Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 13 mai 2012

Prise avec un long temps de pose, cette photo révèle un étonnant brouillard éclairé par les lumières du port du Cap en Afrique du Sud le 8 mai 2012. La ville se prépare à l'arrivée de l'hiver dans l'hémisphère sud.


La gigantesque statue de la célèbre Marilyn Monroe en phase de démontage à Chicago.


Des policiers maintiennent l'estrade sur laquelle des jeunes mariés posent pour une photo de groupe après une cérémonie militaire. 264 couples se sont mariés ce jour-là avec pour témoin le ministre de la Défense nationale Kao Hua-chu à Taiwan.


Un homme se tient juste derrière une sculpture de l'artiste américain Jeff Koons à l'occasion d'une exposition qui débute dimanche en Suisse dans la ville de Bâle.


Un moine bouddhiste rase la tête d'un enfant, à l'occasion d'un cérémonie en l’honneur de Bouddha, le 13 mai 2012, en Corée du Sud


L’origine des chevaux domestiques enfin élucidée


Publiant leurs travaux dans PNAS, des chercheurs britanniques ont établi génétiquement que la domestication du cheval s’est faite dans le centre de l’Eurasie, confirmant mais nuançant des données archéologiques déjà existantes.
Jusqu’à présent, archéologie etgénétique ne faisaient pas bon ménage quand il s’agissait de situer géographiquement l’origine des chevaux domestiques actuels. La première de ces disciplines voyait les premières domestications apparaître dans l’ouest des steppes eurasiennes, entre l’Ukraine et l’ouest du Kazakhstan – avec des indices tels que la présence de traces de lait de jument dans des pots datant du Néolithique, découverts dans cette région. La seconde approche, au contraire, suggérait une origine multirégionale, ladomestication apparaissant ‘simultanément’ dans diverses parties de l’Eurasie – l’ADN mitochondrial des chevaux actuels montrant des lignées maternelles d’origines variées.
Aujourd’hui, des chercheurs de l’Université de Cambridge réconcilient les deux approches en soumettant à des modélisations informatiques des échantillons d’ADN – nucléaire, cette fois-ci, donc ne tenant pas uniquement compte de l’origine maternelle – de plus de 300 chevaux actuels, issus de 8 pays d’Europe et d’Asie. Les résultats suggèrent pour tous ces sujets une origine effectivement localisée entre Ukraine, Russie et Kazakhstan, mais hybridée au fil du temps avec l’apport de gènes de juments sauvages vivant aux quatre coins du continent. Le noyau de premiers chevaux domestiqués a donc essaimé dans toute l’Eurasie, mais les éleveurs néolithiques ont vraisemblablement complété ces troupeaux en y introduisant des femelles reproductrices capturées localement.
"Notre recherche montre clairement que la population fondatrice des chevaux domestiques a été établie dans la steppe ouest de l'Eurasie, région où les premières preuves archéologiques de l’existence de chevaux domestiques ont été trouvées. [Mais] la propagation de la domestication du cheval diffère de celle de nombreuses autres espèces animales domestiques, en ce que les troupeaux ont été complétés par des chevaux sauvages locaux sur une échelle sans précédent", explique le Dr Vera Warmuth, membre de l’équipe d’étude.
"Si ces événements de repeuplement ont concerné essentiellement des juments sauvages, nous pouvons expliquer le grand nombre de lignées femelles dans le pool génique du cheval sans avoir à invoquer des origines de domestication multiples", conclut ce chercheur.

Entre maîtres et chiens, les bâillements sont-ils communicatifs ?


Lors d’un congrès d’éthologie à Lisbonne, des chercheurs portugais ont décrit leur étude comportementale, qui suggère que les chiens se mettent souvent à bailler en entendant simplement leur maître le faire. Une réaction interprétée comme une forme possible d’empathie.
L’expérience réalisée par les éthologues de l'Université de Porto est simple : à 29 chiens pris individuellement et ayant vécu au moins 6 mois avec une même personne, on a diffusé, à raison de 2 séances par semaine, des bâillements enregistrés produits par leur maître, par des familiers, par des étrangers, ainsi que les mêmes sons diffusés en marche arrière. Le nombre de fois où l’animal bâillait à son tour en réponse à ces stimuli sonores a alors été comptabilisé.
Résultats : si une précédente étude britannique avait montré que près de 75% des chiens testés bâillent après avoir vu un humain le faire (stimuli visuel), celle-ci montre que le taux tombe à 50% lorsque l’expérience est sonore (stimuli auditif). Mais aussi qu’une réponse positive (un bâillement) est 5 fois plus probable lorsque le son entendu provient du maître que lorsqu’il provient d’un étranger.
"Les chiens ont bâillé d’avantage quand ils ont entendu bâiller l'homme qu'ils connaissaient, comme leur propriétaire, par opposition à des gens qu'ils ne connaissent pas, et la possibilité que les chiens pourraient avoir une certaineempathie avec les humains s’est imposée", conclut Joana Bessa,  de l’Institut des sciences biomédicales de l’Université de Porto, membre de l’équipe de recherche citée par Science Daily.

Découverte d'un calendrier maya allant au-delà de "l’apocalyptique" décembre 2012


Les résultats de fouilles menées par une équipe américaine dans les ruines d’une cité maya de la région guatémaltèque du Petén font état de la découverte d’une ‘maison des scribes’, aux murs ornés de peintures et d’éléments de calculs calendaires qui semblent concerner des dates bien ultérieures à 2012, année de la fin du monde, selon certains, dans le calendrier maya.    
Découverte il y a près d'un siècle dans la région du Petén, au Guatemala, le tentaculaire complexe de Xultún, où prospérait la civilisation maya entre le Ier siècle avant J.-C. et le IXème siècle après J.-C., a livré de nouveaux secrets aux archéologues de l'Université Colgate, à Hamilton, et de l’Université de Boston, qui y mènent des fouilles financées par le National Geographic.
En effet, les chercheurs ont découvert sur ce site une structure qui contient ce qui semble être un espace de travail pour les scribes de la ville. Ses murs sont ornés de peintures – les premières peintures murales découvertes dans une maison maya – pour le moins étranges. Notamment, une rangée d’hommes en uniformes noirs, de minuscules glyphes rouges et noirs, des centaines de chiffres griffonnés : apparemment des calculs liés au calendrier maya… et s’étendant sur une période de plus de 6.000 ans, soit bien au-delà du fatidique décembre 2012, explique le récit des fouilles publié dans la revue Science et dans le magazine National Geographic.
"Pourquoi se lanceraient-ils dans ces chiffres, si le monde devait arriver à sa fin cette année ?", observe Anthony Aveni, de l'Université Colgate. "Pour la première fois, il nous est donné de voir ce qu’étaient vraiment des registres tenus par un scribe, dont la fonction était de conserver les données ‘officielles’ d’une communauté maya", résume quant à lui William Saturno, de l’Université de Boston.
Des Mayas préoccupés par la fin de leur monde
Mais ce n'est pas le point essentiel de la trouvaille. Parfaitement préservées, les inscriptions découvertes, les plus anciennes de ce type jamais dénichées, permettent d'en apprendre plus sur la société maya et sur les questions qui les préoccupaient. "Nous cherchons sans cesse vers des fins. Les Mayas eux, cherchaient des garanties que rien ne changerait. C'est une toute autre mentalité", ajoute le meneur de l'expédition cité par le National Geographic. Ainsi, plus que la fin du monde, c'est surtout la fin de leur monde qui faisait l'objet de nombreuses interrogations.
Or, à l'époque où les murs ont été ornés au IXème siècle, la région de Xultún connaissait une période d'intense sécheresse et plusieurs villes de la civilisation maya étaient en plein effondrement selon les spécialistes. Des difficultés qui justifieraient les préoccupations qu'évoquent les inscriptions découvertes. Néanmoins, comme le soulignent les membres de l'expédition, il est possible que ceux-ci ne comprennent jamais tout le contexte autour de l'espace de travail qu'ils ont mis au jour.

Japon : un soutien-gorge rafraîchissant pour économiser de l'énergie


A la fois écolo et agréable en période estivale, le soutien-gorge rafraîchissant conçu par un Triumph Japan donne un exemple ingénieux dans la lutte contre la surconsommation d’énergie.  
Un soutien-gorge rafraîchissant. Cette invention va probablement s’ajouter aux tiroirs débordant des gadgets dénués d’utilité. Mais les intentions ne manquent pas pour son créateur japonais, le fabricant Triumph Japan, qui compte sur sa trouvaille pour faire débrancher les climatiseurs très énergivore lorsque que la chaleur s’installe en été.
En effet, le Bra Super Cool présenté mercredi à Tokyo contient un matériau qui gèle après l’avoir placé quelques heures au congélateur. Une sensation fraiche serait alors agréablement ressentie sur la peau. Et pour celles qui ne seraient pas entièrement convaincues, sur le soutien-gorge figure également une feuille de menthe exhalant une odeur de fraîcheur en présence d’une clochette rappelant certaines sonorités estivales.
Malheureusement pour les conquises, la commercialisation de ce dessous original n’est pas à l’ordre du jour, il a été créé dans l’unique but de sensibiliser les Japonais à la nécessité de faire preuve d’imagination pour réduire la surconsommation d’électricité et de son gâchis notoire. Car depuis l’accident de Fukushima toutes les centrales atomiques du Japon ont cessé leur activité jusqu’à ce que de nouveaux tests de résistance aux catastrophes naturelles autorisent la remise en route des réacteurs.
Ainsi, 50 d’entre eux sont actuellement inactifs alors que les besoins énergétiques ne tarissent pas dans l’archipel. La population pourrait de ce fait rencontrer une pénurie énergétique dès cet été. Pour y faire face, les pouvoirs nippons ont annoncé que des restrictions de distribution et de consommation seront appliquées afin de surmonter l’absence du nucléaire.

Un véhicule électrique se lance dans une traversée de l'Afrique


Afin de montrer les qualités d'endurance des véhicules électriques, un Français a décidé d'entreprendre une traversée de l'Afrique de 5.000 kilomètres à bord d'une camionnette dotée d'un moteur électrique.
Les initiatives se multiplient pour démontrer les performances des véhicules électriques. Ainsi, c'est une toute nouvelle expérience qui va bientôt avoir lieu en Afrique. Une camionnette Citroën Berlingo 100% électrique va en effet traverser le continent sur pas moins de 5.000 kilomètres, entre les villes de Nairobi et de Johannesburg. Une initiative qui a comme les précédentes pour objectif de faire la preuve des capacités d'endurance des véhicules électriques.
L'un des défenseurs de cette initiative, Xavier Chevrin, a expliqué lors du lancement de ce projet au siège du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) : "nous voulons en finir avec les clichés sur les véhicules électriques. La voiture électrique est aussi robuste qu'un véhicule utilisant l'essence, et elle n'est pas cantonnée aux trajets en ville". Et M. Chevrin sait de quoi il parle puisqu'il détient le record de trajet en voiture électrique établi à 13.400 kilomètres et effectué entre Shanghaï et Paris en 2010.
La camionnette Citroën Berlingo, dotée d'un moteur électrique fabriqué par Venturi, partira vendredi de Nairobi et doit traverser la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe et le Botswana, pour arriver en principe à Johannesburg fin juin. Mais il faut bien l'avouer, ce véhicule a été quelque peu adapté pour effectuer la traversée. Il dispose ainsi de trois batteries au lieu d'une, ce qui lui permet de rouler jusqu'à 500 kilomètres d'affilée et de pouvoir faire des pointes à 110 kilomètres par heure. La camionnette rechargera ses batteries à des stations disposées tout au long de son parcours.
"C'est la première fois qu'une voiture électrique est choisie pour un tel trajet", a précisé le PNUE dans un communiqué. L'idée est d'exposer le véhicule à des conditions difficiles pour prouver sa solidité, sa robustesse et son endurance, ajoutent encore les promoteurs de l'initiative cité par l'AFP.

Grande banlieue balnéaire

 Estoril se trouve à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Lisbonne. Une petite paroisse de la baie de Cascais, qui commence à attirer une clientèle huppée, attirée par la tranquillité des lieux, ses plages, son parc aux essences tropicales, ses courses hippiques et ses régates.
Pas étonnant donc d’y voir émerger de telles bâtisses, impossibles à réaliser dans la capitale. Une architecture résolument contemporaine, signée ici par Frederico Valsassina, avec le luxe de l’ouverture sur un grand jardin.
Un célibataire préférera rester au coeur de la ville, mais en couple, avec ou sans enfant, la tentation est grande de délocaliser son cadre de vie…









Parkinson : le lien avec les pesticides officiellement reconnu


Grâce à un décret du ministère de l’Agriculture qui est entré en vigueur jeudi, le lien entre la maladie de Parkinson et l'utilisation de pesticides est désormais officiellement reconnu.
C’est maintenant chose faite. Le lien entre la maladie de Parkinson et l’utilisation, par les agriculteurs, de pesticides est officiellement reconnu. Signé du ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, le décret paru le 4 mai classe, sous certaines conditions, cette pathologie neurodégénérative comme maladie professionnelle pour les salariés agricoles comme les exploitants agricoles.
La maladie de Parkinson affecte le système nerveux central et se caractérise par l'apparition progressive de troubles essentiellement moteurs, tels que de la rigidité musculaire ou des tremblements au repos. Si les causes de la maladie sont mal connues, les chercheurs estiment qu'elle serait due à une interaction entre des facteurs de prédisposition génétiques et d'autres environnementaux. Ainsi, une fréquence de cette affection plus importante dans le milieu rural qu'urbain a conduit les spécialistes à découvrir que l'exposition aux pesticides augmentait grandement le risque. Néanmoins, le lien n'avait jusqu'ici pas été officiellement reconnu.
Aujourd'hui, le texte stipule que les agriculteurs doivent avoir été exposés (inhalation, contact, etc.) au moins dix ans aux pesticides et déclencher la maladie dans un délai d'un an après l'arrêt de l'exposition, pour que la maladie soit reconnue comme d’origine professionnelle. "Cette reconnaissance est importante d'un point de vue symbolique, sur le plan psychologique pour les agriculteurs", a relevé auprès de l'AFP, Yves Cosset, médecin du travail national adjoint à la Mutualité sociale agricole (MSA).
En avril dernier, l’Etat avait d'ailleurs été condamné à ce sujet à Epinal. La juridiction l’avait obligé à indemniser un agriculteur ayant développé un cancer en raison des substances toxiques contenus dans des pesticides et herbicides.

Des "médecins volants" contre les déserts médicaux


Des médecins volants : tel pourrait bien être l'une des solutions pour enrayer le problème cuisant des pénuries de praticiens dans les déserts médicaux.
Fini l’image du médecin sédentaire enraciné dans son cabinet urbain. Un décret paru dans le Journal Officiel annonce qu'ils pourront désormais quitter leur cabinet en toute légalité, en assurant leur remplacement, afin d’occuper temporairement les zones qui en ont besoin. Des  déplacements que le code de déontologie médicale interdisait jusqu'ici.
"L'exercice de la médecine foraine est interdit. Toutefois quand les nécessités de la santé publique l'exigent, un médecin peut être autorisé à dispenser des consultations et des soins dans une unité mobile selon un programme établi à l'avance", énonce un des derniers décrets d'application de la loi HPST (Hôpital Patients Santé Territoires) de juillet 2009 paru hier dans le JO. Ainsi le SML (Syndicat des médecins libéraux) s’est félicité mercredi de la parution du décret après avoir défendu l’idée des médecins "volants".
"Nous soutiendrons toutes les initiatives allant dans le sens d'une médecine plus mobile", a déclaré à l'AFP le Dr Roger Rua, secrétaire général du SML. Pour estimer l'efficacité de la mesure, une première expérimentation devrait être menée cet été à Belle-Ile-en-Mer dans le Morbihan, une île particulièrement touchée par ces pénuries en période estivale du fait de l’installation massive des touristes.
Mieux encore : pour pousser encore plus loin l’idée du "nomadisme" médical, on pense déjà à des cabinets secondaires préfabriqués, ouverts temporairement permettant à plusieurs médecins de venir consulter tout au long de l’année et d’établir de vraies relations avec les patients locaux. Les mesures pour palier à ces inégalités d’accès au soin sont urgentes, certaines régions comme le centre possède moins de un généraliste (0,85) pour 1.000 habitants alors que le niveau national est à 1,11. Reste donc à attendre l’approbation des conseils départementaux de l'Ordre des médecins pour faire appliquer ce décret sur la médecine mobile.

Un surfeur bat le record du monde de la plus grosse vague


Une vague géante de près de 24 mètres de hauteur : c’est le monde que Garrett McNamara a osé affronter en novembre dernier.
Un coup d’éclat qui lui a valu de remporter un nouveau record du monde, confirmé par un panel d'experts, qui ont du plancher 6 mois sur le sujet sur s’assurer que le précédent record était bien battu. La grande nouvelle a été annoncée lors de la compétition annuelle qui récompense les meilleurs surfeurs, le  Billabong XXL Global Big Wave Awards.
Le record précédent était détenu depuis 2008 par Mike Parson, qui s’est fait voler la vedette pour 30 petits centimètres.
Le nouveau recordman a bien risqué de se noyer ou d’être écrasé par la vague géante sur la plage Praia do Norte à Nazaré, au Portugal.
Mais le danger ne semble pas effrayer ce surfeur de 44 ans originaire d’Hawai, qui a par contre été très ému par sa récompense, qu’il dédie à sa famille, ses amis, et tous les Portugais : « Pour tout vous avouer, quand ils ont annoncé mon nom, j’ai eu une plus grande émotion que probablement toutes les vagues que j’ai surfé cette année ».
Tiré par un jet ski, le surfeur a lâché l’engin au dernier moment pour se propulser sur la vague.

La voiture volante est née


C'est la grande trouvaille d'un concours chinois, et elle vient d'une étudiante.
 
L'objectif : définir quelle sera la voiture du futur. Le constructeur Volkswagen a organisé un énorme concours sur le thème Le projet de voiture du peuple chinois.
 
Parmi près de 119 000 candidatures, c'est le concept de voiture volante qui a été retenue par la marque. Le véhicule vedette Overboard, une voiture volante aux formes arrondies, a remporté le coeur des juges.
Une voiture qui a la particularité de pouvoir léviter à près d'un mètre du sol.
 
L'Overboard a été conçu par une étudiante chinoise en design et animation, Wang Jia, habitante de Chengdu dans le province du Sichuan. 
 
Pour réaliser cette vidéo futuriste, c’est donc son projet qui a été sélectionné. Son prototype  initial a été retravaillé par les ingénieurs de la marque Volkswagen. Les portes arrondies par exemple ne sont pas du cru de l'étudiante, qui avait opté pour un autre type d'ouverture. 
 
Dans cette vidéo de présentation, un couple part à l'assaut de ce nouveau véhicule composé d'un système de lévitation électromagnétique qui lui permet de léviter au-dessus du bitume, à la grande surprise des badauds.
 
A première vue, cette voiture deux places a tout l'air d'une boule pour hamster. Elle s'ouvre des deux côtés et l'ouverture est totalement automatisée. Quand ce couple comprend que le véhicule a quitter le sol, ils sont totalement surexcités. Ils partent donc se promener en ville, l'occasion alors de confronter cette voiture à la circulation. 
 
Cet engin n'est qu'un concept à ce jour, mais il donne quelques idées sur l'orientation des prochaines innovations du constructeur. La voiture volante serait donc sur le point de sortir du simple cadre de la science-fiction, d'ici une dizaine d'années...
 
 
 
 

Une Lamborghni Aventador LP700-4 chocolat... très corsé


Le préparateur Wheelsandmore a offert à la supercar italienne des modifications la rendant encore plus méchante et performante...
Avec la Lamborghini Aventador LP700-4, on serait tenté de dire qu'il n'est nul besoin de chercher à trouver encore plus de performance. Pourtant, nombreux sont les préparateurs à présenter des modèles encore plus radicaux, à l'image de l'Aventador Chocolate de Wheelsandmore. En plus de sa couleur spécifique qui lui a donné son nom, ainsi que de nouvelles jantes ultra légères, elle propose surtout une préparation moteur des plus diaboliques.



Le V12 6,5 litres de 700 chevaux peut ainsi être amélioré en deux étapes. La première consiste en une simple reprogrammation de la carte électronique qui lui permet d'atteindre les 730 chevaux, et ceci pour 3900 euros. La seconde étape, outre la même modification, offre de nouveaux échappements et un filtre à air en carbone et permet à l'Aventador de revendiquer 770 chevaux ainsi que 70 Nm de couple en plus que la version de série. Pour ce second kit, il faudra quand même compter 14 800 euros, mais tout possesseur de ce véhicule a vraisemblablement les moyens de se l'offrir...

Des vinyles imbibés de sang d'artistes célèbres en vente


A l'occasion de la sortie de l'album "The Flaming Lips and Heady Fwends", le chanteur des Flaming Lips a eu l'idée étonnante de récolter le sang des artistes ayant collaboré sur ce disque afin de l'injecter dans le vinyle et ainsi permettre au fans d'acquérir un objet collector et insolite.
A l'heure où l'industrie de la musiquese dématérialise de plus en plus, certains usent de leur inventivité pour sacraliser de nouveau l'objet sonore. C'est le cas de Wayne Coyne, le chanteur des Flaming Lips. Le groupe s'apprête à sortir un nouvel album intitulé "The Flaming Lips and Heady Fwends", sur lequel de nombreux artistes ont participé.
Pour marquer le coup et faire parler de son projet, Wayne Coyne a collecté dans des fioles le sang de Chris Martin (chanteur de Coldplay), Bon Iver, Ke$ha,  Erykah Badu et Nick Cave ! Tous se sont prêtés à l'expérience sans hésiter.
Leurs sangs ont donc été infusés dans le vinyle, rendant l'objet particulièrement original. Au total ce seront seulement dix exemplaires qui seront pressés, afin de rendre l'objet encore plus rare et collector. Les fans séduits par le concept devront débourser tout de même quelque 2 500 dollars (1 900 euros) pour en acquérir un !

Craquez pour les caleçons 3D de Calvin Klein


Envie de pimenter votre vie de couple ? Testez sans plus tarder les nouveaux sous-vêtements Calvin Klein… Une invitation à voir la vie en grand.

Calvin Klein a de la suite dans les idées… La célèbre marque de haute-couture vient en effet de lancer une nouvelle gamme de caleçons pour hommes intégrant une technologie très en vogue ces derniers temps, la3D. Une nouveauté ludique et sexy, et ce n’est pas du cinéma.
 
En pratique, Monsieur met le caleçon et Madame les lunettes et en avant le spectacle ! Mais attention, si vous voulez profitez de cette petite expérience coquine, il va falloir faire très vite : cette collection n’est vendue qu’en édition limitée, il risque donc de ne pas en rester pour tout le monde. Déclinés en trois imprimés différents, ces caleçons magiques sont vendus pour seulement 39 euros et les lunettes bleu et rouge sont livrées avec ! Que demande le peuple ?

L'élection de François Hollande détournée par le web


L'élection du nouveau président de la République a beaucoup fait parler d'elle ces derniers jours. Après les fameux détournements du grand débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, voici que les résultats de l'élection présidentielle sont aussi détournés par les internautes.
Dimanche dernier avait lieu en France un rendez-vous historique de la politique et de la société. En effet, la République Française a "accueilli" un nouveau président. Le duo de finalistes opposait François Hollande et Nicolas Sarkozy. Si on a vu que le grand débat de mercredi dernier avait beaucoup fait parlé de lui sur la Toile avec des détournements, il faut dire que l'élection de François Hollande connaît, elle aussi, de nombreuses farces de la part des internautes. 
On peut alors apercevoir François Hollande subir son surnom de "Flamby", en rapport avec son poids dans les années précédentes. Ainsi, le portrait présidentiel est détourné avec une tête de flan qui porte des lunettes, ou on peut aussi remarquer des Flamby débarquer sur l'Elysée (rapport avec le débarquement extraterrestre). Quelques détournements prennent aussi leurs références au programme politique de l'élu.
Dans un deuxième temps apparaissent les montages qui concernent Nicolas Sarkozy. La plus marquante est sans doute celle de l'expulsion du couple Sarkozy de l'Elysée. On note alors que Carla Bruni-Sarkozy et le président sortant sont amenés de force par des agents de police. On peut aussi apercevoir le détournement de l'affiche du film Goodbye Lenin! changé en Goodbye Le Nain!
 

 

 

 


Ces immeubles ont subi une cure d’amaigrissement

À première vue, ces immeubles n’ont rien de très exceptionnel. À l’exception près que ceux-ci possèdent une architecture étonnante qui les rend extrêmement… fins.
En regardant ces curieux projets architecturaux sortis tout droit de l’imagination de l'artiste belge Xavier Delory, on se dit que ce dernier a vraiment de l’ambition pour espérer loger un jour des habitants dans ce genre d'immeubles. Car en prêtant attention d'un peu plus près à ceux-ci, ont s’aperçoit rapidement qu'ils ont subi une cure d’amaigrissement drastique rendant leur architecture extrêmement light.
Devenue aussi mince que du papier à cigarette, la structure allégée de ces immeubles et autres gratte-ciels sert selon l’artiste lui-même à "symboliser la vanité et la fragilité du monde". Un travail destiné également "à adresser une critique envers l’architecture moderne qui a pris le relais des bâtiments plus anciens", explique ainsi le jeune graphiste au site Mymodernmet.
"Mon travail est une réflexion sur l'îlot urbain, le cadre historique de la ville, son éclatement et son remplacement par des tours d'habitations et de bureaux", poursuit-il. Pour mettre en œuvre son excellent travail, Xavier Delory a construit chaque bâtiment dans Photoshop en utilisant souvent plus de dix photos différentes pour créer un seul immeuble. À travers sa démarche, l’artiste tend ainsi à faire se rencontrer architecture, art et philosophie.