Par le petit bout de la Lorgnette.. !


Par le petit bout de la Lorgnette.. ! Un regard amusé, sans prétention et aucune méchanceté sur l'actualité, la société, la politique, l'environnement et les faits divers... sans oublier l'humour... et l'humeur du moment !

dimanche 4 août 2013

Le "plan cul" : Pourquoi est-ce tant à la mode ?


Et vous le "plan cul" ça vous parle ? Que vous soyez connaisseur / pratiquant / curieux, ce sujet risque de vous intéresser... Cela peut vous paraître étrange mais des chercheurs ont réellement mené une étude sur le sujet. Et quel sujet : le "plan cul"! Pour une fois, cela risque de vous intéresser.


Le "plan cul" : quelle définition ?  
Avant d'explorer ce vaste thème il convient en effet de définir la pratique. Le plan cul, contrairement au traditionnel "coup d'un soir", se définit autour de deux notions clés : la récurrence, et l'absence d'engagement. Le plan cul n'est pas l'affaire d'une seule fois, il peut s'étendre sur une durée plus ou moins longue mais implique que les participants s'adonnent à leurs parties de jambes en l'air à maintes reprises. En parallèle aucun engagement ne lie les partenaires, la notion de "couple" ne rentre pas en jeu dans cette pratique, pas de compte à rendre en terme d'exclusivité ou de sentiments. Une autre caractéristique du plan cul et son aspect souvent social et libéré. Il est rare de vouloir cacher cette relation aux yeux de tous, surtout chez les adolescents ou les jeunes adultes, qui peuvent le considérer comme une étape cruciale à passer dans leur sexualité. 

Le plan cul : un rite de passage  

C'est dans le cadre d'une étude américaine commandée par l'institut national sur les abus de l’alcool et l'alcoolisme, que les chercheurs se sont penchés sur la question.  L'étude s'est effectuée sur un échantillon de 483 participantes (96% d'entre elles étant hétérosexuelles) recrutées en première année, toutes dans des universités privées de New-York, et sur une durée de 9 moins (le temps d'une année scolaire). Les résultats contrastent avec d'autres études déjà effectuées sur le sujet. En effet, la prévalence de cette pratique n'est pas aussi importante que l'on a pu le penser. Dans cette étude, 20% des étudiantes affirment avoir connu un plan cul avec cunnilingus, 25% avec fellation et 25% avec coït vaginal. Soit nettement moins que les 51% à 60% d'étudiants affirmant le pratiquer dans de précédentes études.  

Quels sont les facteurs favorisant cette pratique ?

 La curiosité sexuelle, la volonté de se forger une expérience sans pour autant tomber trop rapidement dans la contrainte d'une relation officielle ainsi que la consommation d'alcool ou de drogues. Mais aussi, et surtout, l'opinion des autres. Le plan cul semble en effet apporter une certaine reconnaissance sociale sur les campus universitaires. Les plus sensibles à l'intégration et la popularité seront donc les plus enclins à s'y adonner.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire