Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 7 octobre 2012

Recyclage : la France a collecté 3 millions de tonnes d'emballages en 2011


En 2011, 67% des emballages ménagers ont été recyclés en France. Une bonne nouvelle qui suggère que le pays est en bonne voie pour atteindre en 2016 sont objectif de 75%.
Le recyclage progresse en France. En 2011, plus de 3 millions de tonnes d'emballages en verre, plastique (bouteilles et flacons), carton, acier et aluminium ont été recyclés sur les 4,6 millions de tonnes mises sur le marché, a ainsi annoncé mercredi l'organisme Eco-Emballages. Cela représente 67% des emballages ménagers, soit une amélioration de 3% par rapport à 2010 et une grosse progression alors que le taux de recyclage n'était que de 13% en 1992. Ceci marque une "relance" après plusieurs années de quasi-stabilité, a précisé à la presse Eric Brac de la Perrière, directeur général d'Eco-Emballages.
Ainsi, le verre, qui est le premier matériau à être collecté, a atteint en 2011 un taux de recyclage de 84% (2% de plus qu’en 2010). Il est de 67% (+ 10) pour les papiers et cartons mais seulement de 46% (+ 1) pour les bouteilles et flacons en plastique. En outre, Eco-Emballages a également vu grimper son financement. Une hausse de bon augure alors que l'éco-organisme collecte des contributions auprès des entreprises pour les redistribuer aux collectivités chargées de mettre en œuvre la collecte et le tri. Ayant doté les collectivités de 410 millions d'euros en 2010, il a pu en verser 519 en 2011, comme le souligne M. Brac de la Perrière. De plus, en parallèle, les collectivités ont perçu 238 millions de la vente des matériaux recyclés, selon Eco-Emballages, soit 80 millions de plus qu’en 2010.
Pour 2013, l'organisme souhaite maintenant améliorer le recyclage des plastiques. L’expérimentation en cours depuis 9 mois et qui concerne 3,7 millions de Français amenés à mettre dans leur bac de tri tous les emballages plastique et plus seulement les bouteilles et flacons semble positive. En effet, cette simplification du tri favorise le recyclage et augmente la quantité de tonnes collectées (+13%). Toutefois, pour procéder à la généralisation de ce type de collecte il sera nécessaire de réaliser d’importants investissements pour adapter les centres de tri.
Les autres dossiers prioritaires d’Eco-Emballages concernent la réduction à la source des emballages en sensibilisant les entreprises et l'amélioration du tri en ville. En zone urbaine, le tri se révèle en effet près de deux fois moins efficace qu'en zone rurale.

Londres se met au rose

Baptisé Octobre rose, le mois d'octobre est dédié à la lutte contre le cancer du sein afin de sensibiliser les femmes à l'importance du dépistage. Pour l'occasion, Londres a décidé d'illuminer ses monuments et lieux d'intérêt par des éclairages rose vif.












Ne pouvant pas sortir de chez lui, il envoie un robot à l'école à sa place


Devon Carrow est âgé de 7 ans. Contrairement à la plupart des enfants, il ne va pas à l'école. En tous cas, pas physiquement. Car c'est un robot développé par VGo Communications qui se rend à l'école à sa place. Victime de fortes allergies, Devon ne peut presque pas sortir de chez lui. Explications.
Alors qu'il était bébé, les parents de Devon Carrow lui donnent à manger des cookies. Seulement, une énorme réaction allergique les pousse à l'emmener à l'hôpital. Les médecins décèlent alors chez Devon de très fortes allergies à la nourriture. "Il est comme dans une bulle", a raconté sa mère, Rene, à Buffalo News. "Mais je veux le laisser faire les choses qu'il a envie de faire. Je veux qu'il ait une vie agréable".
Une vie remplie de contraintes 
Devon, âgé de 7 ans, est un petit garçon souffrant d'allergies sévères. Il évite de sortir de chez lui et quand il doit le faire, sa mère doit faire très attention à l'environnement qui entoure son fils. Au cinéma, par exemple, Rene doit couvrir le siège sur lequel Devon veut s'asseoir avec les draps de la maison et les pop-corn sont ceux cuisinés à la maison. Les produits ménagers doivent aussi être contrôlés parce que si Devon porte un vêtement nettoyé avec une certaine lessive ou portant un certain parfum, il peut faire une forte réaction allergique. La plupart du temps, ces allergies provoquent chez Devon de l'urticaire et dans le pire des cas, sa gorge se resserre l'empêchant ainsi de respirer. 
Aussi, le jeune Américain ne peut pas non plus se rendre quelque part où il y a de nombreuses personnes. L'école, par exemple, est un endroit où il ne peut pas aller car un enfant mangeant par example du beurre de cacahuète à ses côtés peut être mortel. La famille Carrow a donc fait appel à la technologie pour trouver un moyen de scolariser leur fils. Contre toute attente, Devon est présent en classe grâce à... unrobot ! Si sa présence reste virtuelle, il peut ainsi parler à ses camarades comme s'il y était physiquement. Le robot en question est celui de VGo Communications mais "on ne l'appelle pas 'VGo' à l'école, on l'appelle 'Devon'" a précisé la mère de Devon.
"La possibilité de se sentir vraiment à l'école"
La particularité de ce robot est que Devon n'est pas cantonné à "rester" dans sa classe. En effet, le garçon peut parcourir les couloirs de son école élémentaire de Winchester à New York, se rendre à la bibliothèque, rejoindre ses amis dans la cour de récréation car "VGo" est un robot qui se déplace. Bien entendu, Devon ne peut pas participer aux cours d'éducation physique et manger avec ses camarades mais "nous essayons de donner à cet enfant la possibilité de se sentir vraiment à l'école comme n'importe quel autre enfant", a expliqué Tom Ryder, co-fondateur de "VGo". A noter que Devon fait partie des meilleurs élèves de sa classe. "Il est vraiment intelligent. A chaque fois que la maîtresse nous pose une question, Devon fait clignoter sa lumière et répond", a expliqué Riley Boody, un camarade de classe de Devon, avant d'ajouter qu'en plus "il est drôle".
Le robot mesure un peu plus d'1m20 et présente deux roues, un écran vidéo ainsi que deux sorties audio. 

Plus les hommes sont intelligents, plus ils ont un gros pénis


Une récente étude menée par le professeur Richard Lynn, maître conférencier à l’université d'Ulster, à Belfast, montre que certains facteurs peuvent influer sur la taille du pénis des hommes. Mieux, l'un d'entre eux serait l'intelligence !
Selon une récente étude menée par le Professeur Richard Lynn, maître-conférencier à l’université d'Ulster à Belfast, en Irlande, la taille de pénis des hommes seraient influencée par leur intelligence, les conditions climatiques dans lesquelles ils vivraient et la fidélité ou non de leur compagne. L’étude a été faite sur un échantillon de personnes dans 113 pays à travers le monde.
Le Congo, l'Equateur et le Ghana trustent le podium 
Ainsi, ce sont les hommes du Congo (RDC) qui sortent du lot avec un pénis mesurant environ 17,80 cm. Viennent ensuite les Équatoriens avec un sexe d’environ 17,78 cm. Selon le site du Daily Mail, le Ghana (15,24 cm), la Colombie (15,20 cm), ainsi que l’Islande (15,18 cm), premier représentant européen, complètent le top 5 des hommes les mieux lotis. A noter que la population française pointe à la 15e place, ex-æquo avec les Australiens et les Espagnols (12,7 cm).
Si on ne regarde que les pays du continent européen, la France est à la 7e place avec l’Espagne,, et se place devant l'Irlande (environ 12 cm). Les représentants du continent Asiatique sont eux bon dernier de ce classement, avec comme représentant les deux Corées, où les hommes auraient un pénis mesurant environ 7,62 cm. Selon Richard Lynn, professeur émérite en psychologie, la taille moyenne d’un pénis en érection dans le monde est estimée entre 12 et 13 centimètres. Ce qui englobe beaucoup de pays européens comme l’Allemagne, mais aussi la Grande-Bretagne.
Une étude étrange sur le QI des hommes... 
A noter que ce professeur est connu pour avoir mené de nombreuses études controversées, notamment en 2006 où il s'est intéressé au Quotient Intellectuel des hommes. Elle a parfois été instrumentalisée pour étayer des propositions : élitistes, eugénistes, et raciales. Selon lui, les données recueillies lors de l’étude étaient prévisibles et avaient été ainsi confirmées...

Ce duplex de luxe est en plein coeur de New York

Si vous êtes un amateur d'architecture d'intérieure, alors ce duplex new-yorkais vous fera sûrement rêvé. Placé dans un gratte-ciel à Manhattan, ce duplex de 465 mètres carré offre une vue panoramique à 360° sur la ville.
Outre l'incroyable surface, l'emplacement de choix et la vue imprenable, ce duplex est aussi un petit bijou immobilier en matière de décoration intérieure. Avec de grands volumes, des espaces aérés et un design moderne, cet appartement de luxe est très agréable à vivre. Ses couleurs neutres et douces renforcent la luminosité apportée par les grandes baies vitrées. Le mobilier moderne et confortable apporte une nouvelle touche au charme de l'endroit. 
Si ce duplex vous plaît, on vous conseille de commencer à économiser car il vaut tout de même 26,5 millions de dollars. 









A 12 ans, elle a un Q.I supérieur à celui d'Albert Einstein


Olivia Manning, une Britannique âgée de seulement 12 ans, a été acceptée dans le prestigieux club Mensa qui regroupe des membres à fort potentiel intellectuel parce qu'elle possède un quotient intellectuel de 162 points, soit 2 points de plus qu'Albert Einstein.
Olivia Manning, âgée de seulement 12 ans, n'est pas un enfant comme les autres. Et pour cause, elle a été admise dans le prestigieux cercle de la Mensa, club international fondé à Oxford en 1946 qui regroupe aujourd'hui environ 122 000 membres à fort potentiel intellectuel, après avoir découvert qu'elle avait un Q.I de 162 ! Cette habitante de Liverpool dépasse ainsi de deux points deux physiciens et théoriciens considérés comme les plus intelligents au monde : l’Allemand Albert Einstein et le physicien-théoricien anglais Stephen W. Hawking.
Est-ce que tu peux m’aider à faire mes devoirs ?
Aujourd'hui, Olivia se dit amusée par ses facultés, et ne voit pas de problèmes à ce que ces camarades lui demandent de l'aide pour leur scolarité. "De plus de plus de gens viennent me voir pour savoir si je peux les aider à faire leurs devoirs. Moi j'aime juste les défis et leurs devoir m’aident à réfléchir", explique-t-elle au Daily Mail. Cette jeune habitante du quartier de Norris Green avoue ainsi qu'elle est capable de mémoriser rapidement des informations et de se les remémorer dans leurs intégralités. Plus jeune elle a appris ses tables de multiplication en seulement 24 heures.
La Mensa, l'école des surdoués 
Mais avec les membres de la Mensa, Olivia aura des problèmes bien plus compliqués à résoudre. "Nous lui avons donné un travail supplémentaire à faire afin de déterminer son potentiel," a dit Stacey Meighen, enseignante et représentante du club. Grâce à cette intégration dans ce "club des cerveaux", Olivia Manning pourra avoir une éducation adaptée à son intelligence, afin de développer tout son potentiel. C'est en tout cas ce que pense Kay Askew, dirigeante de la North Liverpool Academy :"Le succès passé du club Mensa montre comment il donne un soutien adéquat aux élèves. Ainsi, ils pourront exceller dans bien des domaines et devenir encore meilleur demain."

Il dépense tout l'argent gagné à la télé pour éviter de le partager avec sa femme


En Grande-Bretagne, Scott Brown a récemment gagné 50 000 livres au jeu télévisé "Deal or no Deal", soit une somme de 63 000 euros. En instance de divorce, il s'est débrouillé pour presque tout dépenser avant que sa femme n'en réclame une partie.
Après avoir gagné la somme de 50 000 livres, soit 63 000 euros, au jeu télévisé "Deal or no Deal", l'équivalent en France du jeu "A prendre ou à Laisser", le Britannique Scott Brown a choisi de dépenser tout son pactole pour éviter de le partager avec sa femme, avec qui il est en instance dedivorce.
Après le tournage de l'émission bouclé, Scott Brown savait qu'il disposait de quatre mois pour dépenser son joli pactole comme il l'entendait avant la diffusion. Seul hic, sa femme, qui a entamé une procédre de divorce quelques mois plus tôt, allait forcément prendre connaissance de l'argent gagné par son futur ex-mari, explique le Daily Mail, qui révèle l'histoire. Conséquence, le Britannique de 33 ans n'a pas tardé à dépenser l'argent gagné durant l'émission. Il a rapidement épongé ses dettes estimées à 15 000 livres, soit 19 000 euros. Il a ensuite mis de côté 2 000 livres (2 500 euros) pour la procédure de divorce, avant de se faire plaisir en s'achetant des vêtements, une Jaguar d'occasion de 5 000 euros, un voyage au Mexique, et un iPad. Il a également offert de nombreux cadeaux à ses enfants. M. Brown a même dépensé une partie de son butin pour se payer des cours d'électricien, afin de débuter une nouvelle carrière professionnelle.
"Elle ne touchera pas un centime"
C'est en 2011, le jour de Noël, que sa femme Rachel lui a dit qu'elle le trompait avec un chauffeur routier, rencontré sur internet. Dès lors, la relation entre les deux mariés s'est fortement dégradée, si bien qu'après avoir vu l'émission sur Channel 4, l'épouse a entamé une procédure devant les tribunaux pour obtenir une partie des gains. L'affaire a été jugée jeudi dernier devant un juge à la Doncaster Court. Durant la séance, M. Brown a dû détailler ses dépenses effectuées auparavant. Il a également reçu une injonction lui ordonnant de ne plus dépenser l'argent qu'il restait.
Malgré cette directive, le mari trompé reste ferme dans sa décision. "J'étais aux anges quand j'ai gagné cet argent, mais j'avais compris que Rachel allait réclamer une partie. J'ai décidé qu'elle ne recevrait pas un seul centime. De quel droit peut-elle prétendre à cet argent? Ma vie a été brisée, je ne vois plus mes enfants tous les jours et j'ai perdu tout ce que j'avais gagné pendant 11 ans, en travaillant dur", a expliqué Scott Brown au Daily Mail. Aujourd'hui, leur divorce est toujours en cours.

Acheter du Viagra, une mode de plus en plus courante chez les jeunes


Les sexologues affirment que de plus en plus de jeunes sont accros au Viagra, un médicament destiné aux hommes qui souffrent d’impuissance.
Ils ont entre 20 et 30 ans et ne souffrent d’aucun problème physique. Pourtant, ces jeunes hommes prennent régulièrement du Viagra, un médicament destiné aux hommes plus âgés qui souffrent d’impuissance. La raison de cette utilisation régulière proviendrait, selon le site médical HealthCenter.org, d’une peur de mal faire. L’addiction se manifeste lorsque le jeune homme a l’impression que sans sa pilule, sa vie sexuelle serait désastreuse. Il s’agit donc d’une dépendance psychologique puisque il n’existe pas de dépendance physique au Viagra. Pour beaucoup d’hommes, ce mal-être est difficilement surmontable.
Le Viagra très présent dans les soirées
En 2003, les médecins avaient déjà constaté une première hausse importante de la dépendance au Viagra. De plus en plus de jeunes fêtards utiliseraient la pilule bleue. Le professeur de l’université d’Harvard, Abraham Morgentaler, affirmait déjà à l’époque que "les étudiants emportent du Viagra à leurs soirées ou s’en voient proposés sur place. Et les garçons qui s’entendent dire qu’ils ne sont pas assez bons au lit, répondent qu'ils ont besoin de Viagra pour améliorer leur vie sexuelle"
Selon le Daily Mail, un jeune écrivain de 24 ans se serait suicidé à cause de son addiction au Viagra. Il se serait donné la mort après que sa copine a découvert qu'il prenait du Viagra. "La plupart des jeunes essaie la pilule une première fois pour rigoler et non pas parce qu'ils ont des problèmes d’érection", expliquent les experts. "Ils sont heureux de pouvoir tenir plus longtemps. Les garçons accordent beaucoup d’importance à leurs performances sexuelles. Ils veulent faire impression sur leurs partenaires, c’est pour cette raison qu'ils peuvent très vite devenir accro au Viagra".
Un Britannique raconte son expérience. Il est devenu accro alors qu'il n’avait aucun problème d’érection. Lorsqu'il a réalisé que, grâce au Viagra, il pouvait tenir plus longtemps, il est devenu totalement dépendant. En un an, et malgré les avertissements de son médecin quant aux risques de problèmes cardiaques sur le long terme, il a dépensé près de 1.200 euros pour ses pilules. Aujourd'hui, il prend encore six pilules par semaine: "Si je sais que je vais rencontrer une fille, j’avale discrètement deux pilules. Je sais bien que ce n’est pas bon pour la santé. Je sens bien que quand je prends mes pilules mon cœur bat plus vite".
Une pression féminine ?
Le thérapeute Raymond Francis explique que chaque mois, ce sont une quinzaine de trentenaires qui viennent le voir pour du Viagra. "Ils pensent qu'ils en ont besoin parce qu’ils se sont mis une pression trop forte sur les épaules", raconte le médecin. "La pornographie en ligne est également une des causes de cette addiction. Quelqu'un qui aura été exposé très tôt à la pornographie, aura toujours besoin d’images pornographiques pour satisfaire ses attentes". Toujours selon le docteur Francis, les attentes de la gent féminine étant devenues plus grandes qu’auparavant, cela a eu pour effet de diminuer la confiance masculine.  "Les femmes ne se rendent pas forcément compte de la fragilité de leur partenaire, mais il faut savoir que la libido masculine est renforcée lorsque ceux-ci ont l’impression de contrôler les ébats".
Prendre du Viagra peut causer des dégâts dans un couple. Il est très compliqué de garder cela secret lorsqu’on est dans une relation. La peur et le stress que la partenaire découvre la vérité, peut mettre en péril la relation.

Des apiculteurs découvrent du miel… bleu


Voilà une découverte pour le moins curieuse. Durant l'été dernier, une douzaine d'apiculteurs du Haut-Rhin, en Alsace, se sont retrouvés face à une surprise de taille. En effet, ces derniers ont récolté du miel. Jusque là, rien d'extraordinaire. Sauf que ce miel était de couleur bleue. Un effet inhabituel qui peut s'expliquer aisément par la présence, non loin de là, de déchets de bonbons de la même couleur. "Les butineuses délaissaient les fleurs des prés de Ribeauvillé au profit des sucreries entreposées par une unité de méthanisation mise en service au début de l'année par trois agriculteurs", a notamment justifié le président des apiculteur du Haut-Rhin, André Frieh.
Et pour cause, l'installation en question produisait du biogaz à partir de déchets organiques et de résidus de l'industrie agroalimentaire stockés en plein air avec notamment les bonbons colorés de M&M's. Ces derniers sont produits par l'entrepreneur Mars en Alsace. "On a découvert le problème en même temps qu'eux. Du coup, on a mis en place une procédure pour que ça s'arrête", a affirmé le co-gérant d'Agrivalor Énergie, Philippe Meinrad. Ainsi, les déchets sucrés ont été traités et les lots suivants ont été stockés dans un hall couvert.
Depuis, les abeilles seraient retournées dans le champ. Quant au miel bleu, il aurait exactement le même goût que le miel normal. Néanmoins, André Frieh le juge totalement "invendable". 

Brésil : à 20 ans, elle met sa virginité aux enchères


Loin de se préoccuper de l'aspect moral de son initiative, Catarina Migliorini a annoncé que les enchères, ayant pour objet sa virginité, se termineront le 15 octobre. En effet, la jeune Brésilienne avait mis son innocence aux enchères, deux ans auparavant, suscitant bien des remous. Rusée, cette fille de 20 ans promettait qu'une partie de l'argent récolté serait reversé à des mal-logés de Santa Catarina, d'où elle est originaire, via une ONG.
Son idée a, par ailleurs, attisé la curiosité d'un réalisateur australien qui lui a proposé d'intégrer un documentaire basé sur sa vie avant et après cet évènement  intitulé Virgins Wanted. Si certains la voient comme une prostituée, elle se défend. "Je vois ça comme un business. C'est une opportunité qui m'est donnée de voyager, d'être dans un film. Si vous ne faites ça qu'une fois dans votre vie, vous n'êtes pas une prostituée, c'est comme prendre une photo incroyable. Ça ne fait pas de vous un photographe", a-telle déclaré avant d'ajouter qu'elle était "une fille romantique avec un grand cœur qui croit en l'amour".
Croyant également à l'argent, Catarina Migliorini touchera, au terme du projet, la bagatelle de 20.000 dollars assortis de 90% de la somme récoltée pendant les enchères. Le gagnant devra "subir un test de dépistage de MST" vu que cette première fois se déroulera sans préservatif et dans un avion. Pour le moment, les enchères sont grimpées à 190.000 dollars et un Américain serait en bonne position.
Ce n'est pas la première fois qu'une femme décide de vendre sa virginité. Ainsi, une certaine Nathalie Dylan, jeune étudiante, avait fixé son prix à 3,7 millions de dollars en 2009. De même, une étudiante de Nouvelle-Zélande avait obtenu 32.000 dollars en 2010.

Un agriculteur condamné pour l'odeur de ses vaches, trop proches d'un voisin


Un éleveur du Lot-et-Garonne a été condamné à 6.000 euros de réparation pour n'avoir pas éloigné ses vaches du domicile d'un voisin, générant odeurs et mouches, un jugement qu'un syndicat agricole redoute de voir inspirer des plaintes similaires, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
La Cour d'appel d'Agen, infirmant un jugement de 2011 en première instance, a condamné début septembre l'éleveur du village de Saint-Vincent Lamontjoie à verser 6.000 euros à un couple de voisins.
Elle l'a enjoint de déplacer sous trois mois ses têtes de bétail "à 100 mètres au moins" de la maison habitée, en conformité avec un arrêté municipal en ce sens datant de novembre 2007, et sous peine de payer 50 euros par jour de retard.
Me Laurent Bruneau, l'avocat du plaignant, a expliqué à un correspondant de l'AFP que son client "ne peut même plus sortir de chez lui, il est envahi par les mouches et les odeurs sont très fortes".
Il accuse l'éleveur d'avoir fait preuve de "mauvaise volonté manifeste", car son terrain est "gigantesque", et il "aurait très bien pu placer les abreuvoirs beaucoup plus loin de l'habitation de son voisin".
Selon des constatations d'huissier, bottes de paille et fourrage se trouvaient à moins de 100 mètres de la parcelle voisine, deux abreuvoirs à moins de 10 m, tandis que des "déjections bovines dégageaient une odeur nauséabonde" chez le voisin.
Le syndicat agricole FDSEA s'est ému du jugement, qui selon lui "peut faire jurisprudence et donner l'idée à d'autres riverains de porter plainte. On aura alors de gros problèmes pour exercer notre profession".
"Les néo-ruraux doivent bien comprendre que lorsque l'on s'installe à la campagne, on n'a plus les nuisances de la ville comme le bruit des scooters, la pollution, mais il y a d'autres contraintes", a déclaré Jean-Luc Poli, président départemental FDSEA. "Un tracteur ça fait du bruit, un arrosage automatique aussi et des animaux dans un pré peuvent causer quelques désagréments".
Selon une source proche du dossier toutefois, la procédure serait davantage liée à un différend personnel ancien, une vente de terrain, qu'un conflit entre néo-ruraux et agriculteurs.
Le syndicat a dit avoir rencontré la municipalité dans l'espoir de revoir l'arrêté de 2007.

L'angélus d'un petit village du Haut-Rhin devra sonner une heure plus tard


L'angélus de l'église de Riedwihr, qui réveillait chaque matin à 6H00 les 400 habitants de ce petit village du Haut-Rhin, devra sonner une heure plus tard, a confirmé jeudi la Cour administrative d'appel de Nancy, à la demande d'un couple qui tient un gîte à côté de l'édifice religieux.
La Cour a suivi les conclusions du rapporteur public, qui avait demandé la confirmation de la décision de première instance du tribunal administratif de Strasbourg, en juin 2011.
A l'époque, les magistrats avaient souligné que "le niveau sonore particulièrement élevé atteint par la sonnerie de l'Angélus, à 6H00 du matin, (était) constitutif d'une nuisance de nature à troubler la tranquillité publique".
Un couple de sexagénaires, dont la maison, qui fait également gîte, se trouve à côté de l'église, était à l'origine des poursuites devant la juridiction administrative.
Ils arguaient que leurs clients se plaignaient de la sonnerie matinale, qui durait plus de 4 minutes, et avaient fait constater par un expert privé que le carillon dépassait 500 fois le seuil autorisé par le règlement.
Le maire de la commune affirmait toutefois que 95% de la population du village s'était prononcée pour le maintien de l'angélus lors d'une réunion publique.
En juin 2011, le tribunal administratif de Strasbourg avait été confronté à un problème similaire dans un autre village du Haut-Rhin, Bérentzwiller.
Les magistrats avaient toutefois débouté un couple se plaignant de la sonnerie de l'angélus, qui sonnait tous les matins à 5H15, en estimant que "les sonneries la nuit relèvent d'un usage local auquel la population reste massivement attachée".