Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

lundi 28 mai 2012

60 000 euros pour 2 oliviers à Gémenos


Le maire de Gémenos ne sait plus comment dépenser l’ de sa commune ! Il a décidé d’acheter 2 oliviers au prix de 60 000 euros pour les planter sur une des places de la commune. Un coût tout simplement hallucinant pour 2 oliviers !
Pour le même prix, le maire de Gémenosaurait pu mettre en terre  7 hectares d’oliviers, permettant de fournir de l’huile locale.
Or, entre 1970 et 2000, la commune de Gémenos a perdu 75% de sa surface agricole utile et continue de bétonner ses terres agricoles… De quoi désespérer les contribuables de Gémenos.
source: agirpourlacrau.fr

Quelle est l’affiche des législatives la plus LOL ?

Ouvrez les yeux. Il se peut que votre circonscription recèle des trésors iconographiques. 
Toute les sensibilités politiques confondues évidemment !










Des jeunes enfants "égoïstes" ? Non, juste des cerveaux immatures


Votre enfant de 3 ans vous horripile par ses agissements égoïstes ? Sachez que vous n’y pouvez pas grand-chose : selon une étude allemande, leur égocentrisme qui n'est pas vraiment de l'égoïsme serait lié à l’immaturité de leur cerveau.
Si certains comportements de nos petits enfants font clairement penser à des agissements foncièrement égoïstes tels que le refus de prêter ses jouets, sachez qu’il n’en est rien. D’après une étude menée par des chercheurs allemands et publiée dans la revue Neuron, leur cerveau ne serait tout simplement pas apte à ces considérations trop subtiles, car il serait encore immature.
En pleine situation de jeux et de partage de récompenses, les comportements de 174 enfants âgés de 6 à 13 ans ont été attentivement scrutés. Même en sachant que l’absence de partage entrainerait une sanction, les enfants faisaient preuve d’une forte hostilité à céder leurs objets. "Le comportement stratégique, qui pousse les enfants à prendre en considération les autres, est intimement lié au développementde leur cerveau, particulièrement d’une zone à la maturité tardive", précise Nikolaus Steinbeis du Max-Planck Institute for Cognitive and Brain Sciences de Leipzig, en Allemagne cité par l'Agence science-presse.
Même si le sentiment d’injustice apparait tôt chez les enfants, ils mettent à contrario plus de temps pour réprimer leurs besoins de garder tout pour eux. Selon les chercheurs, cela s’expliquerait donc plus précisément par une immaturité du cortex frontal, la partie avant du cerveau responsable du contrôle de soi. Comme le montrent certaines recherches, cette zone cérébrale n’atteindrait pas sa maturité avant l’âge de 10 ans. Jusqu'à cet âge, les parents sont donc encouragés à revoir leurs attentes éducatives à la baisse...

Waste Land : quand la plus grande décharge du monde mène à l'art


Les caméras de la réalisatrice britannique Lucy Walker ont suivi pendant trois ans l'artiste brésilien Vik Muniz dans les entrailles de la plus grande décharge du monde situé à Jardim Gramacho dans la banlieue de Rio de Janeiro au Brésil.
Dans le ciel bleu du Brésil, une nuée d'oiseaux virevolte en cercle au-dessus d'une gigantesque montagne illuminée par le soleil. Une image digne des paysages de carte postale ? Pas vraiment,  car ce n'est pas la nature qui a placé là ce relief haut de plusieurs mètres mais bien l'homme. Cette montagne n'est autre que la plus grande décharge du monde, un amas considérable où s'accumulent chaque jour des tonnes et des tonnes d'ordures. Nous sommes à Jardim Gramacho dans la banlieue de Rio de Janeiro, là où la réalisatrice Lucy Walker a suivi pendant trois ans l'artiste d'origine brésilienne Vik Muniz.
C'est au coeur de cette gigantesque décharge que celui-ci a décidé de mener un projet artistique inédit. Une idée qui n'apparait pas si étonnante quand on connait l'approche artistique quelque peu atypique de l'homme. Pour réaliser ses oeuvres, Vik Muniz se sert en effet de tous les matériaux qui lui tombent sous la main : terre, sucre, chocolat, fil de fer, corde, poussière, pâte à modeler, etc. Des matériaux qu'ils modèlent et disposent en fonction de son imagination avant de les immortaliser en les photographiant. Cette fois-ci, l'artiste avait donc décidé de voir les choses en grand et en allant bien au-delà de sa démarche habituelle.
En revenant sur les terres de son enfance, l'homme a voulu aller photographier les "catadores", les ramasseurs de déchets recyclables, dans des mises en scène composées à partir d'objets et de matériaux récupérés. Car en effet, cette montagne de déchets est loin d'être laissée pour compte. Chaque jour, s'y affairent des milliers de personnes, des "trieurs" équipés de grands sacs qui viennent ramasser les objets afin de les revendre aux sociétés de collecte. Un travail qui se fait bien évidemment dans des conditions pénibles mais dont les "catadores" sont fiers. 
Une plongée dans l'univers des "catadores"
Au fil des rencontres de Vik Muniz, on fait ainsi la connaissance de Tiao, président de l'Association des trieurs de Jardim Gramacho (ACAJMG), de Suelem, jeune mère qui collecte les objets pour nourrir sa famille, d'Irma qui cuisine chaque jour pour les "catadores" ou encore de Valter qui travaille à Jardim Gramacho depuis plus de vingt ans. Autant de "personnages" qui vont donner au projet artistique une toute autre dimension. En questionnant les trieurs, Vik Muniz saisit peu à peu tout le désespoir mais aussi la dignité et la joie de vivre qui les habitent. "C'est un travail honnête mieux que la prostitution", affirme Suelem quand Tiao explique que sur une tonne d'ordures abandonnées par les habitants de Rio et de sa banlieue, 500 kilos représentent "des matériaux recyclables".
A côté de ces témoignages frappants, le projet artistique prend peu à peu forme et tire les "trieurs" de leur quotidien, fournissant une profonde réflexion sur le fait qu'une oeuvre peut parfois changer des vies. Car c'est un travail véritablement incroyable qui va naitre de la collaboration de Vik Muniz et des "catadores" : des portraits saisissants de réalisme mais entièrement composés d'objets et de matériaux récupérés, de capsules, de bouchons, de bouts de métal, de vêtements, etc.
Un documentaire très récompensé
"D'après mon expérience, quand on mêle l'art aux projets sociaux, le plus important c'est que les gens puissent s'échapper même deux minutes de l'endroit où ils sont et de leur montrer un autre monde, un autre endroit. Même s'ils peuvent le voir d'où ils sont, ça change tout. Pas seulement pour montrer comment l'art peut changer les gens mais pour se demander si l'art peut vraiment changer les gens", explique Vik Muniz dans Waste Land. Et il suffit de voir le documentaire pour comprendre les dires de l'artiste.
D'un point de vue social comme environnemental, l'extraordinaire récit de ce projet fait naitre de nombreuses questions. Et bien que l'épilogue annonce de bonnes nouvelles pour certains, la plupart de ces questions reste en suspens, donnant aux oeuvres réalisées une dimension encire plus grande. D'ailleurs, Waste Land a reçu pas moins de 30 prix, au Sundance Film Festival, à l'International Environmental Film Fest ou encore à l'EcoFocus Film Festival et a également été nommé aux Oscars.
Le documentaire sortira en DVD le 5 juin prochain.
Pour en savoir plus sur l'aventure Waste Land, rendez-vous sur le site dédié :www.wastelandmovie.com

Non, ces photos ne sont pas truquées !



The Southern Sky Columnis located in the Zhangjiajie National Forest Park in China. It's nickname is Avatar Hallelujah Mountain after the floating mountains in the sci-fi movie.


These wave rock formations are located near the Utah-Arizona state lines.
Source: latimes.com

Steve Richards may have adjusted the saturation in this image, but this place really exists!


This picture was taken by Eric Nguyen in Kansas.


Sinkholes are real and terrifying! This particular sinkhole was found in Guatemala City in 2010. It was 18m (60ft) wide, and 60m (200ft) deep.


Rafael Nadal and Roger Federer are actually playing tennis on a water court.


Railroad track damage from the Canterbury Earthquake in 2010.

Spanish photographer Chema Madoz uses film in all of his projects. None of his photos are altered with Photoshop.

Just a fluffy sheep dog jumping over a hurdle.


Two-faced cat!


Lurch is a Watusi Bull and the proud owner of the world's largest horns.


Angles are everything!

Quand le 20h de TF1 est en crise


L'ambiance est morose dans les couloirs de TF1. La faute aux mauvais résultats enregistrées par le 20h, rapporte Le Point. Et aux conséquences directes de ces contre-performances. Car la direction veut RE-MA-NIER son antenne : changer le décor, repenser la ligne éditoriale ou encore revoir ses infographies.
Et si Lavoisier disait "rien ne se perd, tout se transforme", rien n'est moins sûr à TF1 : quel sera l'avenir de Laurence Ferrari dans cette nouvelle configuration ? La journaliste de 45 ans aux commandes du journal depuis 2008 a multiplié les faux pas et collectionne un nombre incalculable d'articles peu flatteurs dans la presse. Elle pourrait entrainer dans sa chute Catherine Nayl, directrice de l'information, vivement critiquée.
Alors oui, les deux femmes ont le soutien de leur patron Nonce Paolini mais jusqu'à quand ? Les éléments ne jouent pas en leur faveur. A cette tragédie grecque viennent se greffer des éléments plus objectifs : la montée de la TNT et surtout le succès de la mini série Scènes de ménage sur M6 programmée à la même heure.
La chaîne doit réagir et vite : quel sera donc sa prochaine tactique ? La prise de risque ou l'échec et mat.

Un problème posé par Newton résolu par un garçon de 16 ans


16 ans, et déjà champion ! Le jeune Allemand Shouryya Ray a trouvé la solution à un problème posé par Isaac Newton au 17e siècle. Le garçon a donc réussi à calculer la trajectoire d’un projectile en gravité, soumis à la résistance de l’air puis son rebond.
Il a eu l’idée de résoudre ce problème après que ces professeurs lui aient parlé de ce problème insolvable. Il s’était alors demandé "mais pourquoi pas ?"
Le jeune homme, originaire de Calcutta, résolvait déjà à l’âge de six ans des équations compliquées, sans pour autant se définir comme un génie. D’ailleurs il affirme qu’il aurait préféré "être meilleur dans d’autres choses, notamment le football".
Sa prouesse a été récompensée par l'obtention d'une bourse et pourrait être utilisée dans le domaine de la balistique.

Facebook préparerait un smartphone pour 2013


Facebook songerait bien à lancer son propre téléphone mobile en 2013. "La société a déjà recruté plus d'une demi-douzaine d'anciens ingénieurs logiciels et hardware d'Apple, qui ont travaillé sur l'iPhone, et un qui a travaillé sur l'iPad", indique le quotidien américain. Il cite aussi un employé de Facebook qui explique que "le projet de téléphone a été redémarré plusieurs fois parce que Facebook croyait qu'il pourrait comprendre le matériel de lui-même", alors qu'il a ensuite compris que la difficulté technique l'obligerait à faire appel à des ingénieurs expérimentés. D'où les débauchages chez Apple.


Le quotidien estime que s'il n'arrive pas de lui-même à créer un téléphone fonctionnel et attractif, Facebook pourrait se laisser tenter par une acquisition. Même si elle a été ratée, l'introduction en bourse du réseau social lui a permis de lever des fonds importants, de l'ordre de 16 milliards de dollars, et pourrait par exemple s'offrir le constructeur canadien des BlackBerry, RIM, qui est valorisé autour de 6 milliards de dollars.