Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

mercredi 10 octobre 2012

Un refuge en montagne, 55m2 à réaménager…

 55m2 pour 8 personnes aux Menuires ?! Comment réaménager cet appartement de sports d’hiver en Savoie en conservant ses 8 couchages, en créant une 2ème salle d’eau, en augmentant en plus la surface de la pièce à vivre ? Les propriétaires de ce petit espace ont fait appel à l’agence H2O Architectes.

Astuces des architectes H2O : 
“Une large courbe en bois traverse la totalité de l’espace. Elle permet de réunir l’ensemble des fonctions, de dégager un grand espace à vivre et de l’orienter vers la vue panoramique sur les montagnes. 
Dans ce meuble-paroi en courbe se nichent aussi bien un coin lecture, des rangements, des couchages superposés, des assises… Tout s’imbrique pour laisser le plus de place au centre de la pièce et une fluidité des déplacements. Un rideau central permet selon les moments de la journée de privatiser les espaces de sommeil et de détente. Le tout dans un décor contemporain en bois de couleur claire, contreplaqué de bouleau pour les espaces intérieurs et contre-plaqué de noyer américain pour la paroi cintrée.







Il cultive du cannabis pour sauver son village de la banqueroute


La crise plombe les finances de l'Espagne depuis quelques années maintenant. Même la riche et dynamique Catalogne n'échappe pas à certains problèmes économiques. Un petit village de cette belle région a décidé de renflouer ses caisses et créer de l'emploi d'une manière très particulière : elle autorise depuis peu la culture de la marijuana dans la commune.
Dans un petit village de 900 habitants en Catalogne, le maire a eu une idée très originale pour lutter contre la crise : il autorise la culture du cannabis ! En effet, la municipalité de Rasquera, minuscule village situé entre les terres de l'Ebre et la province de Tarragone, a décidé de renflouer ses caisses en autorisant et en encadrant la production de Marijuana.
Autoriser le cannabis pour une utilisation thérapeutique 
Le projet, porté par le maire Bernat Pelissa, consiste à louer quelques parcelles de terrains bordant le village à un "Cannabis Club" de Barcelone. Cette association de consommateurs réguliers, qui ce sert de la "plante magique" à des fins ludiques et thérapeutiques, aurait l'occasion de planter et de faire pousser la dites herbes de manière complètement légale et surveillée.
L'élu municipal, un petit Catalan d'une quarantaine d'années et proche des partis politiques classés gauche, a expliqué à nos confrères de Sud Ouest les raisons d'un tel projet : "Il s'agit d'encadrer une pratique qui se développe sur notre commune et qui, pour le moment, ne bénéficie qu'à l'économie souterraine. Regardons la réalité en face : la culture du cannabis représente un marché juteux et cela peut nous aider à lever suffisamment de fonds pour rembourser notre dette".
"Notre but n'est pas de défendre la légalisation de la marijuana"
Anticipant les nombreuses critiques venant des hautes sphères politiques catalanes et espagnoles, le maire de Rasquera Bernat Pelissa justifie son initiative: "Nous ne sommes pas des activistes, notre but n'est pas de faire du prosélytisme ou de défendre la légalisation de la marijuana. Nous proposons simplement de nouvelles règles du jeu".

Ballantine's sort une sublime carafe pour son 12 ans d'âge


La maison Ballantine's dévoile un nouvel écrin d'exception pour son whisky de 12 ans d'âge. Imaginée et dessinée par le talentueux designer Lee Broom, cette carafe est parfaite pour la dégustation.
La célèbre marque de whiskyBallantine's a fait appel au designer d'intérieur britannique Lee Broom afin que celui-ci lui crée une carafe de luxe. Mais celui qui a été élu Designer de l’année aux British Design Awards2011 a imaginé plus qu'une carafe. Pour le whisky Ballantine's 12 ans d'âge, Lee Broom a carrément conçu un kit de dégustation haut de gamme.
Réalisé dans un cristal pur et parfaitement transparent, cet écrin est composé de plusieurs éléments s’emboîtant les uns aux autres : une carafe chic et sobre, un verre pour contenir des glaçons et un autre pour la dégustation du whisky. Le tout est accompagné d'un plateau en aluminium où les trois pièces de l'écrin trouvent leur place une fois séparées.  

Le meilleur moment pour se relaxer? Juste avant le repas!


Quel est le meilleur moment pour se relaxer ? La réponse peut paraître surprenante, mais selon le psychologue Pavel Somov, il faudrait se relaxer juste avant l’heure du repas.
Dans son dernier livre, "Reinventing the meal", le psychologue Pavel Somov révèle que le moment idéal pour se détendre se situe juste avant le repas du soir. Les raisons à cet horaire quelque peu inattendu sont diverses. Cela permet par exemple de travailler sur sa concentration, d’améliorer la digestion et l’odorat, ce qui permet de profiter un maximum du repas. De plus, se relaxer juste avant le dîner permet de ne pas trop manger et donc de ne pas succomber à la bouchée de trop. Les techniques classiques de respiration du yoga, également appelées "pranayama", fonctionnent mieux lorsqu'on exerce un contrôle de notre diaphragme. Pour cela, un ventre vide est idéal. Pour imager tout cela, imaginez-vous aller nager après le repas. Cela n’a pas de sens et c’est désagréable.
La digestion des aliments par les cellules de notre corps est une forme de respiration interne. C’est pour cela que lorsqu'on mange trop, on a le sentiment d’être plus rapidement à bout de souffle. La respiration devient donc plus intense, ce qui peut mener à une hyperventilation et à un essoufflement. C’est pour cette raison qu'il est préférable de se relaxer le ventre vide. 
Avec les contraintes d’horaires d'aujourd’hui, il est parfois difficile de trouver le temps pour se détendre ou même pour exercer une autre activité, mais ces quelques minutes de relaxation d’avant repas vous feront du bien.

Valérie Trierweiler : maîtresse de Patrick Devedjian, elle aurait repoussé les avances de Nicolas Sarkozy


Valérie Trierweiler est sous le feu des projecteurs cette semaine. Pratiquement au même moment, plusieurs livres paraissent au sujet de la personalité sulfureuse de la première dame : Valérie Trierweiler, la dame de pique, sorti le 4 octobre, et La Frondeuse, en librairies dès le 11 octobre, écrit par Christophe Jakubyszyn et Alix Bouilhaguet.
Dans une interview accordée à Point de vue, ces derniers multiplient les scoops au sujet de la vie amoureuse et sexuelle de la compagne actuelle de François Hollande, qui smeble avoir eu une vie sentimentale bien remplie.
La frondeuse révèle en effet que Valérie Trierweiler était courtisée par Nicolas Sarkozy lui-même alors qu'il était ministre de l'Intérieur : "Elle n'était pas du tout sensible à son charme et le lui a fait sentir. Il disait parfois à son entourage "Mais pour qui se prend-elle ? Je ne suis pas assez bien pour elle ?'", explique Christophe Jakubyszyn à Point de vue.L'Express retranscrit aussi quelques extraits du livre sur la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Valérie Trierweiler.
Lors d'une garden-party à l'Élysée dans les années 2000, Nicolas Sarkozy, qui tenait la main de son épouse de l'époque Cécilia, aurait flatté Valérie Trierweiler : "Qu'est-ce que t'es belle !". La journaliste de Paris Match n'aurait répondu que d'un "regard de défi", vexant au plus haut point le futur président de la République. 
Autre révélation fracassante : Christophe Jakubyszyn confie à Point de vue que Valérie Trierweiler, à l'époque encore mariée avec Denis Trierweiler, aurait eu une liaison de plusieurs années avec Patrick Devedjian, président UMP du Conseil général des Hauts-de-Seine, lui aussi marié : "A l'époque, ils sont tous les deux engagés. Ils ont hésité à faire le grand saut, à changer de vie", précise-t-il. 

Montauban : arrêté pour un feu rouge, il avoue un meurtre


Ubuesque situation dans laquelle ont été placés des policiers de Montauban, dans le Tarn, lorsqu'ils ont arrêté un conducteur à un feu rouge. Avec, à la base, un fait divers dramatique : la révélation d'un meurtre.
S'ils ont arrêté ce jeune homme dans la nuit de mardi à mercredi, ce n'est pourtant pas du tout pour ce motif : ils l'ont interpellé après qu'il ait grillé un feu. Après qu'ils ont stoppé le véhicule, les forces de l'ordre ont interrogé le conducteur sur le motif de l'arrestation : surprise, ce n'est pas le feu rouge qui est immédiatement venu à sa bouche mais... le meurtre de son amie.
Elle a été tuée mardi soir, mortellement blessée par un coup de couteau dans un quartier résidentiel des bords du Tarn à Montauban. Selon les premiers éléments de l'enquête, la raison de cette tragique dispute serait une rupture sentimentale. Suite à son (d)étonnante révélation, son assassin présumé a en tout cas été placé en garde à vue.

France: erreur d'impression et ardoise téléphonique astronomique


Une habitante du sud-ouest de la France s'est vue réclamer des milliers de milliards d'euros par son opérateur de téléphonie lorsqu'elle a voulu rompre son contrat, à la suite d'une erreur d'impression sur un courrier reçu.
Solenne San Jose, vivant à Pessac près de Bordeaux, avait réclamé fin septembre la résiliation de son contrat à la société Bouygues Telecom, à la suite d'une perte d'emploi, selon le quotidien Sud-Ouest. C'est alors qu'elle a reçu un courrier de confirmation lui réclamant, pour solde de tout compte, 11 721 000 000 000 000,00 euros.
"Il y avait tellement de zéros que je n'arrivais même pas à savoir combien cela faisait", a déclaré la jeune femme.
Il s'agissait "non d'une erreur de facturation, mais d'une erreur d'impression sur un courrier d'information" à cette cliente, a expliqué à l'AFP le service de presse de Bouygues Telecom.
Selon la même source, l'opérateur a présenté ses excuses à son ex-cliente et gracieusement effacé son ardoise réelle de 117,21 euros.