaquaient, en début de matinée", explique le Dr John Fitzpatrick, directeur du laboratoire d’ornithologie de l’université Cornell cité par Science Daily.
"Nous sommes entrés dans un âge passionnant pour comprendre et partager la vie quotidienne des oiseaux. Les vidéos en direct, qu’elles montrent des colibris, des aigles ou des hérons, sont très populaires. Et le plus étonnant, c'est que ces vidéos fascinent tout autant les scientifiques, les écoliers, les familles et les personnes de tous horizons…", conclut le chercheur. Depuis le 27 mars, un demi-millions de personnes, de 166 pays, ont profité du spectacle.

15 incroyables positions pour dormir

On en peut pas toujours résister à l'appel d'un petit roupillon... Cependant, quand certains profitent d'un confortable canapé ou d'une chaise longue, d'autres choisissent des lieux beaucoup plus insolites - et souvent moins douillets - pour faire un somme. Voici quinze photos incroyables. 















Un parapente pris en chasse par un Mirage 2000


LYON (Reuters) - Un Mirage 2000 de l'armée de l'air et un hélicoptère ont pris en chasse vendredi un parapente qui s'était aventuré un peu trop près de la centrale nucléaire de Saint-Alban en Isère.
Les gendarmes de la brigade motocycliste qui ont repéré le parapentiste à proximité de la centrale ont déclenché l'alerte, entraînant le décollage immédiat de l'avion et de l'hélicoptère qui ont intercepté le parapente à moteur.
"Celui-ci entrait dans la zone d'interdiction temporaire correspondant à un rayon de 5.000 mètres autour de la centrale et à un survol à moins de 1.000 mètres d'altitude", précise la préfecture de l'Isère.
Le pilote, qui ne s'est pas approché à moins de 1.500 mètres de la centrale, a été interpellé peu après à l'aéroport de Reventin-Vaugris d'où il avait décollé pour être auditionné par la brigade de gendarmerie de Vienne.
"Le pilote du parapente en infraction, qui ne se revendique d'aucune mouvance antinucléaire, a déclaré ne pas s'être rendu compte qu'il pénétrait dans une zone interdite de vol", précise encore la préfecture.
Un parapente aux couleurs de Greenpeace avait pénétré mercredi dans l'enceinte de la centrale du Bugey (Ain) pour déposer un fumigène sur un réacteur avant d'atterrir sur le sol de la centrale. L'association écologiste voulait ainsi alerter l'opinion sur la vulnérabilité en France des sites nucléaires soumis au risque aérien.

Un KFC dans une église ?


KFC va-t-il s'installer dans une église? Le diocèse de Nancy envisage très sérieusement de vendre l’église Saint-François d’Assise de Vandœuvre à l'enseigne bien connue de la jeunesse française et des Américains, grande spécialiste du poulet frit du Kentucky. Il y a pourtant un obstacle de taille, et qui a fait fuir tous les précédents acheteurs potentiels : son classement à l’inventaire des Monuments historiques en cours.
Le classement protègera non seulement très strictement l’église, mais tout le périmètre jusqu’à cinq cents mètres, y compris le presbytère, le parking, etc. Le maire, Stéphane Hablot, a du organiser une réunion afin d'informer les différentes parties des conséquences du classement.
"Les gens de l’évêché se plaignaient de ne pas savoir exactement quelles étaient les nouvelles obligations du cahier des charges dues au classement en cours. La réunion a eu lieu, mais sans les hommes d’affaires de KFC, que j’ai refusé de recevoir, car on met la charrue avant les bœufs. L’église est toujours au diocèse, elle n’est pas vendue. C’est à ce dernier de répercuter les informations aux tiers". Le diocèse a donc été dûment informé.
"Si les acheteurs respectent les règles, je n’ai pas de raison de m’opposer au projet", explique le maire, "même si je préfèrerais qu’on installe une FNAC dans cette église. Cela dit, à titre personnel, je trouve curieux de voir des vendeurs de poulets tenir boutique dans une église, et encore plus étrange que ce soit l’Eglise qui le permette. Si le projet passe les obstacles du cahier des charges, je provoquerai une réunion pour connaître le sentiment profond de la population vandopérienne. S’il est hostile, nous verrons."

Autriche: un premier "café à chats" ouvre ses portes à Vienne


Un premier "café à chats", où les clients peuvent jouer avec les félins tout en sirotant leur boisson, a ouvert ses portes vendredi à Vienne, rapportaient les médias locaux.
Les initiateurs de ce projet, Alexander Thür et sa femme Takako Ishimitsu, originaire du Japon, se sont inspirés d'une tendance déjà établie au Japon pour créer le Café Neko - "neko" signifie "chat" en japonais -, dans le centre-ville de Vienne.
Cinq chats provenant d'un refuge de la capitale autrichienne ont trouvé un nouveau domicile dans cet établissement qui peut accueillir jusqu'à 50 personnes. Et s'ils ne sont pas d'humeur à jouer ou à se faire caresser, ils disposent d'une salle de repos hors d'atteinte des clients et de perchoirs en hauteur sur 20 mètres le long des murs.
Pour des raisons d'hygiène, les chats n'ont pas accès à la cuisine et à la réserve. Les plats servis - gâteaux maison ou boulettes de riz japonaises - le sont sous cloche, même si "il y a avant tout des plats que les chats n'aiment pas", assure le couple.
Le café est naturellement interdit aux chiens.

Accroche-toi au pinceau !

Aucun trucage optique sur cette photo:si elle vous donne le vertige, c'est justifié. Car ce pont suspendu chinois, sur lequel un ouvrier encordé est en train de mettre une dernière touche de peinture, trois jours avant son inauguration, est désormais le plus haut et le plus long du monde. Jeté entre deux tunnels au dessus du canyon deDehang, dans la province centrale du Hunan, il permet de franchir une distance de 1,175 kilomètres à 335 mètres de hauteur, sans le moindre pilier pour le soutenir. La partie que l'on voit sur ce cliché est le trottoir réservé aux piétons, prudemment situé sous les deux fois deux voies de l'autoroute que voitures et camions sillonnent depuis le 3 avril à une vitesse maximale autorisée de 80 km/h. Crédits photo : Shangwen Liu / TOP PHOTO / Biosp/ Shangwen Liu / TOP PHOTO / Bios

Congères au sommet !

On n'imagine pas l'exploit que représente le déblaiement de cette route, longue de 434 kilomètres et seul point de passage entre la vallée verdoyante du Cachemire et les hauteurs rocailleuses du Ladakh, au nord de l'Inde. Les chutes de neige ayant été particulièrement précoces et abondantes cette année dans le grand Himalaya, elle avait dû être fermée dès le 1er décembre et n'a pu rouvrir que le 25 avril dernier, jour où a été prise cette photo. Mais l'on n'y croise pas que des mules ou des yaks: les touristes l'empruntent également en masse pour visiter le Ladakh, haut lieu de la spiritualité bouddhiste, au climat aride et à la population très accueillante, où les villages sont parfois perchés à plus de 6000 mètres d'altitude! Crédits photo : TAUSEEF MUSTAFA/AFP/AFP