Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

mercredi 30 mai 2012

Pesago : Un superyacht d'aventuriers

Construit par le chantier naval espagnol Freire et géré par Edmiston Company, lePesago est un superyacht pensé pour partir à l'aventure dans le plus grand des luxes.
Le Pesago a en effet été imaginé pour permettre à ses occupants de partir explorer les mers et les fonds sous-marins. Mesurant 74 mètres de long, ce yacht est ultra-équipé. Capable d'atteindre une vitesse de croisière de 14 noeuds, le Pesago a un rayon d’action de 10 000 miles nautiques. De plus, on y trouve un matériel de pointe pour l'exploration.
Un sous-marin de 9 mètres de long - pouvant accueillir 5 personnes et descendre jusqu'à 165 mètres de profondeur - est rangé dans le hangar de 150 mètres carrés du bateau. Plus haut, sur le pont principal, les scientifiques peuvent effectuer leurs expériences et recherches dans un laboratoire ainsi qu'un centre de production cinématographique. Le must ? Le Pesago peut embarquer un hélicoptère sur son héliport situé à l'arrière.
Vous l'aurez compris, le Pesago est un vrai bijou pour tout ceux qui rêvent de partir à la conquête de l'océan, mais il est aussi un véritable palace sur l'eau. Si on l'appelle superyacht, ce n'est pas pour rien. Dans ces 880 mètres carrés d’espaces habitables, on retrouve l'essentiel d'un maison de luxe : 6 suites avec pont privé de 120 mètres carrée, 328 mètres carrés réservés aux 27 membres d’équipage, un bar, une salle à manger, un immense salon pouvant se transformer en salle de cinéma, une salle de sport et bien entendu un jacuzzi. 













Brabus s'attaque à l'amélioration de l'intérieur de jets privés

 Brabus a entrepris de rendre les jets privés Bombardier toujours plus luxueux.
Brabus a décidé de délaisser un temps son travail de préparation sur les voitures (Mercedes, Smart) et va travailler à présent dans l'aménagement des avions privés. En toute logique, certains possesseurs de Mercedes peuvent bien être également détenteurs de jet privés... et donc solliciter doublement les services de Brabus !
La Brabus Private Aviation est donc une série d'avions Bombardier personnalisés pour lesquels Brabus a pu donner libre cours à son imagination et son goût du luxe. Les intérieurs des modèles Challenger et Global Express ont donc été repensés par Brabus, qui peut également aménager d'autres modèles, à la demande.
Ses jets privés montent alors encore en gamme et atteignent le summum du luxe. L'intérieur est évidemment considérablement réaménagé et l'extérieur propose aussi quelques retouches. Par contre, les réacteurs n'ont pas été optimisés... mais est-ce une question de temps simplement ?



Les hommes stressés sont plus sociables


Selon une récente étude allemande, les hommes n’auraient pas toujours, ou du moins pas seulement une réaction agressive face au stress. Ils auraient même tendance à renforcer le lien social. Un peu comme les femmes.
La fameuse réponse de combat ou de fuite ("fight or flight") souvent attribuée aux hommes stressés ne serait en réalité qu’une légende. En effet, dans le cadre de cette étude publiée dans la revue Psychological Science, et menée uniquement sur des sujets masculins, des chercheurs ont étudié les réactions de 67 étudiants zurichois placés dans des situations stressantes (discours en public, tests de calcul mental, jeux de hasard en équipe puis en solo…).
Outre une observation très précise durant ces tests, les chercheurs ont aussi mesuré leur fréquence cardiaque et la concentration en cortisol (l'hormone du stress) de leur salive. Résultat des courses : plus leur fréquence cardiaque et leur taux de cortisol augmentait, plus les hommes se montraient confiants et honnêtes dans le jeu. Autrement dit, le stress favorise le lien social et accroît l’amabilité chez l’homme. Face à la pression, l’homme devient sociable.

Les hommes infidèles menacés de crise cardiaque


Les hommes infidèles auraient plus de chances d’avoir une crise cardiaque durant l’acte que les autres. Voilà la conclusion d’une étude italienne qui ne devrait pas plaire à tout le monde.
En voilà une bonne raison de ne pas tromper votre femme. En effet, si l’on en croit une étude menée par des chercheurs italiens de l’université de Florence et publiée dans le Journal of Sexual Medicine, les hommes infidèles seraient plus sujets à la "la mort subite coïtale", crise cardiaque fatale durant l’acte, que les autres. Les chercheurs ont en effet analysé la fréquence et le contexte des crises cardiaques chez les hommes dans la littérature médicale. Ils ont ainsi observé que les crises cardiaques, mortelles ou non, étaient plus fréquentes lors de rapports sexuels adultérins que lors de rapports entre un homme et sa femme.
Et si aucune explication scientifique n’explique de façon certaine ces résultats, les chercheurs avancent tout de même quelques hypothèses : les relations extra-conjugales provoquent généralement un stress, un mal-être intérieur, un sentiment de culpabilité qui sont autant de facteurs favorisant une attaque cardiaque. Autre possibilité : les besoins sexuels d’une "maîtresse", plus grands que ceux d’une femme, et nécessitant donc des efforts physiques importants. Voilà qui devrait en refroidir un ou deux.

La Redoute fait payer un ordinateur 100 euros à ses clients au lieu de 1000 euros


La Redoute a présenté mardi 22 mai ses excuses sur Facebook et Twitter, pour justifier l'annulation de commandes d'un ordinateur proposé par un autre marchand via son site à 100 euros, soit cinq fois moins que son prix habituel. "Une erreur d'affichage" selon La Redoute.
La Redoute a présenté mardi 22 mai ses excuses sur Facebook et Twitter, évoquant une "erreur d'affichage de prix" pour justifier l'annulation de commandes d'un ordinateur proposé par un autre marchand via son site à 100 euros, soit cinq fois moins que son prix habituel.

"Nous vous présentons nos excuses concernant l'erreur d'affichage de prix que vous avez constatée pour l'ordinateur portable Dell Q15R vendu pour Cstore sur notre site", indique ainsi la page de la Redoute. "Au vu du prix affiché, il ne pouvait s'agir du véritable prix du produit. Ainsi, les commandes ne pourront pas être honorées par notre vendeur tiers Cstore. Si vous avez passé commande de cet article, vous serez contactés dans la journée par les services clients de La Redoute et de Cstore", ajoute La Redoute. Un groupe appelant à porter plainte contre l'enseigne s'est constitué sur Facebook, souligne le site du magazine spécialisé LSA.

Contactée par l'AFP, La Redoute a invoqué un "dysfonctionnement technique" pour expliquer le prix "manifestement dérisoire" affiché, sans dévoiler le nombre d'ordinateurs commandés. 
La Redoute avait déjà été contrainte de s'excuser en janvier, après avoir publié sur son site une photo vantant un vêtement pour enfant où figurait dans un coin un homme nu, cliché qui avait été rapidement propagé et détourné sur les réseaux sociaux.

Facebook : pourquoi les entreprises achètent des fans ?


La ville de Ris-Orangis a été au centre de toutes les attentions en ce début de semaine. Alors que la ville de la banlieue parisienne cherche à accueillir le projet du futur grand stade de la Fédération Française de Rugby, il semblerait que le nombre de fans sur la page Facebook du projet de la ville ait triplé en une seule nuit. Les suspicions se sont levées. Gentside en a profité pour élever le débat sur l'achat des fans Facebook par les entreprises. Pourquoi le nombre de fans est-il important ? Combien cela coûte-t-il ? Où se place la législation et l'éthique ? Explications.
Deux villes de la région parisienne se battent corps et âmes pour accueillir le nouveau stade de la Fédération Française de Rugby. Il s’agit de Ris-Orangis (dans le département de l’Essonne) et Thiais-Orly (dans le Val-de-Marne). Dans cette guerre banlieusarde, il semblerait que les réseaux sociaux soient l’arme préférée. Les deux villes candidates possèdent une page Facebook pour leur projet respectif. 
Les fans de Ris-Orangis sont du... Bangladesh ! 
Seulement, les soupçons se sont levés vis-à-vis du projet de la ville de l’Essonne. Effectivement, entre le 23 mai et le 24 mai, le nombre de personnes aimant la page a presque triplé. Passant de 3 811 fans à près de 9000 en l’espace d’une nuit, les suspicions ne se sont pas faites attendre. Il s’avère que la plupart des personnes qui se sont ajoutées au projet proviennent du… Bangladesh ! Le Parisien explique que l’une des personnes abonnées étudie les crêpes au Nutella ou qu’une autre affiche un étrange pêcheur moustachu en guise de photo de profil. Les plus douteux arguent le fait que ces personnes ont été achetées par la commune afin de rassembler le plus de personnes possibles sur la page Facebook du projet. Si l’on en croit l’intitulé de la page Facebook du projet de Ris-Orangis, "Le rugby a de l’avenir" !
"Rétablir les choses au plus vite
Du côté de la défense, on prétend que "la construction du stade est un gros projet de développement territorial. Cela ne se jouera pas sur le nombre de supporteurs Facebook". En effet, Thierry Mandon, le maire PS de Ris-Orangis, ajoute que le "site a tellement d’atouts qu’il n’y a pas besoin de faire des gamineries pareilles". Quant à lui, le chef du projet, Stéphane Raffalli, "regrette que les choses aient pris une telle ampleur. […] Je trouve ce genre de pratiques très dérisoires et puériles. Le service de communication de l’agglomération Evry Centre Essonne, qui rassemble les administrateurs du groupe, va rétablir l’ordre des choses au plus vite", relaie le site internet du Figaro. Pour rassurer la population du rugby, la Fédération a précisé que "la popularité Facebook n’entre pas en jeu […]. Le choix se fera à partir de données concrètes".
Les bonnes raisons d'avoir un grand nombre de fans 
Il faut rappeler qu’il est important pour une entreprise d’avoir une page fan sur Facebook. Tout d’abord, l’entreprise peut ainsi améliorer sa visibilité sur le web. En effet, être référencé dans Google n’est pas une chose aisée pour toutes les entreprises. Pour les plus petites d’entre elles qui ne peuvent pas se permettre d’embaucher des salariés s’occupant du trafic internet du site web, il est possible d’ouvrir une page Facebook qui se constitue comme un canal de communication supplémentaire. La deuxième raison est d’être dans la capacité de mieux connaître ses clients. En postant des actualités concernant les produits de l’entreprise, on peut ainsi connaitre les réactions des fans via leurs commentaires ou leurs "like". L’entreprise peut aussi poser des questions directement à ses potentiels consommateurs. Troisièmement, l’entreprise peut répondre directement aux questions des "fans". Ces actions peuvent rendre l'entreprise plus humaine et plus proche de sa clientèle. 
Des fans vendus en lots 
Il est donc nécessaire pour une entreprise, qu’elle soit petite ou internationale d’avoir une page Facebook. Mais quelle est la nécessité d’avoir le plus de fans possible ? Avoir un grand nombre de fans permet à l’entreprise de faire mieux que ses concurrents et jouer dans la même cour que les plus grandes firmes. Plus les fans sont nombreux, meilleure est l’impression de la marque et l’image ne peut être qu’améliorée. C’est pour ces raisons que de nombreuses entreprises se permettent d’acheter leurs fans. Cela se passe via des entreprises proposant des lots de fans à d’autres établissements. Les sites tels que afency.frusocial.netfanslave.com ou encore acheterdesfans.com proposent ce genre de services.
Mais est-ce que cela coûte cher à l’entreprise ? Bien entendu, le prix augmente selon le lot que l’entreprise choisit. Plus l’entreprise achète de fans, plus le prix augmente. Par exemple, pour acheterdesfans.com, le lot de 500 fans vaut une trentaine d’euros. Les 5 000 fans valent 199 euros alors que les 100 000 sont au prix de 2 499 euros ! Et cela peut aller jusqu’au million de personnes aimant votre entreprise. Mais, pour cela il faudra faire pleurer le portefeuille et débourser une somme dépassant les 10 000 euros ! La question est maintenant de savoir où se place la législation par rapport à cette pratique. L’entreprise fanslave.com se défend en prétendant ne pas aller contre le règlement de Facebook. En effet, il est précisé qu’"aucun utilisateur ne deviendra fan d’une page sans décider auparavant s’il tient vraiment à devenir fan de la page en se basant sur son contenu".
Néanmoins, il est important de noter que l’image de la marque peut être atténuée à cause de cette manipulation. En effet, le fait que la marque achète ses fans peut être mal perçue et, du coup, avoir l’effet boomerang ! Ainsi, au niveau de l’éthique et de la transparence attendue par les consommateurs, cette action est justement négative. Il serait donc préférable pour l’entreprise de se baser sur les vrais fans et de les connaître mieux pour, ainsi, se fixer de réels indicateurs commerciaux.