Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

samedi 14 juillet 2012

Maison d'architecte : Crescent House au Japon


Crescent House, un projet proposé par le studio Shigeru Ban Architects, est construit au Japon, au sud de la préfecture de Shizuoka. Le bâtiment est réalisé dans un style réserv et il a la forme ovale qui rappelle la lettre C.
Crescent House au Japon
Crescent-House1-640x316.jpg
Crescent-House1-640x317.jpg
Crescent-House1-640x318.jpg
Crescent-House1-640x319.jpg
Crescent-House1-640x320.jpg
Crescent-House1-640x321.jpg
Crescent-House1-640x322.jpg

A quelle heure les femmes préfèrent-elles faire l’amour ?


Cette question, des tas d’hommes ont dû se la poser sans jamais obtenir de réponse. Heureusement, une étude britannique vole au secours des amants confus en révélant ce secret si bien gardé. Surprise…

"Pas ce soir, chéri…, j’ai la migraine". "Pas en plein après-midi, voyons, j’ai des tas de choses à faire", "Pas maintenant, c’est pas le moment…".Mais alors quand ? Y-a-t-il une heure idéale pour faire l’amour à une femme ? Eh bien, oui, il y en a une. Du moins si l’on en croit une récente étude britannique… Verdict : oubliez le matin aux aurores, l’haleine douteuse serait rédhibitoire pour ces dames, et malgré l’avis des scientifiques, pour qui le réveil situé aux alentours de 7h30 est sans conteste le moment où elles sont les plus en forme de la journée.
Pour les femmes interrogées par le Women’s Health Magazine dans le cadre de cette étude hautement existentielle, le meilleur moment pour faire l’amour n’est autre que le samedi soir… à 23 heures. Mais rassurez-vous, ce résultat n’empêche pas nos amies les Anglaises de faire l’amour au moins trois fois par semaine, envie ou moins envie. Et puis, c’est bien connu : l’appétit vient en mangeant…

Des places de parking interdites aux femmes


Gallus Strobel, le maire de la ville de Triberg, située dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne, a décidé d’instaurer un parking pour le moins surprenant.
Sous prétexte d’une égalité entre hommes et femmes (!!!), il  vient de décréter que “les places dans les parkings souterrains de la ville jugées trop difficiles d’accès seraient réservées aux hommes”. Et histoire d’en rajouter une couche : “les places plus larges, mieux éclairées et plus proches de la sortie seraient quant à elles réservées aux femmes”.
Aux yeux du maire, il faut du cran et ne pas avoir peur des manoeuvres pour stationner dans certaines places de parking: «C’est un cadeau pour les hommes. Ils sont tout simplement meilleurs pour ce genre de choses», a-t-il déclaré.
Source : TheLocal.de

Il tue sa femme en rêve et va se dénoncer à la police


“Incredibile ma vero”
Convaincu d’avoir abattu sa femme, un homme a tout avoué à la police. Mais son meurtre n’était en réalité qu’un rêve.
Cet italien était convaincu d’avoir tué sa femme et s’est livré à la police. Sauf qu’il avait juste rêvé son acte.
Le «tueur» s’est rendu au commissariat pour avouer son délit et se rendre. C’est à ce moment que les agents lui ont annoncé que son épouse allait bien. Elle n’avait subi aucune violence.
Les forces de l’ordre ont découvert qu’une dispute entre les deux époux s’était réellement déroulée samedi soir. Le retraité était ensuite sorti noyer sa rage dans l’alcool.
De retour il s’est endormie… et a fait un “mauvais rêve” !
Source :  La Nuova Sardegna

De la cocaïne dans un conteneur de moules


Quelque 21,6 kg de cocaïne, représentant une valeur de 1,3 million d’euros à la revente au détail, ont été saisis lundi sur le port du Havre dans un conteneur de moules congelées en provenance du Chili, ont annoncé aujourd’hui les douanes. 
Selon les premiers éléments de l’enquête douanière, la cocaïne avait été introduite dans le conteneur à l’insu de l’expéditeur et du destinataire. Les trafiquants avaient déposé à côté de la drogue un boîtier à code barres servant à sceller le conteneur pour remplacer celui qu’ils auraient fracturé en prenant livraison de la cocaïne.
Cette technique, de plus en plus répandue selon les douanes, avait déjà été utilisée pour le transport de 113 kg de cocaine saisis dans ce port en juin dernier. La marchandise d’une valeur à la revente estimée à sept millions d’euros avait été placée dans un conteneur contenant des boîtes de thon en provenance d’Equateur.

Naples envahie par des cafards géants


A Naples, le maire a lancé mardi une opération de désinfection massive contre des blattes pouvant atteindre sept centimètres de long, sorties ces derniers jours des égouts, selon les autorités locales.
Depuis avril, les agents de nettoyage de la ville italienne travaillaient de nuit pour éviter tout contact entre les produits insecticides et les habitants, mais “des opérations seront aussi programmées le matin”, a indiqué le directeur général de l’Agence sanitaire de Naples (ASL), Maurizio Scoppa.
La prolifération de ces insectes, accentuée par la canicule qui sévit sur le centre-sud, l’humidité et les matériaux organiques, a relancé la polémique sur l’hygiène à Naples, régulièrement critiquée pour sa gestion des ordures ménagères. Le quotidien La Repubblica a parlé d’”invasion de cafards gigantesques” et des experts de la santé publique ont évoqué des risques de maladies, comme le typhus et l’hépatite A.

Le bruit des villes tuerait des bébés moineaux


Une étude vient de montrer que les bébés moineaux mourraient indirectement à cause du bruit des zones urbaines. Ce bruit provoquerait en effet des interférences dans la communication parents-poussins, notamment dans l'appel des petits lorsqu'ils ont faim.
D'après une étude parue dans la revue Plos One, le bruit en zones urbaines pourrait augmenter le taux de mortalité des jeunes moineaux domestiques. En effet, les chercheurs pensent que le bruit empêcheraient les parents moineaux d'entendre leurs petits les appeler quand ils ont faim. Les bébés moineaux, encore dépendant de leurs parents, ne pourraient alors pas être nourris par ceux-ci. 
Dans l'étude, commencée en 2000, l'équipe montre que les oiseaux nidifiant dans des zones bruyantes seraient moins aptes à nourrir leurs petits que ceux vivant dans des zones calmes. Des scientifiques de The University of Sheffield sont arrivés à cette conclusion après une étude sur l'île Lundy de 445 hectares, située à 19 kilomètres au large de la côte du North Devon.
Le principal auteur de l'étude, Julia Schroeder, a expliqué à BBC News que le projet a débuté plus ou moins par hasard : "Quand je suis allé pour la première fois sur l'île, qui est très isolée et calme, [...] je suis rentrée dans une grange et c'était très bruyant." La grange contenait un générateur d'électricité mais certains moineaux choisissaient tout de même d'y nicher. C'est ainsi que le professeur Schroeder s'est demandé si ces conditions affectaient les oiseaux. "J'ai trouvé que les oiseaux étaient moins en forme, qu'il y avait moins de reproduction dans les zones bruyantes."
Une idée totalement nouvelle 
Schroeder a alors décidé de tester ce résultat sur la façon dont le bruit peut affecter les oiseaux de manière générale : "L'hypothèse la plus répandue sur l'alimentation était que le bruit affecte le choix de partenaire des oiseaux. Il y a beaucoup d'études sur le bruit urbain mais elles se concentrent surtout sur le choix de partenaire, où le mâle communique pour séduire la femelle. Mais l'idée que la communication entre parents et progéniture puisse être affectée dans les villes est totalement nouvelle. Nous avons vu que les oiseaux ne nourrissent pas les petits aussi bien que dans les zones calmes. C'était une nouvelle idée qui n'a jamais été montrée avant. Bien-sûr, les provisions des bébés moineaux sont très liées à leur survie car s'ils ne grossissent pas, ils meurent.
Le bruit semble en effet interrompre la communication entre les jeunes oiseaux et leurs parents. "La seule différence que nous avons trouvé par rapport à un comportement normal était l'attitude face à l’approvisionnement", explique Schroeder. Elle ajoute : "Les poussins vivant dans la grange bruyante étaient plus légers quand ils volaient. C'est pourquoi nous pensons que l'attitude d'approvisionnement des parents est un facteur. Nous avons trouvé [...] qu’il y avait environ 25% de visites en moins que dans les zones calmes", explique Julia Schroder. "C'est une réduction drastique de l'approvisionnement et s'ils ne compensent pas en apportant, par exemple, des insectes plus grands [...] cela peut devenir grave.
La population des moineaux sérieusement menacée
Alors que le stress chronique peut aussi contribuer à une dégradation des conditions du corps, le manque de nourriture est un facteur clé : "Il est très probable qu'une réduction de 25% de l'alimentation résulte en une croissance et une survie misérable." Le moineau est déjà une espèce dont la conservation est source de préoccupation, puisque sa population a baissé de 66% entre 1971 et 2009. Les pires déclins ont eu lieu dans le sud et l'est de l'Angleterre, avec un pic à 69% pour les moineaux londoniens dans la période 1995-2009.
Le docteur Schroeder et son équipe suggèrent que le bruit du générateur à Lundy est comparable au bruit des voitures dans les zones urbaines. En 2007, une autre étude des chercheurs de The University of Sheffield publiée dans Biology Letters montrait que des merles basés dans les villes avaient choisi de chanter et communiquer la nuit afin d'éviter le bruit durant la journée. Pour Schroeder, d'autres espèces d'oiseaux chanteurs pourraient aussi être affectées de la même manière que les moineaux de Lundy. Elle a observé : "Beaucoup d'oiseaux chanteurs communiquent de manière similaire donc il est possible que d'autres espèces soient affectées aussi." Une recherche plus avancée du lien entre le bruit et le déclin de la population d'autres espèces pourrait conduire à des résultats intéressants. D'après Schroeder : "C'est un nouveau mécanisme que je suggère. Je pense que cela pourrait être fait pour d'autres espèces car il est très probable que la communication parents-enfants joue un rôle important pour beaucoup d'autres oiseaux passereaux et affecte plus d'espèces élevées dans les villes."

Météo: Juillet catastrophe, un prévisionniste explique tout


C'est le sujet de discussion du moment. Pourquoi l'été est-il si maussade au-dessus de la Loire? Maxisciences vous propose un éclairage avec un spécialiste, le prévisionniste de Météo France Étienne Kapikian
Alors que la période estivale avance, notre pays est toujours coupé en deux; un napolitain indigeste de précipitations, de faibles éclaircies, de températures faisant du yoyo et des vents rappelant plutôt un mois d'octobre que le cœur d'une saison ensoleillé et réjouissante. L'été ne chante pas, et dans la tête des habitants de l’hexagone ce n'est pas "le Sud" mais plutôt "Cruel Summer" qui semble en tête de liste. Quand pourrons nous enfin entonner "Au soleil" ? Maxisciences en a voulu avoir le cœur net et a contacté un prévisionniste de Météo France.
Maxisciences : Pourquoi fait-il ce temps-là ?Etienne Kapikian, Météo France : "Cela tient d'abord de la position géographique de la France et à sa proximité avec l'océan atlantique. Un climat très variable, d'un mois à l'autre, et d'une année sur l'autre. De ce fait, il arrive que l'on ait des séquences de temps très maussade, même en plein été. C'est déjà arrivé de par le passé. Bon là il est vrai que cette période de temps maussade est particulièrement persistante".
Maxisciences : Comment peut-on expliquer cette persistance ?"Cela tient du courant-jet, une zone de vents très forts qui pilote les perturbations pluvieuses et qui traverse l'atlantique vers l'Europe. Ce courant-jet, habituellement en période estivale remonte en altitude et quand il ne le fait pas, cela donne ce mauvais temps. On appelle ça une 'anomalie de circulation atmosphérique', mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter, vu la variabilité de notre climat. Il y a des années où le courant-jet se situe plus bas et d'autres où il est plus haut. En 2003, par exemple, il était beaucoup plus haut et on a eu un été caniculaire de ce fait".
Qu'en est-il de cette année ?"Là, le début de l'été a été troublé par un rail très perturbé, avec des dépressions persistantes sur les îles britanniques et le nord-ouest de la France, alors qu'il y a des températures caniculaires en Europe de l'est et du sud ".
Qu'est-ce qui détermine la position des courants-jets ?"Il y a plusieurs facteurs, c'est complexe. Il peut y avoir le phénomène El Niño ou La Niña qui peuvent jouer, mais de façon secondaire, ou les anomalies de température de l'océan : si certaines parties de l'atlantique sont significativement plus fraîches ou plus chaudes que la normale. On peut aussi avoir une influence minime de la stratosphère ou l'oscillation nord atlantique (non périodique, mais qui engendre un temps maussade si elle est en phase négative). Mais, en général, ce qu'il faut surveiller, c'est l'interaction entre l'océan et l'atmosphère ".
Quid de l'anticyclone des Açores ? De son action, et de sa position ?"Actuellement, l'anticyclone des Açores est justement positionné sur les Açores, et s'étend en direction du sud de l'Espagne de la Méditerranée, mais pas en direction de la France. Il s'étend vers l'est au lieu de s'étendre vers le nord-est comme il le fait habituellement ".
Quelle prévision pour la suite des évènements ? Maillots ou bottes ?"Tout n'est pas perdu, on voit enfin le bout du tunnel avec, dès le début de la semaine prochaine, une amélioration, mais ça n'empêchera pas une rechute en deuxième partie de semaine mais qui pourrait, elle, être suivie par un nouvel embellissement. On sent un léger déblocage de la situation, mais je dis ça avec prudence. Avec ces basculements de contextes météorologiques, il est tout à fait possible que l'on est une fin d'été plus agréable que son début. On l'a déjà vu, en 1998 notamment ".
Aux Portes du soleil
Et suivant les modèles météorologique justement, et même si ces fluctuations de temps sont très variables, pourriez-vous nous dire si le mois d'août ou la rentrée de septembre vont vers du mieux ?"Le problème c'est que les modèles de prévision sont fiables jusqu'à 10 jours et après très peu. On peut se fier à des tendances sur plusieurs semaines en allant même jusqu'au mois de septembre. Là, il s'avère que les signaux sont contradictoires entre les simulations : certains optent pour un signal froid, d'autre un signal chaud, et d'autres n'arrivent pas à dégager une tendance. Il est donc très difficile de se prononcer. Mais à plus court terme, on voit quand même un changement se dessiner et être plutôt favorable pour la fin juillet et le mois d'août, mais attention, ça ne veut pas dire qu'il fera beau tous les jours. On a l'impression que ça va se réchauffer, mais cela veut dire aussi qu'il peut y avoir également des orages".
De bonnes nouvelles donc ?"Ce que l'on voit, ce sont des anticyclones situés dans le sud de l'Espagne, au Groenland et dans les régions polaires. On voit aussi des dépressions coincés sur les îles britanniques. Ce que l'on peut observer sur nos modèles météorologiques c'est que d'ici une dizaine de jours, les conditions devraient redevenir plus dépressionnaires sur les régions polaires et du nord de l'atlantique, ce qui pourrait permettre à l'anticyclone des Açores de s'étendre un peu plus vers nous. Mais il faut rester prudent, en météo, il n'y a jamais de certitudes ".
En termes de statistiques, combien de chances que le mois d'août soit meilleur que celui de juillet ?"Il y a des signaux positifs et je dirai qu'il y a trois chances sur quatre ! Mais c'est à prendre avec précaution; nous sommes en période de transition des phénomènes El Niño et La Niña, qui créént un réchauffement des eaux de l'est du pacifique, et, durant ces périodes de transition, l'atmosphère sur l'Europe de l'ouest est toujours imprévisible. Disons que ça sera peut-être pas le grand beau temps qui reviendrait ".

A Stockholm, plus de 10.000 marathoniens courent comme en 1912


Plus de 10.000 coureurs, encouragés à s'habiller comme au début du XXe siècle, ont participé samedi à Stockholm à un marathon exceptionnel organisé pour célébrer le centenaire de la cinquième édition des Jeux Olympiques.
C'est une course "historique". Le parcours, "très exigeant" ont précisé les organisateurs avant le départ, est presque identique à celui de 1912.
"C'est mon premier marathon et c'est une course spéciale puisque c'est le Jubilé. Le tracé est unique, c'est pour ça que nous sommes si nombreux", a indiqué à l'AFP l'un des participants, Calle Hedberg, 34 ans.
Le coureur, comme beaucoup des 10.510 participants, est resté sourd aux appels des organisateurs de s'habiller comme en 1912. "Je n'aurais jamais osé, j'aurais eu trop peur de me faire mal", a-t-il confié.
Dans la foule des marathoniens, on distingue un costume de bain, des robes et quelques chapeaux. Tous les volontaires sont coiffés d'un canotier et les musiciens des orchestres, répartis tout au long du parcours, sont en costume d'époque. Dimanche, les cinquante meilleurs costumes seront récompensés, indique le site internet de l'événement.
Le départ a été donné à 13h48, précisément 100 ans après celui des Jeux de 1912, avec un revolver. La course, de 40,075 km contre 40,2 km en 1912, était retransmise en direct sur Internet.
Le Suédois Michael Mustaniemi, 24 ans, est le premier à avoir franchi la ligne d'arrivée en 2h27"08. En 1912, le Sud-Africain Kennedy Kane McArthur avait remporté la course en 2h36"54.
Le marathon du Jubilé est organisé dans le cadre des célébrations du centenaire des cinquièmes Jeux Olympiques, qui s'étaient déroulés à Stockholm du 29 juin au 22 juillet 1912.
En 1912, 69 coureurs y avaient participé mais seulement 35 avaient franchi la ligne d'arrivée. Ils furent récompensés par un verre de champagne. Cette année, les coureurs qui le souhaitent auront le droit à du mousseux.

Un moniteur d'auto-école avec plus de 3 g d'alcool dans le sang


Un moniteur d'auto-école s'est vu retirer mercredi à Périgueux son permis de conduire après avoir été contrôlé avec 3,12 grammes d'alcool dans le sang au volant de son véhicule.
Agé d'une cinquantaine d'années, il a été contrôlé alors qu'il venait de percuter un plot de stationnement.
Les policiers lui ont immédiatement retiré son permis de conduire avant de le placer en cellule de dégrisement, a-t-on ajouté.
L'homme a précisé aux policiers qu'il enseignait le code de la route et ne donnait pas de leçons de conduite.
Il comparaîtra le 24 octobre devant le tribunal correctionnel de Périgueux pour conduite en état d'ivresse et défaut de maîtrise de véhicule.

Après sa mort par arrêt cardiaque et une hypothermie, une femme accouche


Le corps humain possède des ressources insoupçonnées… Il y a deux ans, dans une église, une femme est morte d’un arrêt cardiaque. Elle était enceinte de vingt semaines.
Après avoir reçu un massage cardiaque et des défibrillations, elle a été ressuscitée puis mise en hypothermie par les médecins à 32 degrés Celsius, pendant plus de 12 heures, afin d’éviter les éventuels dommages important causés par le manque de sang dans ses tissus, ses muscles et son cerveau. Durant cet épisode, le personnel médical surveillait le fœtus et a détecté des frissonnements, qui se sont arrêtés dès qu’ils ont ramené la mère à sa température normale.
Malgré cet épisode extrêmement éprouvant, elle a donné naissance, quelques mois plus tard, à un bébé en pleine santé. Ce n’est pas une première, mais l’expérience n’a été tentée que très peu de fois sur des femmes enceintes, et les médecins n’avaient aucune idée de l’impact éventuel de ce traitement choc sur le bébé à naitre. Dans ce cas, il n’en a eu aucun, et cette expérience a eu droit à un article dans les Annales de la médecine urgentiste ce mois-ci.

Il détruit sa maison en voulant tuer des araignées


Eiliya Maida souhaitait en finir avec les arachnides et enlever par la même occasion les nombreuses toiles d’araignées qui avaient envahi sa cour. L’homme, qui réside à Chico en Californie, avait donc décidé d’agir de manière drastique en utilisant un chalumeau.
Mal lui en a pris! Alors qu’il était en pleine mission d’extermination, son frère lui a fait remarquer que de la fumée s’échappait de son grenier. Eiliya avait, en effet, enflammé par inadvertance quelques mauvaises herbes qui se trouvaient à proximité de sa maison. L’incendie s’est rapidement propagé détruisant ses meubles de jardin dans un premier temps avant de brûler un mur extérieur du domicile ainsi que le grenier.
Les pompiers sont intervenus rapidement mais les dégâts sont considérables. La perte est, en effet, estimée à plus de 20.000 euros. En outre, le câblage électrique ayant été endommagé, Eiliya et sa famille, ont été contraints de quitter les lieux. 

Toulouse : une télécabine d’ici 2017 ?


La ville de Toulouse envisage de se doter à l’horizon 2017 d’une télécabine, du type de celles équipant les stations de ski, pour relier la ligne B du métro, le CHU de Rangueil situé sur une colline et le futur Oncopôle, sur l’autre rive de la Garonne.
 La régie publique de transport en commun de l’agglomération toulousaine, Tisséo, a lancé aujourd’hui un appel d’offre pour le projet architectural.
La ligne de “téléporté” de 2,6 km de long pourrait transporter de 6 à 7.000 personnes par jour dans des cabines de 35 places.

Fils électriques suspects dans un avion


Un avion de la compagnie américaine Delta Airlines à destination de Madrid a dû retourner à New York après la découverte de fils électriques suspects dans les toilettes.
Le vol 126, un Boeing 767-300 dans lequel se trouvaient 206 passagers, s’est posé sans encombres sur l’aéroport John Kennedy peu après 09h30, une heure et demie après son décollage, indique la compagnie, qui fait état d’une “inquiétude liée à la sécurité”.
 Les artificiers qui ont procédé à la fouille de l’appareil n’ont découvert aucun explosif .
Alors juste une prise électrique ou un interupteur abimée ?