Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

jeudi 14 juin 2012

Top 10 des perles des clients des agences de voyage


Le réseau de voyage AFAT Voyages a publié mardi dernier, une liste des plus belles perles des clients. Des erreurs d'étourderies ou véritables méconnaissances géographiques ? Ce qui est certain, c'est que cela nous fait beaucoup sourire.
Avec les perles du net, on croyait être arrivé au bout de la bêtise et de la maladresse humaine. Le réseau AFAT Voyages-Selectour a publié un communiqué de presse mardi dernier dans lequel sont répertoriés les plus belles perles des clients de ces agents de voyage
Gentside vous a donc concocté un petit Top 10 de ces meilleures anecdotes et malentendus. Bien entendu, le tout est à prendre avec humour.
- Une cliente appelle un agent : "Bonjour, j'ai menti à mon patron ce matin, pouvez-vous me faire une attestation certifiant que je suis venue chez vous pour acheter un billet de train ? J'ai besoin d'une excuse pour ne pas aller au travail !".
- Un client veut absolument voyager avec Air France. Voici sa raison : "Non, non, pas d'autre compagnie... Je veux absolument Air France ! C'est une compagnie française et je serai plus vite remboursé en cas de crash". Pas certain que le remboursement arrive à temps !
- Une cliente ne voulait pas prendre l'Eurostar pour se rendre en Grande-Bretagne. Elle voulait y aller en "vibromasseur" ! Elle voulait sûrement parler de l'hydroglisseur, ce navire monté sur coussin d'air propulsé par des hélices sur lequel il était possible de traverser la Manche il y a quelques années. 
- La grande force des agences de voyage aujourd'hui est de proposer des formules "All Exclusive" appelées aussi "All in". Seulement avec la prononciation française cela pose problème : "Bah, Aline, vous connaissez, vous ! Vous qui travaillez ici ! Aline, Aline !!! Avec tout, quoi !".
- Dans la même catégorie, on peut trouver aussi des clients qui prononcent "holocauste". Comprenez, évidemment, "voyager en low cost".
- A l'aéroport, vos bagages seront pesés. Une cliente âgée demande donc à un agent de voyage à combien de kilos elle a droit "dans les souks". L'employée lui demande bien si elle veut évoquer "les soutes". Ce à quoi la cliente lui répond "Oui, oui c'est ça, dans les souks !".
- Un client désirant partir en Asie demande à l'agent de voyage : "Est-ce que pendant la moisson en Asie,  l'eau de mer est moins salée ?".
- Lorsque vous désirez partir à la mer, mieux vaut se renseigner. Beaucoup de clients demandent une "vue sur la mer" alors qu'ils veulent partir à Marrakech. Beaucoup d'agents de voyage ont pris l'habitude de leur répondre : "Sans problème, mais pensez à prendre vos jumelles !". 
- Un couple désire partir en Sicile. Proposition faite, voici le dialogue entre le couple et l'agent : "Ah non, c'est trop cher, et on ne veut pas partir de Nantes mais de Brest ! - Dans ce cas, je peux vous proposer la Sardaigne. - Ah non, je ne veux surtout pas aller sur une île !". Pourquoi pas la Corse alors ?! 
- Il arrive souvent que des personnes se trompent de date : "Bonjour, je voudrais un billet d'avion Nice-Monastir. - Oui, pour quelle date ? - Le 25 août. [...] C'est combien ? - Eh bien, ça dépend, avec un retour à quelle date ? - Je ne sais pas, regardez le 31, le 32, le 33 août...". Sûrement une année bissextile quelque peu spéciale !

Des jardins suspendus au dessus des gratte-ciels


Un projet fou, imaginé par l’architecte Tsvetan Toshkov, mais qui risque de séduire ceux qui veulent échapper aux bruits, à la pollution et aux trépidations de la ville. « City in the sky » est un concept de jardins suspendus, reprenant l’idée d’un paradis de verdure luxuriante.
Ces sanctuaires surplombant les plus hauts gratte-ciels, et donc au contact direct du ciel et du soleil, permettraient de s’extraire du stress de la ville. Leur design s’inspire de la fleur de lotus.
Ce projet était à l’origine destiné au projet "Megatropolis", impliquant plusieurs artistes et entreprises chargés d'imaginer la ville de demain. Celle représenté dans la vidéo ci-dessous a choisi comme décor New York. Une façon d’être à la fois en ville, en altitude et à la campagne !

Un funambule s'apprête à traverser les chutes du Niagara


Des milliers de touristes sont attendus vendredi à Niagara Falls pour la traversée des célèbres chutes par le funambule Nik Walenda, une opération particulièrement attendue du côté américain, dans une ville vieillissante qui se cherche un avenir.
Deux villes jumelles, l'une du côté américain de la frontière, l'autre du côté canadien, se partagent à la fois le nom et les chutes.
Le tourisme, depuis des années, est bien établi du côté canadien. Il est moins important côté américain où la vue est moins belle, même si on peut approcher les chutes de très près. Et la ville au passé industriel révolu a en 50 ans perdu la moitié de sa population, passée de 100.000 à 50.000 habitants. Le taux de chômage y est de 11,5%.
"Aujourd'hui, deux tiers des gens sont soit à la retraite soit vivent d'allocations", explique à l'AFP l'historien Paul Gromosiak. "Et pour le tiers qui travaille, la plupart des emplois payent peu".
Dans le centre-ville aux larges avenues, non loin des chutes qui attirent quelque 8 millions de touristes par an (contre 10 à 20 millions du côté canadien), le spectacle est désolant : maisons vides aux fenêtres condamnées par du contreplaqué, toits éventrés, immenses parkings parfois déserts...
"Ils n'ont pas d'argent pour détruire les maisons, et donc elles restent là", explique Paul Gormosiak.
La ville attend donc avec impatience la traversée des chutes du Niagara sur un fil par le funambule Nik Wallenda vendredi soir, du jamais vu depuis plus d'un siècle.
La principale rue touristique, Old Falls Street, est plastronnée de petites bannières invitant à "venir vivre l'histoire". Les marchands de tee-shirts et autres souvenirs sont déjà en place.
Et John Percy, le président des opérations touristiques de la ville, est aux anges.
"Nous ne pourrions pas nous permettre" une telle publicité, dit-il, évoquant les médias couvrant l'événement et l'intérêt qu'il suscite.
"C'est du platine en barre, encore mieux que de l'or", ajoute-t-il, soulignant que dans un monde compétitif, les villes ont impérativement besoin d'attirer l'attention.
Le funambule Nik Wallenda, 33 ans, issu d'une famille d'artistes de cirque et professionnel confirmé, a obtenu du Canada et des Etats-Unis une dérogation à l'interdiction de traverser les chutes, en place depuis la fin du 19è siecle.
L'événement d'une nuit, même s'il profite brièvement aux commerçants de la ville, "ne changera pas tout", reconnaît volontiers John Percy. "Nous avons encore beaucoup de travail à faire".
Mais il souligne les efforts pour régénérer le tourisme ces dernières années, désormais deuxième source de revenus du comté.
Un institut culinaire va prochainement ouvrir, ainsi que plusieurs hôtels. D'autres, un temps abandonnés, ont été rénovés, un casino a été construit.
Et cette traversée des chutes "fait partie de cette renaissance", dit-il, en ajoutant qu'il aimerait voir dans sa ville "plus d'événements de cette ampleur".
Le fil d'acier sur lequel marchera le fumanbule, à 60 mètres de haut au dessus du vacarme des chutes, est désormais installé.
Les badauds sont nombreux à proximité, impressionnés par le défi.
Certains parient qu'il enlèvera le harnais de sécurité que lui a imposé la chaîne de télévision ABC. D'autres font valoir qu'il y perdrait son sponsor et n'en a pas les moyens.
Paul Gromosiak n'est lui pas impressionné.
"Il va juste marcher ? Comparé aux funambules du passé, qui faisaient des sauts périlleux, ont porté une machine à laver, préparé des repas, dansé, marché les yeux bandés, cela va être ennuyeux", dit-il.
Mais toux ceux-ci traversaient en contrebas des chutes, dans un endroit moins dangereux, reconnaît-il.

Un kangourou abattu par la police sur une autoroute néerlandaise


La police néerlandaise a abattu jeudi un kangourou qui s'était échappé de chez son propriétaire et vagabondait le long d'une autoroute, a annoncé la Fédération néerlandaise du tourisme (ANWB), chargée notamment de la surveillance du trafic autoroutier.
"Les policiers ont d'abord essayé de l'endormir mais cela n'a pas fonctionné et ils ont été contraints d'abattre le kangourou avec des balles réelles", a raconté à l'AFP René Passet, un responsable de l'ANWB.
L'incident a eu lieu le long de l'autoroute A27, à hauteur de Lunetten, dans la banlieue d'Utrecht, au centre des Pays-Bas. Des automobilistes avaient appelé la police après avoir repéré l'animal.
Le kangourou était un animal de compagnie qui s'était échappé de chez son maître, qui vit non loin de l'autoroute. Celle-ci a été brièvement fermée à la circulation.

La tête tranchée de George W. Bush apparaît dans une série aux Etats-Unis


La chaîne HBO a présenté ses excuses pour l'apparition dans la série médiévale fantastique "Game of Thrones" de la tête tranchée de l'ancien président américain George W. Bush au bout d'une pique.
"Nous en sommes profondément navrés, c'est inacceptable, cela marque un manque de respect et c'est de très mauvais goût", a indiqué la chaîne dans une déclaration publiée mercredi soir dans la presse spécialisée américaine dont insidetw.ew.com.
Ce sont les créateurs eux-mêmes de la série à succès, David Benioff et D.B Weiss, qui ont attiré l'attention sur la scène dans des commentaires enregistrés pour le coffret DVD de la saison 1.
Dans le 10e épisode, une tête décapitée ressemblant à celle de George W. Bush, portant de long cheveux en broussaille, apparaît plantée sur une pique une pique au bout d'une rangée d'autres suppliciés. "Ce n'est pas un choix, ce n'est pas une déclaration politique, nous avons simplement utilisé toutes les têtes disponibles", assurent les créateurs de la série.
Eux aussi ont ensuite présenté leurs excuses en expliquant que la série, très sanglante, "utilisait beaucoup de fausses têtes, bras, etc. On ne peut pas se permettre de les refaire toutes, surtout quand il en faut beaucoup. Quelqu'un a fait remarquer que la tête ressemblait à celle de George W. Bush une fois que la scène a été tournée", disent-ils.
"Nous n'avons pas voulu manquer de respect envers l'ancien président et présentons nos excuses", ajoutent-ils.
HBO, qui diffuse actuellement un documentaire sur le président George Bush père, a indiqué que la scène serait retirée des futurs DVD.

Suède: de fausses pièces de monnaie se moquent du "roi putain"


Des pièces de monnaie suédoises contrefaites se référant au souverain comme le "roi putain" circulent en Suède, au moins trois personnes dans trois villes différentes ayant découvert être en possession d'une des ces pièces d'une couronne (0,11 euro), a rapporté jeudi la presse.
La vraie pièce d'une couronne représente, en relief, le profil du roi entouré des mots "Carl XVI Gustaf - Roi de Suède".
Sur les pièces contrefaites, l'inscription est ainsi libellée: "Carl XVI Gustaf - Notre Roi Putain".
Les fausses pièces semblent se moquer du roi Carl XVI Gustaf, 66 ans, suite aux rumeurs sur ses prétendues infidélités, détaillées dans une biographie non autorisée publiée en 2010, "Den Motvilliga Monarken" (Monarque malgré lui).
Dans cet ouvrage, le roi est accusé de fréquenter des clubs louches, des fêtes décadentes et d'avoir eu dans les années 90 une liaison adultère avec la chanteuse d'Army of Lovers, Camilla Henemark.
Le souverain n'a jamais confirmé ni infirmé ces allégations.
"J'ai été surpris, pour le dire poliment", indique un habitant de Malmö (sud de la Suède), David Rosenlund, en possession d'une pièce contrefaite et cité par l'édition en ligne du quotidien Expressen.
Karin Mattsson, une habitante de Piteaa, au nord du pays, y a regardé à deux fois.
"Ma première réaction a été que je voyais mal", a-t-elle confié au quotidien local, Piteaa-Tidningen.
Le directeur du musée national d'Economie, Ian Wiséhn, estime que le faux-monnayeur a fourni beaucoup d'efforts pour que ses pièces soient suffisamment ressemblantes et que les gens s'y trompent.
"Il faut être très ingénieux (...) ce n'est pas facile", a-t-il dit à l'agence de presse suédoise TT.
Le roi Carl XVI Gustaf est sur le trône depuis 1973. Il a épousé la reine Silvia en 1976.

Rémi Gaillard, roi des gags sur internet, "candidat à la mairie de Montpellier"


Rémi Gaillard, spécialiste des gags vidéo postés sur internet, a affirmé jeudi, en mélangeant à la fois plaisanterie et sérieux, qu'il serait "candidat à la mairie de Montpellier", ville dont il doit être la personnalité la plus connue internationalement, à travers ses vidéos.
"J'ai bien dit +aujourd'hui je suis candidat à la mairie de Montpellier+. Le ferai-je dans deux ans? On verra", a-t-il dit à l'AFP, confirmant un entretien mêlant sérieux et loufoque paru dans l'hebdomadaire montpelliérain Jeudi tout.
"Je dis pour la mairie de Montpellier en 2014: +Oui, je suis candidat aussi+", déclare-t-il à Jeudi tout, répondant ainsi à l'annonce par l'actuelle maire PS Hélène Mandroux, 71 ans, qu'elle se représenterait en 2014.
"Depuis que Georges Frêche nous a quittés, à Montpellier, c'est n'importe quoi", estime-t-il. "Et puisque c'est n'importe quoi, mieux vaut un spécialiste", assure Rémi Gaillard, 37 ans, qui tente toujours avec ses vidéos de donner une image positive de la ville.
Rémi Gaillard revendique l'esprit de Coluche lors de la candidature de l'humoriste à la présidentielle en 1981. Mais il s'en prend aussi vivement à Mme Mandroux, qui, selon lui, a "trahi" Frêche en se présentant en 2010 contre lui aux élections régionales.

Dîner en blanc : 11.000 participants dans un lieu public...et secret


Où se déroulera le prochain et très secret "dîner en blanc" de Paris ? Priés de se tenir prêts pour jeudi soir, les 11.000 participants annoncés par les organisateurs ne l'apprendront qu'au dernier moment pour un effet de surprise maximum.
L'an dernier, pour répondre au succès grandissant, deux dîners en blanc réunissant 8.000 personnes toutes vêtues de blanc selon la règle, avaient eu lieu au même moment, dans la Cour carrée du Louvre et sur le parvis de Notre-Dame-de-Paris sans aucune autorisation préalable, comme les "flash mob", ces rassemblements éclair et ludiques.
Inventés en 1988 par le Français François Pasquier et une poignée d'amis épicuriens qui rêvaient de dîner en plein air dans les plus beaux endroits de Paris, ces très chics pique-niques connaissent un succès international.
Après Lyon et Bordeaux, des dîners en blanc sont désormais organisés à New York et bientôt à Kigali, pour la première fois en Afrique. Des organisateurs dans une soixantaine de grandes villes dans le monde ont rejoint le petit collectif français.
"A Mexico, le fils du peintre Botero organisera son premier dîner en blanc cet été. Une vingtaine de villes sur 5 continents se sont mis aussi aux dîners en blanc dont Montréal, Québec, Chicago, Philadelphie, Singapour, Sydney...", souligne à l'AFP Aymeric Pasquier, fils de l'organisateur français qui distribue gratuitement des licences et des modes d'emploi clé en mains.
"Comme dans un rêve"
"Le temps d'une soirée, les invités investissent un endroit exceptionnel du patrimoine. Les participants ont en commun le goût des bonnes et jolies choses sous le signe de l'élégance, de la convivialité et du savoir-vivre", ajoute Aymeric Pasquier.
A Paris, depuis 1988, les autorités accueillent avec bienveillance ces dîners en blanc: dès le début, sur consigne des organisateurs, les participants venus avec tables et chaises pliantes, nappes et vaisselles blanches, ont joué le jeu jusqu'au bout, n'occasionnant ni dégâts ni perturbation de la circulation. L'endroit est laissé intact à la fin du dîner, toujours avant minuit, "comme dans un rêve".
Les parvis de la Tour Eiffel et de la Pyramide du Louvre, la place Vendôme et même les trottoirs des Champs-Elysées ont accueilli des dîners en blanc.
"L'un des ingrédients de la réussite de nos dîners en plein air, est que les participants se parrainent", souligne Aymeric Pasquier. "Tout le monde arrive et repart en autobus ou en métro, avec ses déchets".
Seuls vin et champagne sont autorisés. Bières et alcools forts sont interdits.

L'Australie envisage des safaris payants pour tuer des crocodiles


L'Australie envisage d'autoriser la chasse aux crocodiles marins, ces énormes reptiles qui peuplent notamment le nord du pays, lors de safaris payants, un projet déjà évoqué mais jamais abouti en raison de l'opposition des associations de protection des animaux.
Le gouvernement australien avait abandonné ce projet il y a quelques années, mais a décidé jeudi de lancer une consultation publique à ce sujet, en raison de l'accroissement de la population de ces animaux.
"Il y a des opinions différentes au sein des propriétaires traditionnels des terres concernées (les aborigènes: ndlr) et je veux être certain d'entendre toutes les opinions", a déclaré le ministre de l'Environnement Tony Burke.
Ces chasses seraient organisées sous forme de safaris payants dans le Territoire du Nord (nord de l'Australie), une activité qui pourrait favoriser le tourisme et donner du travail aux aborigènes, selon les autorités locales de cette région.
Le projet évoque pour les deux premières années un quota de 50 reptiles pour les chasseurs.
Sans surprise, cette annonce a fait bondir la Société de protection des animaux (RSPCA). "Il n'existe aucun bénéfice, en terme de protection de la nature ou de contrôle des populations, à attendre de la chasse au trophée" aux crocodiles, a déclaré Bidda Jones, responsable scientifique à la RSPCA.
"Il ne s'agit de rien d'autre que de tuer des animaux pour le plaisir et rien ne peut justifier cela", a-t-elle ajouté.
Le secrétaire à l'Environnement du Territoire du Nord, Karl Hampton, a rappelé que des safaris étaient organisés pour contrôler la population de buffles et de cochons sauvages.
"Comme pour ces safaris, ceux proposés par le Programme de gestion des crocodiles seront soumis à la loi sur le bien-être des animaux, et des conditions très strictes seront appliquées", a déclaré Karl Hampton.
Les crocodiles marins, appelés "salties" en Australie, vivent dans les marais et les rivières des régions côtières du nord du pays, et tolèrent aussi bien l'eau salée que l'eau douce. Leur poids peut atteindre une tonne, ce qui en fait le plus gros reptile vivant.
Espèce protégée depuis les années 70, elle n'est plus considérée comme menacée. La population atteint 150.000 en Australie.

La glace au bacon et ses 510 calories désormais disponible partout aux Etats-Unis


La chaîne de restauration rapide Burger King a annoncé qu'une glace au bacon de 510 calories, lancée avec succès au Tennessee, un des états comptant le plus fort taux d'obèses aux Etats-Unis, était désormais disponible dans tout le pays, mais pour un temps limité.
"Ce dessert qui a enchanté Nashville (Tennessee, sud) est maintenant disponible dans tout le pays", s'est réjouie la chaîne de restaurants dans un communiqué de presse.
Le dessert est presque aussi riche en calories que le hamburger phare de la chaîne, qui en comptabilise 670.
Le Tennessee a le 4e plus fort taux d'obésité dans le pays, selon l'association Trust for America's Health.
La glace au bacon - huit grammes de lipides, 61 grammes de sucre - fait partie des plats disponibles en temps limité sur le thème cher aux Américains du barbecue, avec sandwiches au porc, limonade et patates douces frites.

La Côte belge accueille le plus grand festival de sculptures de sable du monde


La station balnéaire belge de Blankenberge (nord) accueille cet été le "plus grand festival de sculptures de sable du monde", en mettant à l'honneur des personnages de contes de fées et de récits pour la jeunesse tels que Blanche Neige, Harry Potter et Gaston Lagaffe.
Le parc où se situe l'exposition est dominé par le château de la Belle au bois dormant, tel que représenté dans le film de Walt Disney de 1959. Réalisé avec du sable jaune issu d'une carrière belge -- et non le sable de la plage toute proche, qui ne permet pas un compactage suffisant --, il a été conçu pour résister au climat capricieux des bords de la mer du Nord.
Les visiteurs suivent ensuite un itinéraire tracés dans deux chapiteaux où sont exposés 152 statues de sable jaune ou ocre, parfois hautes de cinq mètres, sur une superficie totale de 4.000 mètres carrés.
Les artistes venus du monde entier, qui ont mis six semaines pour réaliser leurs oeuvres éphémères, ont sélectionné les héros de 80 contes ou histoires pour enfants, puisant leur inspiration dans les récits des Frères Grimm, d'Andersen, de Dickens et de J.K. Rowling, la "mère" d'Harry Potter.
Si les personnages issus du monde de Disney sont nombreux (Blanche Neige, Mickey, la Petite Sirène...), partenariat oblige, ils côtoient des héros de la BD, comme Astérix ou Lucky Luke, et le Vilain petit canard et Superman.
Le festival, qui en est à sa 16e édition et est ouvert jusqu'au 2 septembre, "devient chaque année plus grand et est maintenant considéré par le Livre Guinness des Records comme le plus grand du monde", s'est réjoui l'un des organisateurs, Alexandre Deman.
L'accès au festival coûte 11 euros pour les adultes, 9 euros pour les étudiants et les seniors, 7 euros pour les 4 à 12 ans et est gratuit jusqu'à 3 ans. www.sculpturedesable.be